Bienvenue au Cœur de l'Imaginarium !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [éditeur] Kitsunegari éditions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malka

avatar

Messages : 1185
Date d'inscription : 28/05/2014

MessageSujet: [éditeur] Kitsunegari éditions   Mer 18 Juin - 11:51



Kitsunegari éditions




Maison d'édition à compte d'éditeur pour jeunes auteurs SFFF à découvrir !



  • Site : www.kitsunegari-editions.com

  • Facebook : https://www.facebook.com/pages/Kitsunegari-Editions/574427952638169



_________________
Lectures en cours :
Le crépuscule des rois (partenariat Rivière blanche)
Femme de Vikings (partenariat La Musardine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malka-re-v-alite.blogspot.fr/
Malka

avatar

Messages : 1185
Date d'inscription : 28/05/2014

MessageSujet: Re: [éditeur] Kitsunegari éditions   Mer 18 Juin - 11:56



Les chroniques de Liève T1 : De l'autre côté, de Tom Elemsis





Andy vit seul depuis la mort de ses parents et la disparition de son frère. Pour survivre il a besoin de deux choses : des boulots pas très catholiques qui lui apportent un peu d'argent, et Alix, sa meilleure et seule amie, qui lui apporte un peu de joie. Seulement, sans le savoir, le jeune homme se met à dos Ray Bull, le fils d'un des patrons de la Pègre locale, et attire des ennuis, non seulement à lui-même, mais aussi à Alix.

De l'autre côté du Pont, le professeur Lan McShine vient d'écrire un livre qu'il n'a pas souhaité publier et enseigne depuis peu à l'université d'Eviel. Alors qu'il tente de remettre sur le droit chemin une élève qui l'intrigue énormément, Lan fait une rencontre peu commune : Irvine Onyx, un motard mystérieux et dangereux qui n'a rien à faire dans un bar, car il est censé se trouver...dans son livre.



Genre : Science-fiction
Format : papier
Nombre de pages : 238












_________________
Lectures en cours :
Le crépuscule des rois (partenariat Rivière blanche)
Femme de Vikings (partenariat La Musardine)


Dernière édition par Malka le Mer 18 Juin - 12:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malka-re-v-alite.blogspot.fr/
Malka

avatar

Messages : 1185
Date d'inscription : 28/05/2014

MessageSujet: Re: [éditeur] Kitsunegari éditions   Mer 18 Juin - 12:03



Les chroniques de Liève T1 : De l'autre côté, de Tom Elemsis




Critique de Virgi-lit

J'ai eu l'occasion de découvrir "Les chroniques de Liève" grâce à un partenariat et je dois avouer que j'ai été complètement transportée par l'histoire.

Ce livre peut être un peu perturbant au premier abord, car les premiers chapitres sont racontés par des personnages différents et qu'on ne voit pas tout de suite le lien.
On découvre donc successivement des personnages attachants et des personnages un peu plus froids. Toutes ces petites histoires s'imbriquent finalement parfaitement et elles permettent une alternance entre des scènes d'action et des scènes plus calmes. J'ai trouvé ça vraiment agréable à lire, moi qui n'aime pas spécialement les scènes de tirs, parce que je les avais en petite dose et je n'étais donc pas du tout lassée.

J'ai particulièrement aimé Alix, cette fille attachante avec une vie pas facile et des parents peu présents mais je l'ai trop souvent confondue avec Line, une fille assez originale et très secrète. Du coup, je me perdais un peu dans le livre.
Le soucis est que malgré les changements de narration, le nom de la personne qui raconte n'est pas noté et il faut donc trouver qui parle pour bien comprendre l'histoire. Cependant, on est aidé par l'auteur. En effet, il y a un changement visible dans la façon de s'exprimer de chaque personnage et un style qui lui ait propre. Certains personnages sont plus grossiers, d'autres expriment leurs sentiments plus en détails et on ressent donc assez bien ce changement de narrateur.

Personnage incontournable de ce livre, Lan McShine m'a semblé très réaliste. On découvre un homme attachant, qui mène une vie de routine jusqu'à l'apparition d'Irvine Onyx, qui  est tout simplement le personnage principal du roman qu'il a écrit. Irvine m'a réellement marqué de par son caractère. C'est un homme très froid et qui n'accorde pas beaucoup d'importance à la vie de ses victimes car il les tue de sang-froid. Cependant, il nous montre un petit côté sensible durant certaines scènes du livre qui rendent ce personnage au départ détestable, un peu plus naturel.

J'ai trouvé ce roman très réaliste... Jusqu'à l'ajout des scènes de science-fiction. Un mélange bien dosé parce qu'on a vraiment l'impression que c'est de notre société dont on parle. On reconnaît les quartiers mal fréquentés, les petits bars miteux, … comme si l'auteur nous décrivait notre propre ville et puis, subitement, l'irréel apparaît et nous laisse sans voix.

Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce livre, c'est que par les énigmes et le suspens, je me sentais vraiment plongée dans l'histoire et je cherchais, moi aussi, une explication plausible.
Pour toutes ces raisons, je lui accorde la note de 4/5 !











_________________
Lectures en cours :
Le crépuscule des rois (partenariat Rivière blanche)
Femme de Vikings (partenariat La Musardine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malka-re-v-alite.blogspot.fr/
Malka

avatar

Messages : 1185
Date d'inscription : 28/05/2014

MessageSujet: Re: [éditeur] Kitsunegari éditions   Sam 29 Nov - 16:20



A l'ombre des regards Tome 1 Œil pour œil de Vanille Bardoz


Il aura suffi d’un seul moment, un seul, pour que ma vie se transforme en une histoire complètement abracadabrante. Ce type, là, qu’est-ce qu’il me veut ? Franchement, même en consommant des champignons hallucinogènes, je n’aurais pas réussi à imaginer une chose pareille. Des Ombres, des Naïades et des Sylphes ? On aura tout vu ! Et je sens que si ça continue comme ça, je n’atteindrai jamais les vingt et un ans parce que je serai morte avant.
On pourra alors lire sur ma PIERRE TOMBALE un truc du style :

Ondine SMIRS
1995-2016
Repose ENFIN en paix.



Critique de Aelynah
Nous commençons ce roman par de petits chapitres, pour nous mettre en appétit. Chapitres, qui semblent vouloir nous mettre dans l'ambiance et nous voient réaliser que parfois les légendes ont une part de réalité. Chose qu'une jeune femme, auteure de romans à succès va hélas découvrir à ses dépens. 

Puis, nous allons changer d'époque et allons nous voir d'abord conter l'histoire de deux personnages aussi différents que le jour et la nuit. Et c'est dire, puisque l'un est une jeune fille d'une vingtaine d'années, timide et réservée, tandis que l'autre plus âgé d'une bonne centaine d'années est un vampire. 
Voici donc devant vous Ondine et Russel. 

Leur rencontre tout d'abord fortuite prend ensuite la forme de coïncidences manifestes. 
Et pourtant, ils ne se parleront quasiment jamais au début si ce n'est en rêve qu'ils semblent faire tous deux à chaque période de sommeil. 

Ondine est donc une jeune femme d'une vingtaine d'année. Réservée, plutôt pudique, elle a pour amie Claire son exact opposé, extravertie à l'excès, sans gêne et curieuse de tout. C'est une amitié assez surprenante qui les lie depuis les couche-culottes. Cependant l'excès de tout qui caractérise Claire ne déteint pas sur Ondine et elle reste une jeune femme simple et attachante, qui semble pleine de sensibilité. 

De son côté, Russel, vampire de son état, avec tous les avantages et les inconvénients que cela apporte plus quelques autres est un homme plutôt sexy, la trentaine.
Chose surprenante, il suit une thérapie, chaque jeudi soir. 
L'ennui de la vie de vampire semble le gagner et pour contrer cela il rencontre donc son thérapeute une fois par semaine. L'utilité de ce dernier et le soulagement de la thérapie étant ce qui le sauve des appétits sanguinolents de notre héros. 

Leur rencontre va donc chambouler pas mal de choses dans leur petite vie à tous deux. On pourrait alors appeler ça sentiments et bouleversements. 
Et la suite des événements, étonnante et détonante va alors nous faire quitter notre petite vie tranquille pour un monde glauque et sombre peuplé de meurtriers psychopathes, d'anges de la vengeance, d'êtres fantastiques et dangereux, ou sexy et lunatiques.

Le quatrième de couverture m'a d'abord attirée, la couverture m'a ensuite conquise malheureusement je ressors de ma lecture mitigée et un peu dubitative. 

C'est un premier roman pour cette jeune auteure et cela se ressent peut être un peu dans le scénario général que j'ai eu un peu de mal à suivre. Il faut attendre la deuxième partie du livre pour vraiment voir les choses se mettre en place mais, même ainsi les changements réguliers de points de vue m'ont déstabilisée. 

Car la narration à la première personne est pour moi généralement un style à maîtriser, car il implique une imprégnation des lecteurs dans la vie du personnage et donc pour cela un style léger et fluide. 

Autant j'ai pu apprécier cette fluidité dans les chapitres concernant les personnages féminins du roman où la plume est enlevée et simple, autant dans les chapitres concernant Russel j'ai eu plus de mal comme si la narration au masculin, dans la tête du personnage est plus laborieuse. 
Car, j'ai l'impression que la forme reste la même que si nous étions dans la peau d'Ondine ou Lyndsey alors que nous sommes dans celle de Russel. C'est troublant et du coup cela gêne la lecture.
Pourtant, l'auteure sait nous faire ressentir leurs émotions et c'est avec bonheur ou tristesse que nous les suivons petit à petit. Leurs sentiments sont exacerbés par la présence de Russel. Chacune à sa manière en éprouve des forts pour lui. Il sait souffler le chaud et le froid selon celle qui est dans ses parages. 
En fait, elles ont toutes deux un côté auto-destructeur qui nous les rend attachantes

De plus, l'une comme l'autre ont ces rêves qui nous font nous interroger sur leurs significations et surtout sur les événements qui vont en découler, car la part des rêves semble avoir une grande place dans ce récit. 
Et lorsque l'on apprend que Russel lui-même en semble victime, alors ils nous paraissent tout à coup encore plus importants et pourtant toujours aussi obscurs. La plupart des personnages les subissant, il nous faudra attendre un bon moment avant de comprendre leurs tenants et aboutissants et alors nous n'aurons qu'une partie d'explication, ce qui me laisse un goût d'incomplet.

La venue d'un quatrième personnage, arrivé comme un cheveu sur la soupe au milieu du récit m'a tout d'abord intriguée. Il semble hanté par Russel et par des sentiments ambigus entre amour et haine. 

Au départ je me suis dit, tiens il va y avoir de l'action avec ce personnage, lui même vampire et qui plus est en froid avec Russel. 
Cela laisse présager une nouvelle énigme que nous souhaitons voir se développer. Et puis plusieurs chapitres passant, il ne réapparaît pas. Au point que l'on en vient à se demander si ce chapitre qui lui est consacré à une véritable utilité, au point même de ne plus savoir comment il s'appelle quelques chapitres plus loin. Une seule chose nous marque dans le flashback qu'il nous fait vivre à ses côtés, la cuisante humiliation qu'il va éprouver à la fin de celui-ci.

Les chapitres concernant Russel eux aussi ne m'ont pas fait vibrer plus que cela. Il est vrai que de voir un immortel se débattre avec des sentiments et sensations d'humains lambdas et devoir en parler à son psy aurait pu avoir un côté attrayant et amusant mais le personnage a quelque chose qui me gêne dans sa façon d'être. 
Ses remarques vis à vis d'Ondine sont souvent bizarres, extrêmement condescendantes, purement macho et surtout trop directives pour aller avec les soi-disant sentiments qu'il dit avoir. Il est complètement décalé. Cela m'a plus gêné que plu à vrai dire, car cela donne un effet glauque à leur relation, que je n'ai pas aimé du tout. 
Vous savez ce côté où c'est l'homme qui décide tout, même des sentiments de sa femme. On pourrait dire que c'est son côté vampire qui amène cette sensation, qu'Ondine est subjuguée, mais il y a autre chose dans la la manière dont cela nous est présenté par l'auteure, qui me le rend particulièrement désagréable. Le problème c'est que je n'ai pas encore réussi à trouver quoi. 

Peut être est-ce justement le décalage entre les chapitres introspectifs de Russel concernant ses sentiments et ce qu'il en fait de glauque lorsqu'elle est près de lui, une poupée, un être dépourvu de cervelle mais pas de désir. 

Il faut ensuite attendre le milieu du livre pour découvrir enfin une explication à ces rêves. Et je dois dire que plutôt que me donner encore plus envie de connaître la suite, ce passage m'a éloignée du roman. Autant la plume de l'auteure dans les chapitres précédents était légère et agréable, autant les explications alors reçues me semblent lourdes et trop rapides comme jetées là en pâture à Ondine et aux lecteurs.
Les dialogues entre ce nouveau personnage et Ondine ont une syntaxe un peu trop familière pour moi. Et j'ai du mal à concevoir que deux personnes qui ne se connaissent pas la minute avant puissent échanger comme des "potes" l'instant d'après. 

Pour la première fois j'ai donc eu du mal à exprimer mes sentiments dans une chronique car malgré ces points négatifs, j'ai pu apprécier sur une bonne partie du livre la plume légère de l'auteure et son enthousiasme à nous faire partager son roman. 
Il est encore jeune et malgré un scénario que je qualifierais peut-être trop complexe au premier abord, j'ai trouvé de belles choses à me mettre sous la dent. Il y a de l'action quoiqu'un peu rapide, de la romance quoiqu'un peu glauque, du fantastique et un final surprenant. 









_________________
Lectures en cours :
Le crépuscule des rois (partenariat Rivière blanche)
Femme de Vikings (partenariat La Musardine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malka-re-v-alite.blogspot.fr/
Malka

avatar

Messages : 1185
Date d'inscription : 28/05/2014

MessageSujet: Re: [éditeur] Kitsunegari éditions   Dim 18 Jan - 11:49



De mémoire d'homme d'Elodie Philippe



Et si l'humanité prenait un nouveau départ ?

Au large de l’Antarctique, les remorqueurs ont fini de préparer l’iceberg qui partira bientôt pourvoir en eau douce le continent africain. Dans la base Georges Mougin, sur la côte, Anton et Phœbus supervisent leur retour au port lorsqu’une proche colonie de milliers de manchots disparaît subitement.

Dans la double pyramide, la petite San ne supporte pas les implants télesthésiques qui lui permettraient de rejoindre l’unité spirituelle formée par les habitants de la cité. Jud, le chirurgien, s’apprête à inciser les tempes du nourrisson pour les extraire.

Inspirée par les œuvres philosophiques de Platon autant que par les textes fondateurs des trois grandes religions monothéistes, découvrez l’anticipation qui vous fera appréhender notre existence autrement.




Critique de Malka
La très belle couverture du roman reste sobre et interpelle le lecteur, attire l’œil et intrigue.

De mémoire d'homme s'organise sous la forme de deux histoires parallèles, sans attaches au premier abord, mais qui se rejoignent finalement très tardivement. D'un côté, nous retrouvons Anthon et Phoebus techniciens d'une base d'extraction d'un iceberg, de l'autre Jud le médecin, San une fillette marquée par son handicap et sa différence (elle rejette les implants qui lui permettraient la communication par télépathie, mise en place dans leur cité), et les anges qu'ils vénèrent.
Dans « De mémoire d'homme », il ne faut pas s'attendre à une SF pure, mais à un récit SF empreint de philosophie, de mysticisme et d'une touche fantastique.

L'entrée dans le roman fut difficile et déstabilisante. La double intrigue mise en place rend le lecteur un peu confus. Les technologies présentées manquent d'originalité. On constate également une maladresse dans la narration des premiers chapitres qui privilégie les descriptions de la base, du matériel, ou des personnages, sans qu'il n'y ait la moindre action. Ce départ mal engagé peut amener des craintes pour la suite, pourtant il serait dommage de bloquer sur ce début maladroit, car l'histoire se met ensuite en place et devient plus intéressante. L'auteur arrive à accrocher le lecteur par une plume agréable et une narration devenue plus fluide.
J'ai regretté tout de même un rythme saccadé : chapitres très courts, parfois inconfortables à la lecture, ce qui peut freiner l'avancée dans l'histoire. Toutefois, l’alternance entre les deux intrigues ne m'a pas dérangée, même si le lien entre les deux reste imperceptible jusqu’à la fin. Heureusement, l 'écriture simple et dynamique l'emporte facilement. Les descriptions sont également maîtrisées et les dialogues naturels, mais les personnages manquent un peu de profondeur dans la perception de leurs émotions.

Le monde d'Anthon et Phoebus semble copié sur le notre avec quelques changements peu marquants, il en est de même pour les technologies évoquées. Seuls quelques détails dans les dénominations techniques tentent d'apporter un semblant d'évolution. Porté par le récit, le lecteur peut toutefois passer outre, et prendre le parti d'y croire.
En effet, le point essentiel du récit ne réside pas dans les technologies abordées, mais dans la réflexion sur le renouvellement des civilisations, basée sur le « vivre ensemble » (voire survivre), mais aussi sur la communication et la compréhension au sein de celles ci. Jud va s'adapter à une civilisation différente de la sienne, tandis que San tente de s'adapter à celle qui la rejette, la transforme, lutte pour son évolution.
La communication s'inscrit vraiment au cœur de l'intrigue à travers divers points et problématiques posés : discussion sur le « savoir écrire » qui s'est perdu dans le monde d'Anthon et Phoebus, utilisation du morse comme solution en situation de crise, les implants qui permettent la télépathie dans la cité et le rejet de la petite San, alors que son handicap lui permet de contourner cette forme de communication imposée à ses habitants. En effet, son impossibilité de s'exprimer cause des expériences parfois difficiles provoquant l'incompréhension, la frustration et la colère, mais lui permet pourtant de s'approprier et développer le langage parlé, l'expression par l'art, sachant que la télépathie a bloqué ces possibilités chez les autres membres de la cité ( ils ne ressentent pas ce besoin). Dans la cité de Jud et San, la parole considérée comme avilissante devient pourtant pour eux synonyme de liberté, (puisque la télépathie permet avant tout la surveillance par les anges: chaque pensée est perçue, modulée si besoin par la foi). La télépathie freine également l'intensité des sentiments. En ce sens, l'auteur fait une exploration juste et efficace de la télépathie en tant que moyen de communication ainsi que la perte qu'elle entraîne de ce qui caractérise l'homme : la création.
Le culte propre à chaque civilisation prend également une place importante dans le récit. Il forge la culture, encourage la peur des autres en vue de le leurs différences et leurs croyances souvent non comprises.

L'univers riche, bien maîtrisé et la réflexion pertinente sur la communication prennent pourtant le dessus sur l'intrigue, qui s'en trouve appauvrie et c'est dommage, car le tout reste cohérent et intéressant.

La fin réserve son lot de surprises : on comprend mieux le cheminement de l'auteur, le lien entre les deux histoires et le choix de leur narration alternée, mais on retrouve aussi d'autres révélations surprenantes.

En conclusion : malgré un début difficile, la lecture de « De mémoire d'homme » fut à la fois surprenante et agréable. Je l'ai donc apprécié et remercie le forum « Au cœur de l'Imaginarium » et les éditions « Kitsunegari ».








_________________
Lectures en cours :
Le crépuscule des rois (partenariat Rivière blanche)
Femme de Vikings (partenariat La Musardine)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malka-re-v-alite.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [éditeur] Kitsunegari éditions   

Revenir en haut Aller en bas
 
[éditeur] Kitsunegari éditions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Imaginarium :: Partenariats :: Partenaires-
Sauter vers: