Bienvenue au Cœur de l'Imaginarium !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Editeur] l'ivre-book

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Dim 8 Mar - 9:27



Le Testament de Galilée 2 : Le parchemin, de Sébastien Tissandier





Quelques semaines après les événements du premier volume, remis de ses blessures et libéré de l’armée, Kurtis Monroe part à la recherche de Jules Galio et de ses amis, périple qui le conduira jusqu’en France.
Des questions l’obsèdent : que sont devenus Anna et Hector ? Anna, enfermée dans son sarcophage, a-t-elle obtenu toutes les capacités en étant inondée par la Lumière Originelle filtrée par L’Œil de Galilée ?
Mais le temps presse car Kurtis ne semble pas être seul à suivre les traces laissées par son ami : les Ghosts, mystérieux groupe militaire, sont sur ses talons.
Après le succès de « L’œil », ce deuxième volume lèvera un peu plus le voile sur le Testament de Galilée !


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 339

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Dim 8 Mar - 9:31

Le Testament de Galilée 2 : Le parchemin, de Sébastien Tissandier

Critique de Malka

Ce deuxième tome du Testament de Galilée débute du point de vue de Kurtis Moneroe, maintenant ancien militaire puis qu’il a démissionné de l’armée. A présent doté d’une capacité, qui s’avérera très utile, Kurtis n’a qu’une hâte : revoir Jules et leurs amis. Ceux-ci se sont enfuis, après l’avoir laissé encore souffrant à l’hôpital.
Sébastien Tissandier profite de ce premier chapitre pour proposer un rappel complet des événements du premier volet du testament de Galilée. C’est donc avec plaisir et soulagement qu’on retrouve Kurtis, totalement guéri et prêt à se lancer dans de nouvelles aventures. Pourtant, bien des obstacles se dresseront devant lui avant qu’il ne puisse retrouver ses amis. Entre la cachette secrète de Jules qu’il doit découvrir en cumulant les indices, que son ami a semé sur le chemin, sa nécessaire discrétion et les coups bas de leurs ennemis, les Originels de nouveau actifs, la tâche n‘est pas aisée. L’auteur met notre patience à rude épreuve, avant que les retrouvailles, bien sûr très émouvantes, ne se produisent. Malgré l’attente, on poursuit la lecture avec enthousiasme.

Si les Originels ont repris du service, ils ont retrouvé leur « reine » Anna, transformée elle aussi par son contact à a lumière originelle. Sa nouvelle capacité à assimiler les pouvoirs en fait un ennemi redoutable. Accompagnée d’Hector, toujours aussi abject, et de ses hommes de main, elle part en quête de nouveaux pouvoirs avec avidité, puis à la recherche de nos amis dont elle convoite également les capacités. Les Originels, représentent donc un danger plus puissant encore que dans le premier tome. De nombreuses confrontations sont au rendez vous et l’action prédomine.

De nouveaux protagonistes apparaissent également parmi les militaires : le capitaine Anderson à la tête d’un commando (les mystérieux Ghosts) recherche et identifie les personnes dotées d’une capacité. Après sa rencontre avec Hector et Anna, en quête d’un « crieur » qu’il protège, et qui deviendra vite plutôt mouvementée, il part à la recherche de Kurtis et de ses amis également. Ce commando deviendra-t-il allié ou ennemi ? Entre mensonges, complots et trahisons, le capitaine Anderson hésite sur les décisions à prendre.

Dans ce deuxième tome on retrouve la narration dynamique et le style fluide de Sébastien Tissandier. Il met l’accent sur l’action dans des scènes vivantes et soignées. Il est dommage qu’elles soient entrecoupées de détails de localisation qui freinent le rythme de lecture. La succession par exemple de « dans l’appartement» , « en bas de l’immeuble » sur plusieurs pages, entrecoupés de paragraphes plus ou moins longs, peuvent en effet gêner la lecture. Ce type de présentation se retrouve à plusieurs reprises dans le roman.

La narration se fait à la troisième personne, la plupart du temps, en alternance entre alliés et ennemis dont on suit l’avancée parallèle. Quand la narration passe de nouveau à la première personne, avec le point de vue de Jules, le lecteur peut rester confus. En effet, dans le premier volume l’auteur reste principalement du point de vue de Jules à la première personne et laisse quelques chapitres du point de vue des autres personnages, à la troisième personne. Comme on accompagne Jules la plupart du temps, c’est moins déstabilisant. Dans ce deuxième volume, il faut se réhabituer à ce procédé, ce qui est d’autant plus difficile, que l’on reste longuement éloigné de Jules.
Pourtant, le récit organisé sous forme de chapitres courts nous porte.
Les personnages découverts dans le premier tome restent toujours aussi attachants et leur complicité et amitié toujours intactes. On apprécie également les dialogues simples, chaleureux et naturels, souvent dotés d’une pointe d’humour.

En conclusion, on retrouve l’esprit de L’Œil de Galilée dans ce deuxième tome: simplicité, justesse des personnages chaleureux avec Jules et ses amis et des personnages de plus en plus dangereux chez les ennemis .
La narration et la plume de l’auteur agréables à lire, malgré quelques gênes à la lecture m’ont entraînée dans le livre, que j’ai dévoré en deux soirées: impossible de lâcher la liseuse. Je lirai la suite avec plaisir. D’ailleurs le troisième tome vient de sortir !
Je remercie le forum « Au cœur de l’Imaginarium » et les éditions « l’Ivrebook » pour ce bon moment de lecture.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mar 31 Mar - 8:33



Retour(s) d'expédition(s), de Jean-Pierre Favard





Un vieux club dans le New-York de la fin des années 1930. Une tempête de neige. Un scientifique de retour d'expédition, venu pour y tenir conférence. Pour rien au monde, Théodore Kinsley, restaurateur de son état, ne voudrait manquer cela. Car l'homme est curieux et plus que tout, averti. Mais ce qu'il découvre à son arrivée...
Véritable hommage au genre fantastique, « Retour(s) d'expédition(s) » multiplie les clins d’œil, mélange les genres et les ambiances, d'Arthur Conan Doyle à H.P. Lovecraft. Résolument addictif, il a été scientifiquement prouvé qu'il était quasiment impossible de le lâcher avant d'en avoir achevé la lecture. Au moins, vous ne pourrez pas prétendre que vous n'avez pas été prévenus.


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 119

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mar 31 Mar - 8:34

Retour(s) d'expédition(s), de Jean-Pierre Favard

Critique d'Aelynah

Voici donc ma chronique pour cette petite nouvelle de Jean-Pierre Favard :
Théodore Kingsley a pour habitude de passer tous ses vendredis soirs à son club et ce depuis bientôt 10 ans.
Les clubs masculins ont, à l'époque du récit, la particularité d'être très fermés, seuls les membres du Gratin pouvant devenir membre, souvent sur de nombreuses recommandations.
Ce soir plus particulièrement, Théodore attend impatiemment la conférence donnée par le professeur Sandoy de retour d'expédition en Antarctique. Il en est un des grands admirateurs. Et les découvertes que le scientifique en ramène font déjà l'objet de nombreuses rumeurs et conjonctures que les membres du cercle ont hâte de voir se confirmer.

Hélas, il ne pourra y assister car, à son arrivée, il apprend le décès de l’éminent professeur. Devant le désarroi de ces condisciples et la tristesse ambiante il ne peut rester sans rien faire, alors qu'il pense à un meurtre. Il lui apparaît alors qu'une seule personne de son entourage est à même de trouver ce qu'il s'est passé, et donc de lui permettre  d'élucider ce mystère.
Pour lui personne d'autre que son amie Sarah, son "Sherlock Holmes en jupons" comme il la surnomme, ne pourra l'aider à éclaircir cette affaire.

Sarah est une jeune femme honnête, directive et franchement observatrice. Elle parle parfois beaucoup lorsqu'elle est lancée dans l'énoncé de ses constatations et cela peut surprendre son interlocuteur. Dotée d'un bon sens pratique, de  pragmatisme, de charme et bien entendu d'une certaine fortune, elle est aussi une jeune femme très courtisée.

Théodore est un personnage un peu atypique de par sa réputation de grand restaurateur mais aussi son penchant reconnu et accepté pour le sexe fort. En cette période de l’année 1929, on peut voir cela comme une réelle marque de modernité au sein de ce club assez conservateur dans le reste de son fonctionnement. Il est aussi fidèle en amitié, homme de goût, de courage et de galanterie.

C'est à leur retour au club que l'affaire va se corser, celui-ci semblant à l'abandon depuis des décennies. Si Sarah ne connaissait si bien son ami, elle aurait pu douter de lui et de sa probité.

Le lecteur entre alors dans une phase de questionnement en parallèle de notre héroïne.
Situation Fantastique ou explications réalistes? Tout y passe !
Fan de la quatrième dimension, vous aurez un sentiment de nostalgie avec ces premières pages.
Puis tout va basculer dans le fantastique ou l'horreur.
L'auteur nous emmène parfaitement là où il souhaite nous voir, et jusqu'au bout il sait mener son suspens.

Un seul reproche !?! Que ce soit trop court.
La fin m'a paru trop rapide et j'ai encore sur la rétine cette impression de trop peu, cette frustration lorsque le mot FIN apparaît, dés lors que l'on en attendait plus.

Les personnages auraient ainsi pu être un peu plus fouillés et le contexte mi-fantastique, mi-horrifique être encore plus développé pour notre plus grand frisson. Car malgré quelques explications en cours de route, placée de façon à ne pas faire baisser la tension, le lecteur va se retrouver trop vite dans la dernière ligne droite. Et de nombreuses questions restent en suspend.
Par contre j’ai beaucoup aimé les noms de certains distingués membres de ce cercle : Mr Edgar Burroughs, Mr Verne, …

Je reste aussi sur ma faim pour le dernier paragraphe de cette nouvelle.
Alors amis lecteurs si vous en avez la réponse, n'hésitez pas à me la fournir. Car ce dernier nom me laisse un souvenir mais impossible pour moi de retrouver d'une quelconque manière, d'où et surtout de quel titre il s'agit. Encore une question qui va me faire garder cette nouvelle en mémoire un certain temps.
Dans l’ensemble j’ai donc adoré ma lecture et la promesse de l’auteur de la rendre addictive est tenue car je l’ai lu d’une traite sans le lâcher. Maintenant, à moi d’imaginer ce qu’il me manque pour continuer à frisonner d’effroi .

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mar 7 Avr - 8:38



Un amour Angélique, de Lise Castel





À 32 ans, Angélique Debussy a tout pour être heureuse. Une situation de célibataire dans laquelle elle se complaît, un coquet appartement et, surtout, elle est la directrice d’un célèbre magazine de mode. Son prochain numéro s’annonce d’ores et déjà un succès car il présentera l’étoile montante du mannequinat : le bel Américain Nathan McKenna.
Mais à l’approche de Noël, rien ne se passe comme prévu et Angélique se voit forcée de se rendre à New-York pour interviewer la star. Une fois sur place, c’est la déconvenue : McKenna vient de quitter les podiums, à une semaine d’un grand défilé, un abandon qui n’arrange personne et encore moins le patron de l'agence de mannequins, Angus Guilmore.
Incapable de faire revenir lui-même sa star, il propose à Angélique d’aller lui parler. Mais pour cela, elle doit se rendre au fin fond du Minnesota, loin de la civilisation, où vit McKenna… au beau milieu d’une épouvantable tempête de neige.
La Romance, nouvelle collection de L’ivre-Book rentre dans le vif du sujet avec ce roman de Lise Castel.


  • Genre : romance

  • Nombre de pages : 291

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mar 7 Avr - 8:40

Un amour Angélique, de Lise Castel

Critique d'Aelynah

Angélique Debussy est rédactrice en chef d'un magazine de mode français à haut tirage et régulièrement élu « Magasine de l'année ».
Son dernier projet en date : interviewer Nathan Mc Kenna, l'étoile montante américaine de la mode.
Ce sera le clou de son exemplaire de la nouvelle année et, elle l'espère,  un tremplin pour exploser les ventes.
Hélas ! Tout ne va pas se passer comme prévu.
Première anicroche.
Plutôt que de venir à Paris comme il était convenu, le mannequin va participer à New York à un défilé pour une association caritative, et ce juste avant les fêtes de Noël .Son agent demande donc à Angélique de venir l'interviewer sur place et de couvrir l'événement.

Deuxième anicroche.
Ensuite elle doit pour cela prendre l'avion et ce pendant les 8 heures que dureront le vol Paris-New York.
Un souci? A part une phobie maladive et datant de l'enfance des vols en avion? Non !?!

Troisième anicroche.
Une fois sur place tout semble aller pour le mieux.
L'agent est charmant, le programme sur mesure et la présence de sa secrétaire dynamique et professionnelle laissent envisager un article explosif.
Ce n'est pas si bien dire.
A la dernière minute ou presque, le mannequin vedette Nathan Mc Kenna décide de se retirer du métier. Seule solution pour le convaincre, lui envoyer Angélique qui devra réussir à l'amadouer au moins pour ce défilé de Noel et son interview.
Si elle est d'accord pour reprendre l'avion et aller se perdre avec sa secrétaire Annie en plein milieu du Minnesota, bien entendu !

La suite je vous laisse la découvrir avec malice.

Car Angélique est une femme de tête, de poigne mais aussi une chef d'entreprise qui sait ce qu'elle veut pour hisser celle-ci au sommet. Et ce qu'elle veut c’est un interview de Nathan Mc Kenna, la coqueluche de toutes les femmes en âge de se pâmer devant un beau gosse.
Sexy, charismatique, riche et jalousée par beaucoup, elle nous apparaît cependant plus accessible lorsque l'on apprend sa phobie. Car rien ne semble pouvoir la détourner de cette frayeur d'enfant, sauf peut être sa secrétaire et ses efforts de conversation pour lui faire oublier la situation.
Cette fêlure dans la cuirasse laisse au lecteur un avant-goût d'impatience sur sa future manière de gérer le beau mannequin capricieux et changeant.

Annie, la secrétaire, est une jeune femme pas beaucoup plus jeune que sa patronne, méthodique, consciencieuse, elle tient son rôle à la perfection et est d'une aide précieuse  pour Angélique.
Ce voyage va d'ailleurs leur permettre de se dévoiler et de craqueler un peu plus cette carapace de distance qui existe entre elles.
Annie le dit elle-même, elle est une jeune femme de la campagne et elle en a gardé ce caractère joyeux et enthousiaste des gens élevés loin du stress de la capitale. Un rien la comble de joie et même si son côté fleur-bleue un peu naïf peut prêter à sourire on ne l'en apprécie que plus.

Enfin, Nathan. Le mannequin sexy, beau comme le diable, au sourire ravageur de magasines va s'avérer bien différent en plein milieu du Minnesota et de son ranch.
Le modèle est devenu cow-boy à tous niveau. Outre le stetson et le cheval, le côté rustre et ronchon est là aussi. Mais rien ne peut pourtant lui ôter son charisme viril et sexy, même pas son air renfrogné et son accueil plutôt froid.
Sous ses airs de cow-boy mal embouché et son sourire factice, existe un homme profond, tendre et épris de nature.

Alors quand les circonstances vont les laisser bloqués en tête à tête le temps de, au choix, s'entre-tuer à coup de piques, ou se découvrir des points communs, ou les deux, le lecteur va en prendre plein les yeux.
A vrai dire au vu des descriptions des paysages du coin, Angélique aussi.

Nous découvrons, sous la plume sensible et poétique de Lise Castel, un monde tout à fait différent de ce que nous connaissons. L'attrait qu'elle sait mettre dans ses mots nous pousse à en vouloir plus pour entrevoir plus avant de nombreuses choses: les personnages, les lieux, leurs vies respectives...

C'est une romance donc quelque part, comme pour le Titanic, le lecteur connaît la fin.
Pourtant, voir ces deux caractères forts se crêper le chignon, mais aussi reconnaître leurs torts, partager ces moments au sein d'une nature en furie et en retirer des avancées faramineuses pour leur propre vie est touchant.
Lise Castel a su faire d'une romance un moment agréable de lecture pour la non habituée que je suis.
Les bases y sont, n'en doutez pas, mais j'ai trouvé ses personnages plus réalistes dans leurs ressentis que beaucoup de romances que j'ai pu lire il y a longtemps.
Il ne s'agit pas ici seulement de vous faire croire à l'amour et aux "contes de fées" modernes mais surtout de les rendre presque plausibles et réalistes.
Angélique et Nathan sont des personnages sur lesquels beaucoup peuvent se transposer. Le stress de la vie citadine, le confort moderne, le travail chronophage, tous nous le vivons à un moment donné. Ici, nous avons la possibilité de croire que l'on peut s'en sortir et vivre sa propre vie hors des sentiers battus et être heureux.
C'est d'ailleurs le choix de Nathan dés le début, ce qui va tout mettre en branle dans cette histoire, son rejet de sa vie stéréotypée de mannequin futile et âpre aux gains.
C'est donc un choc de cultures que nous vivons dans ces pages tant par la différence de nationalité, de culture patrimoniale que celle de choix de vie. De nombreuses barrières les séparent tout comme certaines nous barrent la route face à nos rêves.
Alors à défaut d'envoyer balader votre patron désobligeant et d'aller élever des chèvres en Corrèze, lancez-vous dans cette romance et évadez-vous quelques heures au pays des bisounours.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mar 14 Avr - 16:08



Quand la mort nous sépare, ép.1, de L. S. Ange





« Ce silence oppressant... Ce sentiment de ne pas exister, de n'être rien...
Je ne dors jamais, je reste éveillée jour et nuit à observer la vie des autres, le temps s’étire et n'en finit pas.
Je sais que je suis morte depuis des siècles... Je me rappelle...
Je donnerais n'importe quoi pour rejoindre la lumière... J'ai tout essayé pour y parvenir. Mais je reste là, entre ces murs, prisonnière de cet enfer.
Timaël est arrivé dans cette maison, dans ma vie, il y a deux ou trois ans, je ne m'en  rappelle plus, le temps n'a plus vraiment d'importance pour moi.
Ce fut mon rayon de soleil dans les ténèbres...
Je l'aime... Plus que tout, je l'aime...
Mais il ne sait pas que j'existe.
Ne connaît pas la force de mon amour pour lui... »
La toute nouvelle saga de L.S. Ange mêlant romance, fantastique et érotisme ; à dévorer de toute urgence.


  • Genre : romance fantastique

  • Nombre de pages : 51

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel


Dernière édition par ninik le Sam 15 Aoû - 8:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mar 14 Avr - 16:10

Quand la mort nous sépare, ép.1, de L. S. Ange

Critique de ninik

J'avais découvert L. S. Ange grâce à son cycle De Toute mon âme, dont j'ai lu les deux premiers épisodes pour l'instant. Comme je le notais dans mes critiques, ce mélange, bien qu'imparfait, de drame amoureux et d'érotisme, mâtiné d'un soupçon de thriller se laissait agréablement lire, avec une écriture à la musicalité un peu difficile au début, mais s'améliorant au fil des pages. C'est ainsi qu'en voyant apparaître un nouveau cycle, cette fois-ci mêlant drame amoureux, érotisme et fantastique, j'ai eu envie de voir ce que l'auteure nous réservait. Comme toujours, ce premier épisode, publié par l'Ivre-book, est gratuit, histoire que les lecteurs puissent se faire une idée à peu de frais et se laissent aisément tenter.
51 pages, c'est certes court, mais cela permet ainsi de voir quelle histoire va se profiler à l'horizon. Et, si le scénario est des plus classique, son traitement se révèle original. En effet, L. S. Ange a choisi de se pencher sur un récit de maison hantée. Une femme, morte dans cette demeure quelques siècles auparavant, observe, sans pouvoir intervenir, les différents occupants de la bâtisse, jusqu'à tomber amoureux de son dernier habitant en date, un jeune homme dépressif. Classique en diable, certes, mais là où l'auteure surprend, c'est en se positionnant du côté du fantôme.
Là encore, la fluidité de l'écriture est imparfaite au début, mais s'améliore alors que le récit progresse, et il est aisé de se laisser emporter par le style. Cependant, il est dommage qu'une certaine naïveté transpire des sentiments des protagonistes. Certes, les deux sont des âmes blessées, et donc s'accrochent à ce qu'ils peuvent (car bien entendu, un événement dont je tairai la nature les permettra de se parler, de se voir, de se toucher), et l'auteure parvient très bien à retranscrire une solitude de plusieurs siècles, et un désespoir abyssal, mais les personnages pleurent un peu trop. Et si la solitude des siècles se fait très bien ressentir, il est dommage que l'auteure n'ait pas accentué l'inhumanité du fantôme. Car comment rester humaine et totalement saine d'esprit après quelques siècles d'observation, d'ennui, à errer dans une maison, seule avec ses souvenirs ? Bien entendu, l'auteure utilise ce récit pour créer un drame amoureux, et son postulat est compréhensible.
Mâtiné d'érotisme, le récit s'attarde donc, lors de leur rencontre, à quelques moments de passion et, en la matière, L. S. Ange est très douée. Les situations sont classiques, ce qui est logique, mais l'auteure sait les rendre diablement chaudes, et il est difficile de rester indifférent à ce moment de passion entre les deux êtres.
Ainsi, tout comme la série précédente de L. S. Ange, Quand la mort nous sépare est plaisant à lire et permet de passer une petite heure intéressante, en compagnie de ses deux personnages, entre tristesse, désespoir et passion. Si, à titre personnel, j'espère que la suite sera moins larmoyante, je la suivrai avec plaisir pour voir comment le récit va évoluer, et les surprises qui ne manqueront pas d’apparaître.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel


Dernière édition par ninik le Sam 15 Aoû - 8:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mer 15 Avr - 18:39



Engels Düster 1.0, de Helka Winter





Timo vit dans un monde étouffant, hanté par les ombres du passé : sa mère partie trop tôt, sa sœur jumelle Anna disparue sans laisser de traces, son père dur et froid...
Encore une journée comme les autres, pluvieuse et grise, à Darktown, cette ville qui les retient tous prisonniers.
Et pourtant, au détour d’une rencontre avec les Engels, un mystérieux groupe de contestataires, il comprendra qu’il a le pouvoir de modifier sa destinée.
Peu à peu se lèvera le voile qui dissimule les lourds secrets de la ville.
Un excellent roman d’anticipation d’une richesse étonnante de la part d’Helka Winter.


  • Genre : anticipation

  • Nombre de pages : 687

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mer 15 Avr - 19:23

Engels Düster 1.0, de Helka Winter

Critique de Frei (à lire aussi sur son blog)

Timo vit à Londres, ville surnommée Darktown. L'histoire se déroule en 2061, dans un futur dystopique. Ville déchirée entre la pègre, le gouvernement et les firmes peu scrupuleuses, Timo va tomber sur les Engels, un groupe de dissidents. Cette rencontre va changer sa vie...

Je n'en dis pas plus, car j'avoue avoir eu du mal à tout saisir et finir ce livre. Car plus l'histoire avance, plus l'auteure place de nouvelles intrigues, et ça en devient trop fouillis. A moins de prendre des notes, on s'y perd très facilement, dans ces 370 pages. Entre l'intrigue sur la pègre et son boss, le gouvernement et son dirigeant, la firme et les siens, le père de Timo, Timo, sa sœur, sa mère, les engels, les anges et l'endroit où ils vivent, ainsi qu'en dehors de Darktown... Et ce n'est qu'une partie de l'iceberg ! Bref, faut s'y retrouver.

Quand j'ai fais quelques recherches, j'ai appris que l'auteure avait 17 ans quand elle a écrit cette histoire (une fiction publiée périodiquement sur Skyblog.com), et ce qui va suivre va prendre tout son sens.
Car l'auteure n'a pas de style propre à elle, elle pioche dans ce qui existe déjà. Tous les éléments géniaux de la science-fiction de ces vingt dernières années se retrouvent dans Engel Düster. Scènes, éléments, personnages (oui, oui! ) qui ont déjà existé se retrouvent tous ici : Matrix, Divergente, Le cinquième élément, Inception, Kill Bill, Batman... Pour ceux que j'ai reconnu (plus ceux qui me disent quelque choses mais dont ma mémoire défaillante refuse de me donner le nom de l’œuvre). Et le résultat? Ça ne colle absolument pas.
L'auteure est jeune, ça se ressent jusqu'au prénoms des personnages, et noms des rues, ainsi que la ville : Darktown, Faith Street, Strange Street, Mme Three la professeure de mathématique, Raven, Drake, Phoenix, pour ne citer qu'eux. Ce n'est pas original : c'est surtout cliché.

Côté écriture, ce n'est pas ça non plus : de nombreuses répétitions, peu d'emploi de synonymes, des descriptions trop longues, des scènes d'actions et de combats impossibles à suivre tellement c'est chaotique. Il y aussi de grosses incohérences, et celle qui m'a le plus sauté aux yeux est au tout début de l'histoire. A moins que la boîte à gants d'une voiture soit une variante particulière de havre-sac (sac sans fond), il est impossible d'y sortir deux kalachnikovs en pleine scène de course-poursuite.
Les changements fréquents de point de vue entre l'auteure et les différents personnages, ainsi que le changement brutal entre un texte fluide qui devient saccadé comme si la situation méritait qu'on lui donne un sentiment d'urgence (alors qu'il n'y a pas lieu d'être), donne le tournis.

Trop de personnages, trop de lieux, trop d'intrigues dans l'intrigue, trop de descriptions et trop de piochage dans les succès cinématographiques de la SF ne me donnent clairement pas envie de laisser une chance au deuxième et dernier tome de Engel Düster qui devrait sortir prochainement.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Sam 18 Avr - 8:39



Belfort, ville de morts, de Cédric Citharel





Après avoir fait connaissance avec une liche dans « On torture bien les animaux », avec un loup-garou dans « Les crocs de la forêt », ces créatures doivent maintenant se réunir pour se lancer à l’assaut de la ville de Belfort.
Entre guérilla urbaine, manipulation des institutions et mysticisme gothique, « Belfort, ville de morts » nous entraîne dans une lutte où les protagonistes, humains ou morts-vivants, se complaisent dans un monde pervers, violent et fantastique.
Ce sont des personnages de roman, n’essayez pas de les imiter.
La suite des « Morts-vivants ne font pas la queue dans les grands magasins » de Cédric Citharel, à dévorer de toute urgence.


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 232

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Sam 18 Avr - 8:41

Belfort, ville de morts, de Cédric Citharel

Critique de Malka

« Belfort ville de morts » troisième volet de la série « Les mort-vivants ne font pas la queue dans les grands magasins » fait le lien avec les deux premiers épisodes : on retrouve en effet les créatures de ceux ci, la liche et le loup-garou, qui vont interagir et avoir un véritable rôle dans l'histoire.
Ici le personnage principal, Tristan le vampire, nous révèle le plan qu'il a projeté pour la ville de Belfort. Ce personnage ambitieux, malin, séducteur, patient et prudent ne mélange pas business et vie vampirique : il prend garde à prendre son repas en dehors de la ville en écumant les boîtes de nuit.Il sait charmer de manière stratégique de façon à gagner en influence et paraît tout à fait civilisé. Il se révèle donc un personnage à la fois charismatique et captivant, malgré sa nature sombre.
De plus c'est un personnage crédible, qui s'est construit une vie organisée, un projet ambitieux, entre son café, la galerie, l'assouvissement de ses besoins vampiriques et sa volonté d'emprise sur la ville. On le suit sans difficulté. Il paraît plus complexe et raffiné que les deux créatures précédentes : c'est un véritable amoureux des arts (ce n'est pas une simple couverture), mais aussi un fin stratège qui sait mener ses troupes et ne se laisse pas déborder par ses instincts . Il est proche des humains, se sert d'eux et reste bien ancré dans la réalité.
Par contre, sa nature vampirique reste assez classique et n'influe pas particulièrement sur l'intrigue.

Tristan mène une routine bien ancrée et avance lentement, avec patience, pour assouvir ses ambitions. Pourtant ses sorties nocturnes lui valent d'être arrêté par la police. Il passe alors une sorte de pacte avec le commissaire qui n'a pas manqué de faire le lien entre les différents méfaits des créatures de l'ombre et lui propose l'impunité sur une partie de la ville, considérée mal famée par la société.
La police apparaît sous un jour stéréotypé, et Tristan qui a l'habitude de considérer les humains avec dédain, n'apprécie pas particulièrement d'être jugé par l'un d'entre eux, alors que celui ci ne connaît ni sa nature, ni sa puissance. Pourtant, il compte bien se servir de ce pacte à sa convenance, pour mener à bien ses projets, avec l'aide de la liche et du loup-garou. En effet, il souhaite faire de Belfort une ville où les créatures des ombres puissent vivre en toute tranquillité, sans se cacher. Il lui vient l'idée de s'infiltrer dans la cité et d'en faire son quartier général. Son plan est organisé, intelligent et bien mené. Dommage que le récit manque un peu de profondeur.

Le récit ne manque pas d'originalité et de crédibilité. C'est passionnant à lire, on avance avec plaisir dans l'histoire et ses rebondissements, mais aussi avec l'impatience de voir quelle conclusion elle prendra. Les événements et obstacles proposent bien des surprises au lecteur, ainsi qu'une galerie de personnages et de créatures non-vivantes variés et fascinants
On apprécie également l'idée originale de créer des créatures, processus difficile, et la transformation qui se fait en fonction de la personnalité de chacun.

Tristan doit faire face à deux ennemis lors de ses aventures : la police, également ennemi naturel de la cité et Nora, artiste qui pratique le chamanisme et qui, accompagnée de son petit ami, s'avère bien plus puissante et dangereuse qu'elle ne le paraît.

Une narration rythmée par des chapitres courts et une plume fluide rendent la lecture agréable.
La narration, essentiellement du point de vue de Tristan, propose un récit captivant, dont on voudrait qu'il continue. En effet, la fin laisse le lecteur en attente du prochain volet, car beaucoup de questions restent encore sans réponses.

En conclusion , j'avais apprécié la lecture de « On torture bien les animaux » et « Les crocs de la forêt », mais j'ai adoré « Belfort, ville de mort » !
Merci au forum Au cœur de l'imaginarium et aux éditions l'Ivrebook pour cette excellente lecture.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Lun 20 Avr - 8:38



Ombre chinoise, de Christophe Masson





À Clermont-Ferrand, un ancien écrivain, vivant à l’écart du monde, loue un studio au-dessus de chez lui à un étudiant chinois. Peu à peu, des liens d’amitié se tissent entre ces deux hommes que tout sépare.
Et quand surgit Chuntian, une professeur de mandarin, un trio amical et amoureux se met en place entre séances à la piscine et promenades sur les volcans d’Auvergne. Jusqu’au jour où l’étudiant disparaît sans laisser de traces…
Corruption et trafics sont les mamelles de la nouvelle Chine capitaliste. L’enquête du narrateur pour retrouver son ami le conduira à Shanghai puis aux portes du Tibet, dans une vallée censée abriter l’Éden sur terre. Mais on le sait, le paradis peut être pavé de mauvaises intentions…


  • Genre : drame

  • Nombre de pages : 555

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Lun 20 Avr - 8:40

Ombre chinoise, de Christophe Masson

Critique de Malka

Ombre chinoise nous propose de partager l'histoire de deux personnages que tout oppose. Le narrateur et Gao, étudiant Chinois qui débarque dans sa vie et la bouleverse.
Au delà des deux univers totalement différents, on retrouve une opposition entre la jeunesse, la vitalité, et l'ambition de Gao et l'âge, l' immobilisme et le regret des voyages d'autrefois de notre narrateur. Celui ci fut un grand voyageur et un romancier, mais plus rien ne semble attractif et il est tombé dans la morosité, la nostalgie et l'ennui.
Gao Jian, de son côté est le séduisant étudiant au rire facile, naïf, rêveur, aimant (il est très attaché à sa famille), serviable et droit avec ses voisins, séducteur avec les filles et avide d'argent. Le narrateur lui découvre au fil du récit une double personnalité et on se demande quelle est son identité véritable.

L'amitié entre les deux hommes semble basée sur une compréhension mutuelle, l'étudiant chinois essayant de faire évoluer la vision occidentale qu'a le romancier de la Chine et le pousse à focaliser son intérêt sur son pays. Il agit comme un véritable déclencheur de changement pour le narrateur, qui prend des cours de mandarin et développe sa fascination pour l'empire du milieu. On sent qu'à travers cet intérêt pour le jeune homme et sa culture, il tente de se retrouver et de rattraper quelque peu sa jeunesse envolée et son goût de la découverte et de l'exploration.
Son amitié pour le jeune homme lui permet ainsi d'ouvrir d'autres portes de sa vie qu'il croyait définitivement fermées : il tombe amoureux et entreprend un voyage en Chine. Si le jeune homme influence le romancier de manière forte en changeant son quotidien, il bouscule aussi son amour propre. Le narrateur ne peut que lui envier sa jeunesse, sa beauté, son charme et ressentir de la jalousie à son égard.
Cette jalousie atteint son paroxysme quand il tombe amoureux de Chuntian, jeune professeure de mandarin, élégante et bosseuse, qui lui préfère finalement Gao.
Pourtant, même s'il ressort amer de l'expérience, il comprend la jeune femme et préfère conserver l'amitié des deux jeunes gens.

La disparition de Gao bouleverse leur vie.
C'est pour Chuntian que le narrateur entreprend de retrouver le jeune homme, même s' il souhaite également comprendre ce qui est arrivé à son ami.
Pourtant, ses justifications paraissent un peu bancales, pas forcément convaincantes, car il entreprend un voyage assez risqué et à l'aveugle. Difficile de comprendre ses motivations profondes. A quoi va-t-il servir de retrouver le jeune homme qu'il sait menacé ? Pourquoi prendre ce risque et ne pas renoncer quand il sait qu'il les met tous les deux en danger ?

L'aventure n'est pas forcément très présente dans le roman, contrairement à ce que laisse penser le résumé. On peut considérer qu'il y a deux parties bien distinctes dans le récit.
Dans la première partie : on assiste aux discussions du narrateur, principalement avec Gao (parfois avec Chuntian), ce sont deux visions et deux personnalités qui se découvrent et s'opposent.
Le côté historique (vécu par le grand père et le père de Gao) très développé s'avère intéressant.
La deuxième partie, plus vivante relate le voyage et les recherches : l'auteur nous propose une bonne immersion dans le pays, pas forcément seulement en tant que touriste, car l'enquête et les recherches font découvrir d'autres aspects sur la personnalité de Gao, mais aussi sur les autres habitants des villes et villages traversés, leurs coutumes et leur vie quotidienne.
L'auteur semble tenir à montrer une facette différente et vraie. Les descriptions des paysages et mode de vie des habitants apportent de la crédibilité et un dépaysement immersif au lecteur.

L'absence de chapitres est inconfortable pour le lecteur et provoque des difficultés à se repérer, et certaines longueurs. Le manque de rythme se fait surtout ressentir dans la première partie où les longues discussions et l'absence d'action peuvent devenir lassants, si le lecteur n'est pas un passionné d' anecdotes historiques et culturelles. De plus l'auteur s'attarde sur un quotidien répétitif et des banalités inutiles pour l'intrigue. Les indices laissés sont peu prégnants, voir imperceptibles, noyés dans ces longueurs narratives.
Parfois, on assiste au passage d'un sujet à l'autre, sans coupure cohérente ou des scènes sont simplement juxtaposées, entraînant la confusion du lecteur qui peut vite se perdre et se lasser.
Toutefois, la plume de l'auteur est fluide et agréable à lire.

En conclusion, « Ombre Chinoise » est un roman instructif, inspiré de faits réels, pourtant mon avis reste mitigé. Ce n'est pas un mauvais roman, mais la rencontre ne s'est pas faite. Dommage. Je remercie le forum Au cœur de l'Imaginarium et les éditions l'Ivre-book pour cette lecture.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mer 22 Avr - 7:49



OPJ 1 - Le Centre, de Laure Izabel





Nat et moi, on roule pour la Crime depuis belle lurette. Alors, les trucs moches, on connait. Ce soir-là, on débarque dans les jardins du Sacré-Cœur, en plein Paname : une fiesta a tourné au vinaigre.
Un mort. Banal, quoi !
Ce qui l’est moins, c’est le Modus Operandi du criminel, et la victime. Surtout la victime, d’ailleurs ! Nat va en prendre plein la poire. Et les dommages collatéraux ne vont pas être sans conséquences… pour bibi !
Après les superbes succès de « Double jeu » et « Le fils de mon boss » aux éditions Sharon Kena, Laure Izabel s’essaie avec réussite au thriller fantastique.
Don’t bite, please !


  • Genre : thriller fantastique

  • Nombre de pages : 443

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mer 22 Avr - 7:50

OPJ 1 - Le Centre, de Laure Izabel

Critique de Malka

Le roman « OPJ1 » débute sur un meurtre, que le lecteur va découvrir dès le prologue et qui se distingue par son caractère surnaturel.
Les policiers, Malik et Nat, arrivent sur le terrain et nous prenons connaissance d’un duo complice, malgré les différences qui les opposent.
Ici l’enquête s’avère particulièrement difficile, car le cadavre retrouvé est celui du père de Nat. De plus, ce dernier ne réagit pas de manière très naturelle et son ami peine à le comprendre. Quand un autre meurtre survient, plus de doute possible, les policiers ont affaire à un serial killer et les circonstances qui l’entourent, demeurent toujours aussi troubles. Nat continue de se comporter de manière étrange et Malik s‘inquiète pour sa santé, mais les changements ne font que commencer

Si le roman est bien écrit et l’intrigue bien mise en place, l’auteur prend des libertés avec la narration, sur les points de vue adoptés, la personne employée qui s‘avèrent très efficaces: toujours à la première personne pour Malik, tandis qu’on assiste à un passage de la troisième à la première personne pour celui qui laisse la bête prendre emprise sur lui. Loin d’être perdu, le lecteur se plie aux changement naturellement, car ils se justifient dans l’écrit. De plus la narration est très vive, captivante. On se retrouve scotché dès les première lignes.
Malik se montre un personnage extrêmement bavard. Il s’étale parfois même un peu trop. Que l’on apprécie ou non, on ne peut nier son côté charismatique, sa force de caractère. Mais derrière ce personnage qui a un physique hors du commun, avec sa carrure imposante et son béret rasta qui ne le quitte pas, se cache un grand tendre, un vrai gentil que l’on apprécie dès le départ et que l’on apprend à connaître au fil des lignes et des pages avec grand plaisir. Il se révèle loyal, prévenant, chaleureux.

Nat est plus difficile à cerner, plus froid et distant, à l’opposé de Malik. Pourtant, son ami ne doute pas de sa prévenance, de sa bienveillance. Son comportement étrange déstabilise Malik et nous intrigue. Même si on comprend vite à quoi s’en tenir avec lui, on reste quand même en attente, car on se demande quelle va être son évolution. Et l’auteur sait rester fidèle au personnage, malgré les changements qui s’imposent à lui.

La relation entre Malik et Nat est posée soigneusement et dès le début : ils sont co-équipiers, amis et co-locataires. Pourtant l’affection de Malik est plus qu’amicale, même si Nat ne lui a jamais laissé espérer la moindre progression dans leur relation. Visiblement, ça lui convient ainsi. Pourtant, leur relation va se détériorer et même être fortement mise à mal. On se demande comment va finir leur belle amitié, bien abîmée par les événements et vouée à changer, par la force des choses.

L’enquête reste au centre de l’intrigue principale du roman, même si les relations amicales et amoureuses prennent également de l’importance.
Le tout est correctement dosé, posé, mis en place pour tenir le lecteur en haleine. Les intrigues secondaires s’intègrent et se mêlent d’ailleurs si bien à la principale, qu’elles fusionnent quand arrive le dénouement final.
L’action et le surnaturel sont aussi bien présents dans le roman, même si on aime se perdre dans les réflexions de Malik, avec qui on devient vite complice, comme s'il était un ami de toujours.

En conclusion : je me suis retrouvée scotchée à la liseuse, portée par les mots de Malik, personnage hors du commun, et captivée par ses aventures avec Nat. Un vrai coup de cœur, et même un sacré coup de foudre pour ce roman, dont je vais attendre la suite avec impatience, car j’ai passé un excellent moment. Merci au forum Au cœur de l’Imaginarium et aux éditions L’Ivre-book pour cette très belle découverte!

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mer 6 Mai - 6:58



Un homme de parole, de Jérémy Semet





Le soir du réveillon de Noël, tout est calme dans le manoir de Falmacres.
Devenu vieux, Charles Gunst est le seul à se souvenir des évènements tragiques qui ont secoué sa famille bien des années auparavant.
Le secret tapi au fond du puits est toujours vivace et il réclame son dû. Or, Charles a toujours été un homme de parole.
Entre émotion et horreur, entre fantastique et légendes oubliées, nombreux sont les chemins empruntés par Jérémy Semet pour nous faire ressentir des frissons de peur et d’angoisse ; mais à tous les coups, les voies sont toutes tracées.


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 38

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mer 6 Mai - 7:00

Un homme de parole, de Jérémy Semet

Critique de Malka

Un home de parole se présente comme un conte de noël plutôt sombre. Un vieil homme retrouve par hasard un costume de Noël, alors qu’il cherche des décorations de Noël dans sa cave. Il a promis à sa femme défunte de décorer le salon pour les fêtes de fin d’année. Seulement, cette promesse n‘est pas la première qu’il ait faite et ce costume de père Noël lui rappelle cruellement, celle qu’il n’a que partiellement tenue lors de son enfance, celle qu’il a faite à une étrange créature cyclopéenne.
S’il a tenu une partie de cette promesse en livrant son oncle à la créature, il renonce à la tenir entièrement, car elle demande un autre sacrifice qu'il lui est impossible à faire.

La disparition inexpliquée de son oncle a lancé un froid sur les fêtes de fin d’année qui ont suivi. Elles ne sont plus fêtées. L’enfant, puis l’homme ont dû faire face à leur acte et à la parole non tenue, au remord et à l’angoisse aussi. Pourtant le vieil homme qui n’a plus rien à perdre décide de réponde au message lancé, quand il retrouve le costume, puis les lunettes de son oncle. Il est le seul à savoir ce qu’il est advenu de lui, et le seul que la créature ait appelé « Charlie aux doigts de fée ».

La nouvelle est écrite dans un style fluide et riche, agréable à la lecture. L’atmosphère de plus en plus lugubre et angoissante est palpable au fur à mesure que le lecteur avance dans la nouvelle et également très bien construite pour décrire l’avancée de l’enfant perdu dans un puits et face à la créature que l’on visualise sans mal.

Si la nouvelle prend des allures de conte, il n’y pas de morale à cette histoire. La fin semble logique, même si elle ne s’impose que progressivement au lecteur. Il s’agit donc d’une mésaventure contée avec une plume soutenue, qu’on lit avec un léger frisson, mais sans vraiment s’impliquer non plus. La nouvelle fort bien écrite ne permet pourtant pas l’immersion. Le narrateur peine un peu à emmener le lecteur dans son histoire, à canaliser pleinement son attention, à attirer sa sympathie.

En conclusion : j’ai eu du mal à me plonger pleinement dans la nouvelle, malgré une belle plume pour la conter. Je lirais bien un autre écrit de l’auteur à l’occasion pour me forger une impression plus approfondie de ses écrits. Je remercie « Au cœur de l’Imaginarium » et les éditions l’Ivre-book pour cette lecture.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Sam 9 Mai - 6:43



Un Manoir pour refuge, d'Ena Fitzbel





Élève au lycée français de Prague, Mila vit chez sa grand-mère depuis la disparition de ses parents.
Chaque nuit, elle fait ce rêve étrange et rassurant d’un manoir perdu au fin fond de la lande écossaise.
Elle y retrouve une amie chère à son cœur et rencontre Kenneth, un mystérieux jeune homme dont elle tombe amoureuse.
Un jour, lors d’un atelier de dessin-écriture, Mila révèle à sa classe l’existence du manoir. Le soir même, se trouve bouleversé le rêve qu’elle croyait immuable : elle découvre que ses camarades du lycée se sont glissés dans la peau de nouveaux domestiques.
Mila doit se rendre à l’évidence : son rêve n’est pas comme les autres.
Un mystérieux et très prenant roman d’Ena Fitzbel à découvrir en numérique chez L’ivre-Book.


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 470

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Sam 9 Mai - 6:44

Un Manoir pour refuge, d'Ena Fitzbel

Critique de Frei (à lire aussi sur son blog ici)

Mila est élève au lycée français de Prague où elle présente sa nouvelle, tirée de son rêve récurrent qui la présente sous les traits d'Elsa, qui rend visite à son amie Bridget dans son manoir écossais. Le soir même, son rêve change pour la première fois : des élèves de sa classe y sont également ! Mais comment ont-ils fait ? Et pourquoi quand l'un d'entre eux meurt dans ce monde onirique, il ne se réveille pas dans la vraie vie ? C'est en arpentant les passages secrets du manoir que Mila et ses amis découvriront la vérité sur ce lieu...

Petit roman science-fiction publié initialement en 2014 chez Bookélis en papier, puis en numérique cette année chez L'ivre-Book, Un manoir pour refuge est le premier roman de l'auteure, que j'ai adoré. J'ai réussi à m'immerger très rapidement dans l'histoire grâce aux descriptions justes des lieux et des différentes scènes, j'avais l'impression de vraiment y être. Ni trop nombreuses, ni trop courtes, ni trop longues, ni trop petites, Ena Fitzbel a su trouver un juste milieu. De plus, avec une écriture fluide qui se lit très facilement et avec un vocabulaire des plus simple, Un manoir pour refuge est un livre qui se veut ouvert à tous, et rend l'immersion d'autant plus facile.

Il y a beaucoup de personnages dans ce roman, sans compter leurs "adaptations" dans le rêve, et pourtant je n'étais pas perdue une seule fois. Les personnages sont travaillés, même les personnages secondaires et s'intègrent bien à l'histoire. Chacun apporte sa pierre à l'édifice ! Cependant, quand Mila et son amie Tif cherchent lesquels de leurs camarades se sont glissés dans la peau des nouveaux habitants du manoir, je trouve que l'auteure prend des raccourcis un peu trop rapide et qui sonnent un peu bancals : à peine ont-ils prononcé une phrase qu'elles les reconnaissent immédiatement, alors qu'ils n'ont pas la même voix, le même physique, voir même, pour certains, pas le même caractère. Ces parties-là me paraissent un peu trop floues et auraient mérités qu'on s'y attarde un peu plus.

Que dire de plus? Je ressors globalement satisfaite cette lecture et j'ai hâte de découvrir les autres écrits d'Ena Fitzbel !

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Jeu 14 Mai - 7:56



Origines : Le dernier Oracle, d'Agnes Rabotin





A 29 ans, Johanne a une mémoire hors norme et un odorat d’une extrême sensibilité. Elle est enceinte de son premier enfant et tout serait parfait si Hadrien, le futur papa, n’était pas un jeune homme trop immature pour faire face à ses responsabilités.
S'ajoute à cela l'intrusion dans sa vie d'un mystérieux personnage. Elle voit à travers son regard tandis qu'il la fait entrer dans une nouvelle réalité. Un voyage qui va lui permettre de comprendre les plus grands mystères de l’existence et plus encore, que rien dans sa propre vie n’est le fruit du hasard. Et si son bébé était l’enjeu d’une rivalité olympienne ?
Un étonnant voyage mythologique parsemé de multiples rebondissements.


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 787

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Jeu 14 Mai - 7:57

Origines : Le dernier Oracle, d'Agnes Rabotin

Critique de Malka

Johanne, enceinte, peine à se remettre du départ d’Adrien, père de son enfant, qui ne se sent pas prêt à assumer ses responsabilités. Alors que le jeune homme est parti en Grèce, engagé dans une troupe de théâtre et désireux de retrouver le père qu’il n’a jamais connu, elle fait la connaissance de l’étrange Eros et de sa famille. Elle n’est pas au bout de ses surprises, entre les révélations et les dangers qu’elle doit affronter ! Heureusement, Johanne a des alliés de taille…

Dans Origines l’auteure fait une interprétation personnelle de la mythologie grecque, qu’elle s’approprie pour la lier à l’intrigue. L’auteure se dit passionnée par le sujet depuis longtemps et on sent, en effet, son investissement et sa connaissance dans l’écriture du roman.
Certains mythes sont conservés (et on les redécouvre avec plaisir), d’autres modifiés, voire remodelés pour se mieux se plier à l’intrigue. L’introduction de ses mythes se coule très bien dans l’histoire, sans l’alourdir.
L’auteur a eu également le soucis de rester fidèle à l’esprit de celle-ci dans son écriture, tout en apportant une touche de modernité (l’histoire de Johanne se déroule à notre époque). En effet, les dieux grecs s’incrustent à l’occasion parmi les humains, ont des aventures (même si une loi le leur interdit à présent), et se mêlent de leur destin.
L’auteure conserve également la symbolique propre à chaque dieu et leur attribue des pouvoirs singuliers développés selon leurs caractéristiques, généralement judicieux.

Le roman s’organise en trois parties et la narration s’y adapte naturellement. Elle se déroule toujours à la première personne, ce qui permet de donner un caractère immersif au roman.
On comprend l’intention de l’auteure à travers ses choix de narrations. Se fixer sur le point de vue de Johanne dans la première partie, laisse planer le doute sur Hadrien et ses intentions envers la jeune femme et son enfant. De plus, elle permet de faire de la jeune fille le personnage principal par qui passe la plupart des révélations au lecteur. Hadrien intervient dans la deuxième partie en alternance avec Johanne. Le lecteur en apprend plus sur le personnage et ses émotions, ses réactions quand il apprend la vérité sur son identité. Cela permet aussi de découvrir certains personnages sous une autre facette: leur comportement diffère selon qu’ils se trouvent avec Adrien ou Johanne (c’est notamment le cas pour Appolon). La troisième, plus courte, nous offre le point de vue d’Eros, ce qui permet d’en savoir d’avantage sur ce personnage très secret et de comprendre ce qui le ronge.

Les personnages du roman sont bien caractérisés, et consistants.
Johanne, personnage principal, est une fille attachante. Hadrien a peut être le mauvais rôle au début de l’histoire, mais c’est un personnage complexe. Johanne et lui semblent complémentaires, et la jeune fille reste très amoureuse et concernée par lui, malgré ce qu’il lui a fait.
Eros, Apollon et Hermès sont les dieux les plus présents dans l’histoire, Artémis et les nymphes ont également un rôle actif, même si moindre. Les autres dieux de l’Olympe n’y feront qu’une rapide apparition.
Eros, personnage essentiel dans l‘intrigue, se mesure à son frère jumeau, Antéros, dangereux adversaire, puisqu’il tente à plusieurs reprises de tuer Johanne et son enfant. Eros apparaît comme un personnage d’une grande gentillesse et d’une grande patience. Apollon possède un côté frimeur, mais cache une froideur de guerrier. Hermés apparaît plus espiègle.
Ces dieux possèdent la sagesse de l’âge, mais le temps et les souffrances ne les épargnent pas. Ils ont perdu des êtres chers et leurs ombres restent bien présents.

L’auteure prend le temps de laisser ses personnages (surtout les mortels) douter, remettre en question l’impensable avant de l’intégrer et l’accepter (l’existence des dieu de l’Olympe est un premier pas, mais bien d’autres secrets sont dévoilés tout au long du roman). Elle les bouscule, leur fait subir les conséquences de leurs actes et leur laisse le temps de s’adapter.
Elle sollicite le lecteur et son attention constamment, car dès que les personnages obtiennent des réponses à leurs questions, s’en imposent de nouvelles. Le tout donne un roman crédible et passionnant.

Remarque : si l’amour représente l’un des thèmes forts du roman, de par l’histoire de Johanne et Adrien et la forte présence d’Eros, ce n’est néanmoins pas une romance.

En conclusion, Origine nous offre une intrigue bien menée, exploitant avec cohérence la mythologie grecque. Les personnages sont crédibles et attachants, la lecture trépidante. J’ai dévoré ce premier tome et j’ai hâte de pouvoir lire le deuxième tome ! Merci au forum  Au cœur de l’Imaginarium et aux éditions L’ivre-Book pour cette excellente lecture.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Lun 18 Mai - 8:26



Sous le soleil de Charly, vol.1, de Carine C.





Charly Smith arrive à Sunnytown avec ses deux meilleurs amis, Tony et Liz. Elle vient rejoindre sa mère et ses deux sœurs. Elle espère prendre un nouveau départ et si possible s'installer définitivement cette fois et surtout éviter l'amour qui ne provoque que des catastrophes dans sa vie.
Mick Drew arrive à Sunnytown pour prendre la place du chef de famille après le décès de ses parents. Il va être le tuteur de son frère Ronnie, 10 ans et surveiller Keith, son autre frère, majeur mais irresponsable. Sa petite amie Karen n'est pas prête pour la vie de famille et le quitte après trois ans de relation.

Mick et Charly vont se rencontrer et tout ne va pas être simple entre eux, loin de là.


  • Genre : romance

  • Nombre de pages : 367

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel


Dernière édition par ninik le Sam 28 Nov - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Lun 18 Mai - 8:27

Sous le soleil de Charly, vol.1, de Carine C.

Critique de Malka

Charly et ses amis Tony et Liz arrivent à Sunytown pour poursuivre leur études à l'université. Ils semblent fuir quelque chose et s'installent ensemble dans une chambre d'étudiant. Cette solution ne peut durer. Les trois amis inséparables emménagent alors dans une chambre chez Mick et Ronny, son petit frère qu'il élève seul depuis que leurs parents sont morts. Entre Charly, qui traîne un lourd passé derrière elle et Mick, le courant passe très bien. Mick espère même que leur relation évolue de manière significative, mais Charly reste réticente.

L'histoire se centre sur ces deux personnages et alterne leurs deux points de vue, mais les personnages secondaires ne sont pas négligés pour autant. Tony, personnage bi et trans occasionnel, cherche encore son identité et son orientation sexuelle. Liz, gothique au grand cœur, a pour habitude de parler des sujets les plus gores, mais cherche également l'affection et la chaleur humaine. Ronny petit garçon mal dans sa peau, ne peut qu'attendrir le lecteur. Charly et Mick semblent presque banals devant ces personnages qui ne manquent pas de prestance et leur volent la vedette. Charly, personnage à fleur de peau, ne jure que par ses amis et cache des secrets qui ne se révèlent que tardivement au lecteur. Ils la poussent à se croire maudite et à refuser l'amour que lui porte Mick. Mick, lui, a tout du garçon sérieux et responsable. Il force l'admiration par sa force et sa détermination à vouloir s'occuper de ses frères. Finalement, ils sont les deux personnages stables et fiables du roman. D'autres couples se forment, mais on les voit naître et se développer que brièvement. L'histoire de Charly et Mick s'impose devant les autres.

Le ton de la narration est jeune et contemporaine. La touche de modernité apportée par des personnages assumant pleinement leurs différences est amenée subtilement par l'auteure. En effet, elle ne tombe pas dans la caricature et donne de la crédibilité à ses personnages. Seul le passé de Charly semble un peu gros pour être vrai.
Le personnage de Nick Black, riche professeur agoraphobe, paraît également un peu surfait. Pourtant dans l'ensemble, les personnages sont riches et attachants. Leurs relations sont également bien mises en place, entre amitiés, amitiés amoureuses, passion et libertinage, il se dégage beaucoup de tendresse du roman.
Celui ci ne manque pas non plus de sensualité. Des scènes très chaudes et très bien écrites viennent épicer le tout.

En conclusion « Sous le soleil de Charly » fut une lecture agréable. Même si le roman propose une romance classique, les personnages dénotent par leur personnalité et apportent de la fraîcheur. Le style de l'auteur, agréable dans l'ensemble, emmène le lecteur et lui fait oublier les quelques imperfections du roman.
Je remercie le forum « Au cœur de l'Imaginarium » et les éditions « l'ivre-Book » pour cette jolie découverte.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel


Dernière édition par ninik le Sam 28 Nov - 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   Mer 27 Mai - 7:26



Ouroboros 1 - Clara, de Christophe Rosati





Les feux dévorants de la première guerre interplanétaire se sont éteints il y a dix ans, laissant un goût de cendre et de misère. Un demi-siècle de combats dévastateurs entre les humains et les cyborgs pour la suprématie de l’espace habité, qui s’est soldé par un cessez le feu salutaire.
Clara Cruz, mercenaire émérite et vétéran de ce conflit absurde, et Rob, son ancien ennemi se voient confier la tâche d’infiltrer une corporation pour le compte d’une organisation indépendante. Mais entre les piliers de béton et de verre, entre les lumières citadines, les polices privées, les Bot-gangs et les tours d’ivoire se cachent des dangers que personne ne voudrait affronter et des secrets bien gardés.
Thriller d’action futuriste, Ouroboros est un roman cyberpunk dans la veine des récits de William Gibson, qui sera édité par L’ivre-Book en cinq épisodes, à raison d’un épisode par mois.


  • Genre : science-fiction

  • Nombre de pages : 167

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel


Dernière édition par ninik le Dim 28 Juin - 8:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Editeur] l'ivre-book   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Editeur] l'ivre-book
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Imaginarium :: Partenariats :: Partenaires-
Sauter vers: