Bienvenue au Cœur de l'Imaginarium !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Editeur] Petit Caveau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: [Editeur] Petit Caveau   Sam 28 Juin - 11:04



Les Editions du Petit Caveau




Les Éditions du Petit Caveau sont une maison d’édition associative (loi 1901) consacrée à la publication et à la promotion de la littérature vampirique sous toutes ses formes. Elle se veut aussi tremplin pour les auteurs vers de plus gros éditeurs.

La maison a été créée en 2008 lorsque ses fondateurs (Ambre Dubois et des membres du site/forum La Crypte) ont constaté qu’il était difficile pour de « jeunes » auteurs francophones de trouver un éditeur, et encore plus lorsqu’ils écrivent sur les vampires (nous étions un peu avant le « boom » du genre bit lit, auquel nous ne nous limitons cependant pas). L’édition de la SFFF connaissait une petite crise suite à la fermeture de Nuit d’Avril. Pour certains auteurs, qui n’ont pas immédiatement trouvé repreneur, ou ont fait l’expérience de repreneurs peu fiables, les choix étaient dès lors limités : opter pour l’auto-édition, avec le mépris regrettable que cela engendre et aussi le risque d’un manque de recul sur sa propre production, ou se contenter de publier sur des sites, forums ou blogs en espérant qu’on les remarque un jour.

Nous ne pratiquons pas de compte d’auteur et prenons en charge la correction, l’illustration, l’impression, la distribution (via Lokomodo en papier et Immatériel en numérique) et la promotion. L’auteur signe avec nous un vrai contrat d’édition et est rémunéré en droits d’auteur sur chaque vente et dès le premier exemplaire. En dehors des auteurs et de certains collaborateurs (illustrateurs, imprimeurs), tous nos membres sont bénévoles. Ambre Dubois elle-même, notre administratrice, reverse entièrement ses droits d’auteur à l’association. L’argent récolté grâce aux ventes sert à financer les activités de l’association, et donc la publication de nouveaux livres. Nous sélectionnons les ouvrages que nous voulons supporter via par un comité de lecture, si besoin en anonymisant les manuscrits pour éviter toute influence. Nos moyens étant réduits, nous publions peu de livres par an (quatre en papier, plus quelques inédits en numérique, comme les feuilletons).

Notez que Les éditions du Petit Caveau et ses membres n’ont pas pour but de s’enrichir et de devenir une « grande » maison d’édition (ce qui serait contraire à notre statut associatif), mais d’offrir une première expérience éditoriale à de jeunes auteurs motivés et prêts à travailler en collaboration avec nous sur leur manuscrit. Certains auteurs qui ont débuté chez nous sont aujourd’hui chez de plus gros éditeurs (Marika Gallman chez Bragelonne/Milady, Stéphane Soutoul chez Rebelle et J’ai Lu, Cécile Duquenne chez Bragelonne et Voy’el).



  • Site : http://www.editionsdupetitcaveau.com/

  • Facebook : https://www.facebook.com/pages/Editions-du-Petit-Caveau/228627231629?fref=ts



_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Sam 28 Juin - 11:17



L'Histoire de monsieur N, de Thibault Rollet





«  Passe-mondes. C’est ainsi que je me nomme et ce sera votre patronyme à présent. Vous serez bientôt le gardien du plus grand secret de l’humanité. Car les vivants existent. Mais les morts aussi »

Découvrez un univers parsemé de légendes fantomatiques, une vision de la mort terriblement décalée et hilarante. Laissez-vous porter par les pouvoirs du Passe-mondes et envisagez que ce qu’il se passe dans ces pages pourrait exister…

Parce que c’est le cas. Mais chut ! C’est un secret.



  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 194

  • Format : numérique







_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Sam 28 Juin - 11:18

L'Histoire de monsieur N, de Thibault Rollet

Critique d'Aelynah

Mr Neeyers est ce que l'on appelle un homme ordinaire dans un monde ordinaire jusqu'à ce soir-là, un vendredi 13.
À son retour du travail, le voici qui n'est pas seul dans sa voiture. Lorsqu'il tente d'enfermer cet homme étrange dans celle-ci pour s'enfuir se calfeutrer chez lui, il est plus que surpris en le retrouvant déjà installé dans son fauteuil préféré. Et lorsque cet homme étrange lui apprend être un passe-mondes et venir le voir pour sa relève alors Neeyers est au bord du fou rire nerveux.
Pendant plusieurs mois il réussira à ne pas y penser et à refuser ce rôle que l'on veut de force lui faire endosser cependant il sent sa présence partout. Et puis un jour, de guerre lasse, il laisse tomber la rébellion. Oui, il va devenir le prochain Passe-mondes.
« Ainsi commença le récit le plus fou que l’on puisse raconter, à la fois le plus invraisemblable… et le plus plausible. » (extrait)

Neeyers est un jeune homme intelligent et intègre, journalistes de son état, il est de un naturel curieux et observateur. Alors ce nouveau "boulot" qui lui tombe dessus avec ce que cela entraîne de complications et de responsabilités ne le fait pas en mener large au début. Car du jour au lendemain, plus d'articles mais un guide pour les âmes vers le paradis ou l'Enfer.
Son mentor Passe-mondes est énigmatique à souhait, impassible mais cependant il semble ressentir de l'empathie envers son disciple. Il semblerait que le fait de côtoyer à nouveau quelqu'un ressentant des sentiments lui permette de se rappeler ses sensations remisées au placard des responsabilités depuis bien trop longtemps. Car être le Passe-mondes est à la longue une tâche bien lourde pour celui qui la porte. L'humanité de son porteur semble disparaître au fil du temps devant la routine et les actes de justice parfois douloureux que cela implique.
Leur mission première consiste à faire passer les morts de leur tombe, dès la fin de leur enterrement, vers le monde pour lequel ils sont destinés, Paradis ou Enfer vous l'aurez deviné, après leur avoir énoncé quelques faits marquants de leur vie.
Cependant trois chemins existent dans le Middle Way, lieu de passage réservé aux Passe-Mondes et à leur "passager". L'un pour l'Enfer, l'autre pour le Paradis bien évidemment et le troisième, interdit. Un seul Passe-monde l'a tenté à ses risques et périls. Il sert encore d'exemple aujourd´hui.
Neeyers va donc découvrir au fur et à mesure les nouveaux pouvoirs qui lui sont dévolus, le plus simple mais utile étant par exemple de décider par la pensée de ses repas pour les voir apparaître , de même avec son vêtement si la météo s'avérait changeante. J'adorerais avoir cette facilité pour ne pas passer autant de temps en cuisine ou à me demander comment habiller mes enfants.
L'auteur a su donc au fur et à mesure de son récit nous faire voir une autre facette de la mort, dédramatisée, parfois humoristique (voir le préposé au SAM, service après-mort, squelette en costume trois pièces) et cependant complexe de par ses règles strictes du code du difer.
Cela a un côté pince-sans-rire et humour noir assez sympathique qui m'a beaucoup plu.
Quelque part cela m'a rappelé une série passée à la télévision il y a quelques années :six feet under. Série sur une famille de pompes funèbres assez spéciale.
Là où la routine de vie de notre Passe-mondes aurait pu devenir lassante pour le lecteur, l'auteur a su instiller une nouveauté pleine de suspense et d'actions. De plus les dialogues que le nouveau passe-mondes entretient avec nous ne sont pas sans nous impliquer plus avant dans le récit. Car nous sommes alors non plus de simples lecteurs mais les témoins des actes futurs de Neeyers et ce petit point est bien divertissant.
On se croirait presque alors dans un récit dont vous êtes le héros ou l'ami du héros.
Encore un point qui m'a plu je l'avoue dans la poursuite de ma lecture, tout comme les annotations pleines d'humour qui ne sont que des prolongements des pensées du Passe-mondes parfois peu innocentes. Surtout bien penser à les consulter au cours de votre lecture pour ne rien manquer de cet humour pince sans rire et des informations parfois cruciales.
Les autres personnages, secondaires au début, mais que nous allons apprendre à connaître au fur et à mesure de l'histoire sont eux aussi très attachants ou très énervants.
Viktor et Amelia, deux vampires, nous amènent dans leur monde et nous expliquent de façon claire et succincte leur système de caste.Les pouvoirs personnels des différents vampires apparaissent petit à petit le long du cheminement d'actions du récit. Nous nous attachons à certains et prenons rapidement en grippe certains autres. L'auteur sait avec des mots simples nous plonger dans l'action et faire pencher la balance de nos sentiments dans le sens qu'il souhaite.
C'est donc une lecture pleine d'humour décalé, d'actions et de suspense que j'ai vu défiler sous mes yeux. La mort n'a plus dorénavant la même connotation terne, triste et ennuyeuse.
Je le conseille à tous pour un excellent moment de détente et j'ai hâte de suivre la suite des aventures de notre passe-mondes dans la nouvelle mission qu'il s'est donnée, la lutte pour la sauvegarde du monde.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Sam 28 Juin - 11:22

L'Histoire de monsieur N, de Thibault Rollet

Critique d'Illion

Qui ne s'est jamais demandé ce qui arriverait une fois qu'on est mort ? Ou pourquoi subitement un trait de génie nous vient, ou une grosse tuile ? Tout le monde, n'est-ce pas ? Eh bien avec cet ouvrage vous allez enfin (peut-être) savoir. L'ouvrage se positionne dès les premières lignes dans un univers Urban Fantasy, où les créatures mythiques telles que vampires, Ankous ou Dames Blanches existent et côtoient directement notre monde. L'ambiance est sombre et mystérieuse, mais ne fait pas peur. Ce serait plus comme regarder un film en noir et blanc que de regarder un film d'horreur ou de suspense.

La narration se fait a posteriori (c'est à dire que les événements qu'on nous raconte sont déjà arrivés) par le personnage principal lui-même. Habituellement je déteste la narration à la première personne. Ici je lui trouve du charme, pour la simple raison que Mr N brise le quatrième mur. Il raconte son histoire au lecteur comme si l'un et l'autre sirotaient un whisky dans un bar et cette "proximité" est très agréable. Le livre en lui-même n'est guère épais (moins de 200 pages) et est structuré en trois parties : un "avant-propos"/prologue où le personnage narre son accession au statut de Passe-Mondes et son apprentissage, une partie nommée "La Caste de Layrmor" développant les frictions entre clans vampires et que le Passe-mondes devra résoudre, et enfin une dernière -et très courte- partie intitulée Unlunger Stein, reliée à la précédente.

Le thème principal du livre est bien sûr la mort puisque le rôle du Passe-mondes est d'amener les âmes d'un côté à l'autre. Si les vampires sont très vites associés à ce thème c'est bien évidemment parce qu'ils sont le type de créatures qu'on imagine immortelles. Bien que ce sujet soit à la fois cliché et éculé, compte tenu de l'abondante littérature "bit-lit" et autres Twilight à la mode en ce moment (oui j'ai un problème avec ce qui est cliché/à la mode... je n'aime pas ça ! ><), l'auteur réussit à construire son propre univers totalement original avec une base d'éléments qu'on retrouve pourtant dans d'autres livres : les vampires, les mondes "fantastique" et humain qui s'entremêlent, le commun des mortels impliqué malgré lui (ou elle d'ailleurs)... ç'aurait pu être une énième redite, c'est au contraire frais et reposant.

On rentre dans le vif du sujet presque tout de suite avec la formation de Mr N pour devenir un Passe-mondes. Les explications sont données au fur et à mesure selon les besoins du scénario, sans lourdeur ni s'appesantir sur des descriptions indigestes. Le bizarre, le sombre et le loufoque s'entrechoquent pour la plus grande joie du lecteur avec (entre autres) les tentatives d'humour du héros, qui fait face à une situation non désirée mais inévitable. Le scénario fourmille de petits clins d’œil (selon moi) à des œuvres culturelles plus ou moins connues. La rencontre entre le héros et son prédécesseur me semble être une référence à Entretien avec un vampire, d'autant plus que Mr N se dit (ex-)journaliste. Le Passe-mondes servant directement les deux Très (Très-Haut et Très-Bas), il doit suivre un code qui tient en dix règles claires, allusion bien sûr aux dix commandements de Dieu. Sur Middle-Way, l'espace entre Paradis et Enfer, se trouve un chemin "central" qui ne mène ni à l'un ni à l'autre. J'y vois personnellement l'introduction d'une interdiction (puisque le Passe-mondes n'a pas le droit de l'emprunter) visant à tester la volonté du sujet un peu comme Barbe-Bleue le faisait avec la clé de la salle où se trouvait ses anciennes femmes. Ce sont les analogies qui m'ont le plus frappées, mais je pense qu'il y en a d'autres.

Sans être un coup de cœur, l'ensemble est agréable à lire. Thibaut Rollet réussit à happer son lecteur dans son monde et de l'y faire rester sans effort. C'est appréciable ^^. Si le livre est bien écrit, la mise en place du problème menant à un combat final dantesque fut trop longue à mon goût. Et pour cause ! Ce que je prenais pour un "one shot" est en réalité le premier livre d'une série/ saga ! XD Alors forcément arrivée dans les dernières pages où tout s’accélère au point que j'en suis restée scotchée à ma liseuse, je me suis dit en voyant le (petit) nombre de pages restantes que le final allait être "torché" en vitesse au détriment de la qualité. Et je tourne la page... pour voir les crédits ! Mais...Mais .... NOOOOOOOOOOOON !!! Je veux la suite ! La suite ! La suite ! T_T ... Bon vous avez compris que je ne m'attendais pas à trouver un cliffhanger, qui du coup a parfaitement joué son rôle. Me voilà condamnée à lire le prochain volume pour connaître la fin de l'histoire XD

Au final une (très) bonne surprise, que je recommande même si ce n'est pas un coup de coeur Quand à moi je mets déjà une option que le 2 !

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Sam 28 Juin - 11:22

L'Histoire de monsieur N, de Thibault Rollet

Critique de Sebuster (à lire aussi sur son blog ici)

Mr. Neeyers est un journaliste tout ce qu’il y a de plus banal, qui mène une vie classique et sans grand intérêt. Jusqu’au jour où un homme se retrouve dans sa voiture et lui apprend qu’il va devenir le nouveau Passe-mondes : cet être chargé d’accompagner les âmes des morts vers le paradis ou l’enfer.

J’ai adoré la première partie de ce livre qui donne une vision très originale de l’accompagnement des âmes après la mort, très différente de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent. Le style de l’auteur est très fluide et sa manière subtile de s’adresser au lecteur en aparté est très efficace : cela le tien en haleine. D’ailleurs le livre est construit comme cela : une histoire que raconte Mr. Neeyers au lecteur, à la première personne. Dès la fin de la première partie, on envisage les immenses possibilités du Passe-mondes et on se prend à imaginer des scènes qu’on espère arriver sur des âmes à accompagner, des âmes égarées à détruire…

Mais que de déception avec la seconde partie, certes très bien écrite également, mais qui nous bascule dans le monde des vampires et leur guerre intestine ! Pourquoi ce choix de l’auteur alors qu’on s’attendrait plus à focaliser sur le rôle du Passe-mondes et ses pouvoirs ? Personnellement, cela m’a fait un peu décrocher du livre car j’ai espéré jusqu’à la fin que cette partie avec les vampires ne soit qu’un passage. Je pense qu’il faut en fait le voir dans l’intégralité de la série, puisque ce volume n’est que le premier, même si la fin du tome 1 ne laisse rien paraître de ce que pourrait être le tome 2. Néanmoins, cette caste des vampires est originale et leurs aventures agréables à lire. J’ai beaucoup aimé Viktor qui contraste énormément avec tous les suceurs de sangs qui pullulent dans les autres livres vampiriques.

J’attends donc avec impatience la suite, qui me fera peut-être réviser mon jugement sur la seconde partie du tome 1, car j’ai vraiment aimé cette histoire originale de Passe-mondes…

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Mar 21 Oct - 10:43



Kath - Renaissance, de Kristoff Valla





Les vampires : une espèce plus ancienne que l’humanité.

Kath fut leur reine après avoir mené la rébellion contre son père, le premier d’entre eux.

Aujourd’hui, elle sort d’un long sommeil et découvre un monde changé. Une grande partie de sa mémoire a disparu durant son enfermement.

De la Sibérie aux États-Unis, en compagnie de son vassal, elle traque les indices qui l’aideront à reconstituer le fil de son histoire qui se confond avec celle de l’humanité.

Lorsque l’historien Jess Andrews croise sa route, il cherche à en savoir plus sur la mystérieuse inconnue et lève peu à peu le voile sur un univers étrange…


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 320

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Mar 21 Oct - 10:50

Kath - Renaissance, de Kristoff Valla

Critique d'Aelynah

Ronald O'Leary est professeur de médecine légale et est prié par son ami le professeur Everett Johnson de le rejoindre en Sibérie, en plein hiver.
Une découverte sensationnelle l'y attend aux dires de Johnson. Heureusement! car niveau température les publicités ne mentent pas. L'hiver attaque dur et semble prêt à tout dévorer sur son passage. Le lecteur ressent presque le froid au travers des descriptions. Ces maisons branlantes cachées dans une nuit d'encre, ces autochtones barbus et hirsutes cachés sous leur grand chapeau à large bord concourent à nous mettre dans l'ambiance. Pas de lampadaire, mais de gros flocons de neige pour refroidir encore un peu l'atmosphère, des routes mal en point et vous vous sentez alors "fragile et isolé " dixit O'Leary lui-même. Et pourtant il n'est pas un tendre et se vante lui-même de détenir une résistance à toutes épreuves (froid et alcool compris ?).

Vous n'avez pas plus tôt commencé ce roman que déjà vous êtes frigorifié et en même temps attentif à la suite.
Qu'est ce qui, d'aussi important que ça, a pu entraîner des hommes et des femmes, même scientifiques passionnés, à rester dans une nature sauvage et inhospitalière comme la Sibérie en plein hiver ? Là où même avec le chauffage la pièce n'atteint que difficilement les zéro degré, nous retrouvons ces savants fous, fous au sens second du terme c'est à dire déraisonnables.

Personnellement je crois qu'à ce moment-là j'étais déjà accrochée à l'hameçon lancé par l'auteur.
Ma curiosité me perdra me direz-vous? Oui peut être ou perdra-t-elle d'autres personnages plus fictifs que moi mais c'est ce que nous souhaitons justement découvrir dans ce roman.

Il est un autre point qui m'a poussé à le dévorer. Ce début prometteur, ce voyage au pays du froid glacial, cette découverte gelée dans la glace, ce sentiment de propriété de O'Leary pour la découverte, tout cela m'a ramené des années en arrière dans ma lecture du livre de Barjavel, la nuit des temps.
Mais cette sensation ne va pas durer longtemps car un événement majeur va tout chambouler.

Alors que les scientifiques tentent d'extraire un corps de femme, particulièrement bien conservé de sa gangue de glace, celui-ci choit lors de sa remontée. Des fissures apparaissent alors dans le sarcophage de glace et certains scientifiques sont blessés au sang.
C'est alors que tout bascule.

Nous changeons alors de personnages et c'est Anton et Kath que nous allons suivre.
Kath que l'appel du sang a réveillé et sorti de son cercueil de glace.
Avec ces deux vampires nous parcourons le monde et les époques. Nous découvrons aussi de nombreuses et lointaines civilisations mais surtout nous commençons à entrer dans Leur histoire.
L'aventure que nous suivions a donc changé de direction mais n'en reste pas moins intéressante et entraînante.
Suivre Kath au travers de ses souvenirs, qui affleurent à la surface de sa mémoire petit à petit, nous entraîne loin et nous attache à elle comme un gourmand à son péché mignon. Qu'elle fut Katia, Katharina,ou autre, Kath reste et demeure la reine des Vampires même si tous semblent l'avoir oublié.

Elle semble cependant si fragile au départ. Et pourtant les souvenirs qu'elle partage avec nous la montrent forte, froide et puissante. Mais elle doute encore et se cherche, et cela nous permet de la comprendre mieux en la découvrant de plus en plus.

En avançant dans l'histoire et vers son destin, c'est le passé qui va se réveiller (grâce aux flash-back qu'elle vit) et lui revenir comme une claque en la personne de Pierre-Marie.
Pierre Marie d'Orval, soldat français rencontré dans les froides plaines de Russie au temps de la Berezina de Napoléon.
Pierre Marie qu'elle a alors transformé parce qu'il lui plaisait, par caprice.  

Anton parait ne pas l'aimer beaucoup mais on imagine sans peine de la jalousie masculine devant un rival potentiel.

Seule la suite de l'histoire nous permettra de mieux comprendre les sentiments que ses "retrouvailles" vont entraîner.

Sa rencontre ensuite avec un humain particulier va à nouveau faire basculer les choses.
Car lui aussi sans le vouloir va être subjugué par notre belle vampire. De la croisée de leurs chemins va dépendre la suite des événements.

Ce roman est sans conteste un mélange d'aventure, de recueil historique et de fantastique. Tous les sujets que j'aime recentrés en un seul livre. Ne vous étonnez donc pas si je vous dis que j'ai adoré suivre les aventures de nos personnages.

Kath, vampire à la fois hautaine et sanguinaire mais aussi du fait de son réveil après de nombreuses années, presque plus humaine qu'avant dans certains de ses sentiments et réactions.
Sa force colossale, sa colère abyssale, sa vie presque immorale, tout nous attire chez elle.
Et lorsque ses ennemis s'interposent, elle nous dévoile d'autres pans de sa personnalité, dérangeants, enivrants et effrayants.

Anton, vassal zélé, froid et distant est toujours resté fidèle à son seigneur, en l'occurrence Kath. Cette continuité dans le sentiment qui les lie semble magnifique et un peu glauque. Car on ne sait si cette relation est simplement basée sur son besoin de la servir par dévotion, par amour ou pour tout autre sentiment moins noble.  
C'est donc un personnage assez sombre et dérangeant que cet Anton. La suite nous confirmera d'ailleurs cette sensation

Jess Andrews, jeune humain, expert en antiquités et objets anciens est aussi employé de Peter Donovan. Il m'a fait penser au départ un peu à la victime sacrificielle  qui n'est pas au courant de l'être. La façon dont il est jeté dans cette histoire est simple et en même temps trouble.
Outre sa curiosité il va nous surprendre aussi par ses décisions qui vont au delà de la peur qu'il ressent face à ce nouveau monde. Le côté frileux et terrifié va se retrouver relégué un peu en arrière pour trouver des réponses à ses questions. Même s'il se doute du danger,
des détails vont le sauver et en même temps le faire s'interroger. Là encore la curiosité insatiable du savant va le mener à des découvertes et des coïncidences, ces mêmes coïncidences qui vont le propulser au final dans un monde qu'il aurait peut être souhaité ne jamais fréquenter pour sa tranquillité d'esprit. Par la même occasion il va hélas y entraîner d'autres humains parfois à leurs risques et périls.


Et enfin Peter Donovan :
Vampire de la deuxième génération, ou précédemment appelé Pierre-Marie. Il a un rôle dans la vie de Kath passée et à venir. Nous ne le cernons pas de suite.
Cela donne du mystère à sa présence et à ses intérêts. De plus les événements vont nous apprendre, à nous lecteurs, des informations qui nous feront avoir une autre vision de lui que Kath. Ce qui donnera encore un peu plus de piquant à l'affaire.

Outre les personnages principaux, l'image du vampire est ici revisitée de façon assez originale. Des Primarques (premiers nés) au sang pur qui peuvent se reproduire naturellement, manger de la nourriture ou du sang et sortir en pleine lumière. Une rébellion ou plutôt une révolution et voilà qu'apparaissent des second sang. Ceux-ci ressemblent plus à l'image que nous nous faisons du vampire. Buveurs de sang, assoiffés de violence, allergiques à la lumière du jour et à la nourriture humaine, ils sont le résultat d'un rituel magique et d'un sacrifice que certains pourraient estimer trop lourd. Leurs règles de vie sont-elles aussi régies par un code de conduite car : Telle est la loi.
Tout cela donne de la profondeur à la trame du récit et ne nous propose pas une énième histoire de vampires sans originalité.



En conclusion un seul regret, que le résumé dévoile si tôt la condition vampirique de Kath. Mais en même temps il faut peu de pages pour le voir nous sauter à la gorge , ce n'est donc qu'un mince obstacle à mon plaisir.
L'écriture est fluide et se suit facilement. On se sent attirée par le fil rouge (sang) de l'histoire et le mystère reste suffisamment présent pour ne pas lasser le lecteur.
En fait on ne sait pas très bien vers quoi l'auteur nous emmène mais les actions s'enchaînent et nous tiennent en haleine pour ne pas nous lâcher en route. Quand il apparaît soudain que les choses ne sont pas ce que l'on croit et que les intrigues, la trahison et la haine ont leur place dans le scénario, alors notre attention est à son comble. Et c'est avec fébrilité que nous continuons notre lecture pour en découvrir enfin les tenants et aboutissants.

C'est donc une superbe découverte que nous offre encore les éditions du petit caveau grâce au forum Au cœur de l'Imaginarium.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Mar 28 Oct - 10:11

Kath - Renaissance, de Kristoff Valla

Critique de Frei (à lire aussi sur son blog ici)

Kath est réveillée après plusieurs années passées, enfermée sous la glace dans une grotte. A son réveil, elle retrouve son fidèle vassal de toujours, Anthon Soldek. Amnésique, elle va tenter de retrouver sa mémoire, et pourquoi elle était endormie en Russie...

Je ne peux pas en dire plus sur le contenu du roman, car je n'ai absolument pas compris où voulait en venir l'auteur. Il n'y a aucun fil conducteur, on ne sait pas ce que veut faire Kath, pourquoi elle est réveillée, pourquoi nous avons l'impression que son vassal la manipule... Rien. Et c'est un énorme problème qui se justifie par le fait que l'auteur passe sous silence tous les moment importants qui nous aideraient à comprendre l'histoire de Kath.

En effet, Kristoff Valla saute d'un moment à l'autre avec beaucoup trop de rapidité. D'un paragraphe où Kath n'a plus de mémoire, dans une chambre d'un hôtel en Russie, qui ne se reconnaît pas en se regardant dans un miroir, pour passer au paragraphe suivant où elle sait qui elle est, qu'elle était reine des vampires, à Berlin, préparant le vol d'un collier important à ses yeux. Entre temps, on ne sait pas ce qui s'est passé. Et c'est comme ça tout le temps, si bien que nous n'essayons pas (et Kath non plus), de rechercher sa mémoire. Ou alors elle le fait, mais nous ne le savons pas.

Autre problème, la multitude de flashback. Autant au début, c'était très bien amené: suivant une situation, Kath avait des flashs de sa vie d'avant. Pendant qu'elle revivait ces différents moment, le temps s'écoulait autour d'elle. Mais à partir d'un moment, les flashs vont et viennent à chaque moment important, cassant la dynamique de l'histoire. En effet, difficile de quitter une bataille contre un commando de mercenaires pour se retrouver dans une soirée mondaine absolument calme. Et c'est à partir de ces moments là que quand Kath à un flash, le temps s'arrête autour d'elle, à la fin des flashback nous reprenons l'histoire principale comme si rien n'avait eu lieu.

Les descriptions des scènes les plus banales sont absolument parfaites, on s'y croirait, mais quand on se retrouve dans une scène d'action, une bataille ou quoi que ce soit, les descriptions sont quasi-inexistantes. Je n'ai pas ressentit l'urgence du moment, l'adrénaline, la fureur des quelques combats... Je me suis ennuyée. J'ai donc voulu m'intéresser à l'intrigue politique, mais elle m'a paru tellement plate et ... incompréhensive, car encore une fois, l'auteur a passé tous les moments les plus importants sous silence. Concrètement, quand Jess et Donovan rencontrent Morigian, j'aurais plus voulu suivre Donovan pour suivre l'intrigue politique que suivre Jess qui prend des photos avec son téléphone des objets qui l'entoure, activité en somme inutile au vu de la suite... Ou encore quand Kath échafaude des plans, je veux la suivre, je ne veux pas suivre son vassal qui rumine parce que sa maîtresse n'est pas là! Et c'est tout le temps comme ça...

Au final, nous en apprenons bien plus sur le passé de Kath en lisant l'annexe des personnages en fin de roman, car tout y est expliqué. Éléments qui auraient eu plus d'utilité dans l'histoire, que dans une simple annexe.

En bref, une bonne idée de base qui aurait pu me séduire si je ne m'étais pas autant ennuyée.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Jeu 25 Déc - 11:16



Noces d'éternité, d'Aude Réco





Angleterre, année 1890…

Ellen Covert vit dans un manoir victorien sujet à d’étranges manifestations : empreintes de pas mouillés, robe de mariée qui saigne,…
L’atmosphère se charge de mystère jusqu’au jour où le corps de son futur époux est retrouvé mort au matin de ses noces.
En dépit des conventions, Ellen enquête sur le mystère de la demeure et sur celui qui entoure sa propre personne. Dépourvue de droits, elle se heurte aux secrets de son père et à la mort mystérieuse d’une esclave.
Perdue entre intimes convictions et troubles, elle s’apercevra que le plus grand danger ne vient pas d’où elle pense…

Cette novella (format entre la longue nouvelle et le roman court) inaugure la nouvelle collection gothique de la maison d’édition. D’autres publications suivront en 2015.


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 80

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Jeu 25 Déc - 11:18

Noces d'éternité, d'Aude Réco

Critique d'Aelynah

Ce qui m'a tout d'abord attirée dans ce roman c'est cette couverture magnifique. A elle seule elle vous entraîne déjà dans le mystère , les contes et légendes, les fées et esprits. La jeune femme est si belle et semble si abîmée dans ses pensées, là si proche du bord de la falaise que notre cœur déjà s'inquiète que ce qui l'a amené là.
Et surtout cette division de l'image en deux entre ombre et lumière est, elle aussi, attirante et obscure. Un détail retient surtout notre attention dans cette opposition, le blanc lumineux de la robe face à la mer et son côté sombre et sanglant face à la terre et au manoir en fond. De plus la couleur flamboyante du ciel tel un brasier n'en illumine que plus fort encore ce côté pur et innocent de la robe blanche.
Il ne m'a pas suffit de plus pour être attirée irrémédiablement par cette histoire.

1890.
Ellen va se marier, contre son gré car c'est un mariage arrangé. Il est médecin, jeune et éminent dans tout le nord de l'Angleterre. Pourtant cela ne l'enchante guère. C'est donc sa dernière nuit au manoir de son enfance, dernière nuit de jeune fille.
Alors qu'elle revient de sa promenade favorite rejointe sur la fin par son père, une vision l'assaille, furtive et inattendue.
Puis cette nuit encore comme chaque nuit depuis son enfance, le même cauchemar, cette falaise vers laquelle elle semble se projeter. Cette fois pourtant, à son éveil la terreur reste en place comme un sombre pressentiment, une ombre sur le manoir et sur Ellen.
Et lorsqu'au matin on découvre le cadavre du futur marié au pied du puits cette sensation semble avoir trouvé sa destination.
Pourtant de nombreux événements inquiétants continuent à se dérouler autour d'Ellen. Elle semble hypnotisée par la falaise, des petites mares d'eau ont été découvertes semblant couler de sa robe de mariée, des pas fantomatiques apparaissent dans des flaques de thé renversé...

C'est alors que le lecteur est entraîné dans le livre.
On susurre , on murmure, on parle même de malédiction et de meurtres anciens. Et nous-même, nous nous posons des questions sur ces apparitions, ces courants d'air impromptus comme tout bon domestique superstitieux de l'époque de ce roman. Irions-nous jusqu'à nous signer si nous étions croyants?? Qui sait?
Tous les ingrédients que j'attendais grâce à la couverture se retrouvent dans ces pages juste assez longues pour vous imprégner et beaucoup trop courtes à mon goût pour ne pas voir une envie de plus.
La tension monte au fil des découvertes et nous nous rendons compte que les superstitions, malédictions et fantômes ont un rôle à jouer. La vengeance et l'amour aussi.

Je l'ai quasiment lu d'une traite et c'est pourquoi je l'ai trouvé bien trop court à mon goût, entraînée comme je l'étais par cette ambiance maléfique et funeste.
La mise en situation de la couverture nous entraîne beaucoup plus loin que notre simple lecture, enfin cela a été le cas pour moi. Régulièrement j'ai du la revoir encore et encore pour ressentir doublement mes émotions, mon angoisse naissante au fil de l'histoire et ma compréhension de ce ressenti à la vue de cette couverture.

Il nous apparaît alors que les superstitions touchent tout le monde, petits ou grands de ce monde. La peur de l'inconnu, des ténèbres ou du malin entraîne les gens à faire des gestes malheureux ou fous. Le besoin de garder la tête haute et son rang aussi.

C'est donc un superbe moment de lecture que je viens de passer en compagnie d'Ellen et de ce manoir.
Et maintenant que j'en connais la teneur, je n'en aime qu'encore plus cette couverture magnifique auréolée de malheur et de lumière.
Merci au forum Au coeur de l'Imaginarium pour ce partenariat et aux éditions du petit caveau pour ce texte gothique bien écrit et superbement illustré.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Ven 16 Jan - 10:32

Noces d'éternité, d'Aude Réco

Critique de Vidia

Je remercie les éditions du petit caveau pour ce partenariat proposé via le forum Au cœur de l’Imaginarium.
Bien que l’adage dit que l’on ne juge pas un livre à sa couverture, c’est pourtant tout d’abord celle-ci qui a attiré mon attention sur cette nouvelle. Quelle est donc l’histoire de cette jeune fille sur cette falaise ?

Puis, la lecture de la quatrième de couverture a fini de me convaincre.

Ellen Covert, une jeune fille de bonne famille est sur le point d’épouser contre son gré le prétendant choisi par son père, comme était la coutume de la belle époque. Hélas (ou pas), le cadavre de celui-ci est retrouvé le matin des noces.

Le manoir familial semble en proie à des manifestations étranges : empruntes de pas mouillés, drôles de bruits nocturnes dans la chambre d’Ellen... Pourquoi Ellen est-elle tant attirée par la falaise qui semble faire fuir les autres membres de la maisonnée? Et pourquoi cette dernière développe-t-elle soudain un intérêt certain pour un domestique, chose impensable à l’époque !

Bien étrange également que le comportement des domestiques de la maison, qui semblent en savoir bien plus que ce qu’ils veulent bien révéler.
Ellen est bien décidée à faire la lumière sur cette affaire, bien que toute la maisonnée semble vouloir l’en dissuader.

Mais où est donc l’originalité me direz-vous ? Il est vrai que le sujet des maisons et familles frappées de malédiction est un sujet qui a fait l’objet de maints et maints récits.

Pourtant Aude Réco a su apporter ça touche personnelle en exploitant ce thème. L’auteur n’en fait pas des tonnes en ce qui concerne les événements paranormaux. Pas de parquet grinçant soudainement, pas de cadres dégringolant des murs, encore moins d’ectoplasmes arpentant les couloirs à la nuit tombée.

Par contre, avez-vous déjà lu un récit où il est question de robes de mariées pourtant supposées être détruites réapparaissant comme par enchantement, saignant dans une garde-robe ? Ou de fantômes errants terrorisés à l’idée de dévoiler ce qu’ils savent de la malédiction semblant être liée à un meurtre ancien de peur de représailles ? Ils sont morts, que peuvent-ils donc craindre ? Un autre esprit? Où autre chose ?

La manière dont l’auteur présente son intrigue est également intéressante. Pas de longue mise en place pour finalement arriver à un coup de théâtre et puis rideau. Non, tout l’intérêt de cette nouvelle réside dans la façon dont Aude Réco instille une sensation lancinante de malaise, de peur croissante au lecteur depuis le premier jusqu’au dernier mot. Une impression que quelque-chose rode autour d’Ellen, et attend son heure ne m’a pas quittée. L’envie est grande d’avertir cette dernière et de la convaincre de prendre la fuite. Mais nous ne sommes que simples spectateurs de sa lente descente aux enfers.

Aude Réco ma littéralement prise en otage tout au long de ma lecture de cette dramatique histoire. Plus rien ne comptait, seulement l’absolue nécessité de percer le mystère du Manoir Covert.

Ma seule déception est que cette histoire n’ait pas été plus longue.

En résumé, vous souhaitez accompagner une jeune fille dans sa quête de la vérité concernant le sort maudit dont semble faire l’objet sa demeure ? Alors accompagnez sans hésiter Ellen dans cette lugubre histoire de secrets de famille sur fond de malédiction au cœur d’un vieux manoir anglais !

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Sam 25 Avr - 8:51



Union mortelle pour un vampire, de Kailyn Mei





Je m’appelle Andrew Weiss, et beaucoup me considèrent comme le vampire le plus arrogant sur Terre. Jusqu’à présent, je menais la parfaite vie d’acteur riche et célèbre.
Mais William, notre perturbé roi, m’a ordonné d’abandonner mon métier et de me débarrasser d’Amanda, ma compagne fan de créatures des ténèbres. Pire que tout pour mon ego, une de mes semblables clame que je ne suis qu’un vampire d’opérette, un séducteur patenté !
Le seul gars capable de m’aider à devenir plus monstrueux semble être Gordon Sheppard, un écrivain de romans d’horreur réputé pour sa misanthropie. Sauf qu’il n’est pas ce qu’il semble être. Quelqu’un veut sa peau et… la mienne.
Pour couronner le tout, ai-je signalé que ma chère Amanda me harcèle pour devenir un vampire ? A croire qu’elle n’en a qu’après mon sang !
Voilà une fin d’année qui s’annonce mortellement compliquée…


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 240

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Sam 25 Avr - 8:59

Union mortelle pour un vampire, de Kailyn Mei

Critique d'Aelynah

Andrew est un jeune vampire qui ne doit sa survie chaque année qu'à la bonne volonté de son chef de file. Car une fois l'an chaque vampire affilié à William, leur roi, se retrouve pour une petite réunion de la "mortalité" plutôt que de l'amitié si l'on considère que de la réunion dépend l'issue de leur vie.
Et nous voilà arrivés au terme de l'année échue et donc à la grande réunion "familiale" entre vampires afin de connaître les futurs survivants de la suivante.
A la suite de cette réunion, William a posé un ultimatum à Andrew. Il est temps pour lui de quitter le devant de la scène avant que cela ne fasse jaser et se poser des questions sur leur existence.
Même si cet ultimatum le dépite un peu, rien n'est pire que le discours moqueur et hélas véridique que lui sort la petite dernière de la famille, Sérénité.
Il revient donc de sa réunion de famille blasé, dépité et en proie à un désarroi assez surprenant.
Commence pour lui une crise d'existentialisme ou plutôt ici de narcissisme qui va le mener de fil en aiguille vers un besoin de changement et un petit voyage en France. Ce qui aurait du être la solution à tous ces problèmes en la personne de Gordon va devenir le début d'une aventure qui va le mener bien plus loin que ce qu'il aurait pu vouloir.

Andrew est l'archétype du vampire à midinettes. Comme il va le découvrir lui-même il est LE cliché en chair et en os du vampire, beau gosse, incapable de faire du mal à un humain, égocentrique etc...
C'est lorsqu'il s'en rend compte que va débuter sa dépression et les ennuis qui vont se retrouver alors sur sa route.
Il a tout de l'anti-héros. Celui que l'on déteste dès le début car il rentre dans la case du personnage pleurnicheur, narcissique, imbu de lui-même, fashion-victim et même naïf. Pour un vampire ça la fout mal.
Toute sa famille se moque de lui, le compare à un cliché vivant et il semble que même auprès des autres créatures de la nuit il fasse bien rire par son côté écervelé et cœur d'artichaut.
Un personnage comme je ne les aime absolument pas je l'avoue. Mais l'auteur, bizarrement, nous donne quand même envie de le suivre dans ses aventures car on espère un changement soudain, une remise en cause qui le rendra alors plus compatible avec son rôle de méchant ou du moins de vampire, mais surtout avec notre envie de frayer avec lui.

Un autre personnage va nous surprendre par son côté hors du moule : Gordon Shepard. Auteur macho, sexiste et aux romans d'horreur où le héros est tout sauf de la guimauve, ce romancier est désagréable à souhait, jure à foison et ne sait pas faire une conversation sans dire des insanités.
Lorsque le dandy désœuvré et dépressif rencontre le romancier acerbe et hors norme, le lecteur ne peut que se demander ce qu'il va en ressortir.
Rajoutez une pincée de menaces de mort, de complots, de tentatives d'assassinat, et de roublardise... Et vous aurez un bref aperçu de ce qui vous attend au travers de ce roman.

Même si ma première impression m'a laissé présager un roman insipide et légèrement ennuyeux, l'auteur a su par la suite me faire changer d'avis.
Les personnages sont énervants au possible mais leurs interactions ne manquent pas de verve ou d'activité.
Le monde vampire dans lequel Andrew évolue ne ressemble en rien à tout ce que vous avez pu lire sur le sujet. Et la manière dont l'auteure se moque des genres et des séries au travers de la description du cliché à la guimauve du vampire à midinette est hilarante. Car j'ai été midinette aussi et je reconnais toutes ces images comme celles que j'ai aimé à mon adolescence. De Twilight à Buffy, en passant par Lestat, tout y passe.
Un extrait qui résume à lui seul le personnage : « Vampire rêvé des romances, un fantasme pour midinettes en chaleur. Dangereux sur le papier, pas dans les actes. »
Andrew semble hors contexte, un extraterrestre parmi les siens, on le plaindrait presque. Et j'ai eu bien envie de le secouer un peu pour le réveiller et le sortir de son état de chiffe molle.
Alors quand les événements commencent à devenir un peu plus virils avec des assassinats, des complots ou des menaces de mort j'applaudis.
Ma lecture devient alors beaucoup plus intéressée et les personnages eux-mêmes ne sont plus aussi énervants car la curiosité a pris le dessus sur ce dernier sentiment.
Hélas la suite promise n'est pas venue ou plutôt les actions et événements ont bien pris place dans le scénario mais pas de façon à me plonger dans le roman avec délectation et impatience.
Je l'avoue j'ai même sauté des paragraphes pour aller plus vite et arriver ainsi à la fin.

En conclusion il y a de très bonnes choses comme les personnages atypiques et ces vampires qui sortent du moule que l'on connaît. Quelques traits d’humour bien placés ou réparties acides et mordantes (normal pour des vampires) amènent quelques sourires.
Par contre l’action a eu du mal à me garder concentrée sur la durée, un sentiment de lassitude a même fini par me submerger sur les 100 dernières pages.
Le lecteur s'attend depuis le début à une situation particulière grâce au prologue. Action qui ne sera pas absente il est vrai mais qui arrivera sur le tard et qui ne tiendra pas autant en haleine le lecteur que prévu.
L'auteure, en voulant ajouter à l'énigme principale des enquêtes intermédiaire un peu trop cousues de fil blanc, a fini par nous éloigner du complot d’origine. Lorsque celui-ci revient enfin sur le devant de la scène, l’enthousiasme a disparu et l’émotion n’est donc plus au rendez-vous.
De plus ce héros vampire et masculin a tout l'air de l'héroïne nunuche et godiche des téléfilms de série B. Cette héroïne qui ne voit rien venir alors que tout est écrit en lettres fluorescentes sous son nez. Ce genre de personnage ne m'attire pas et me lasse rapidement. Ce qui est hélas arrivé ici aussi.
J'en retire cependant la satisfaction d'avoir découvert cette auteure et son style propre, facile à lire et d'espérer que celui-ci plaira à d'autres lecteurs.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Jeu 1 Oct - 9:09



La Main immaculée, d'Anne Bardelli





Marie Costello, journaliste, est plongée au coeur d’une enquête nauséabonde.

Deux gosses gothiques ont été violemment agressés à la sortie d’une soirée.
Afin de découvrir l’identité des coupables, elle tente d’infiltrer le milieu de la nuit, un monde qu’elle connait peu et dont elle ignore les codes.

Au coeur du Black Pearl, boite branchée dont l’énigmatique patron ne la quitte pas des yeux, elle va découvrir que cette affaire est beaucoup plus sordide que ce qu’elle imaginait…


  • Genre : thriller

  • Nombre de pages : 206

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Jeu 1 Oct - 9:10

La Main immaculée, d'Anne Bardelli

Critique d'Aelynah

Avec les Editions du petit caveau et ce nouveau titre dans ma PAL je retourne à nouveau vers un genre que j'aime et n'ai pas lu depuis quelques temps, j'ai nommé la bit lit.

À moi les vampires sexy et dangereux, les princes des ténèbres affriolants et à croquer.

Mais pas que... Car limiter ce roman à ces quelques clichés serait le dénaturer.

L'auteure a su dès le départ, par sa plume alerte et pleine d'humour me plonger dans le récit au point de le dévorer en une soirée.

L'histoire, même si elle a quelque peu un sentiment de réchauffé, mais n'est-ce pas toujours le cas dans ce genre de lecture, un vampire, une humaine et bien entendu quelques forces du mal pour les mettre en danger, l'histoire donc, est tout ce qu'il y a de bien écrit.
Je ne me suis jamais ennuyée au cours de ma lecture et j'ai adoré le caractère tête de mule, butée et asociale de Marie, l'héroïne.

Elle est journaliste dans un tabloïd en attendant mieux et comme tout bon scribouillard cherche le scoop qui la fera sortir du lot.

C'est sans le vouloir que son patron va la diriger vers quelque chose d'encore plus excitant qu'un scoop et beaucoup plus déroutant.
Sous couvert d'une enquête sur l'agression de deux jeunes gothiques à la sortie d'une soirée, elle va tenter d'infiltrer cette communauté un peu marginale et peu dangereuse pour en savoir plus.
Les personnages décalés mais attachants qu'elle va découvrir vont la faire réagir contre ceux qui les agressent gratuitement. Car un tel sectarisme dans une société du XXie siècle la sidère.
La comparaison que l'auteure fait d'ailleurs de l'humain actuel et du Neandertal est attrayante et hélas hautement réaliste.

Ses recherches vont la mener à côtoyer le danger, et ce plus d'une fois mais aussi à faire des rencontres vampiriques. Ses clichés vont par certains côtés en prendre un coup tandis que par d'autres elle éprouvera leur véracité de façon plutôt chaleureuse et érotique.

Mais le danger rôde toujours et en compagnie de ses nouveaux "amis" elle va ainsi continuer sa quête de vérité et sa lutte contre l'obscurantisme dépravé de cette secte qui se fait appelée "la main immaculée".

L'auteure a su donner à ses personnages des côtés un peu clichés qui peuvent faire sourire mais qui vont tout à fait dans le sens de l'intrigue.
L'humour acide de l'héroïne lorsqu'elle se sent acculée, l'instinct hautement protecteur du vampire pour sa propriété, le côté décérébré de l'ennemi empreint de son dogme et incapable de voir au delà de ses œillères, tout se met gentiment en place pour nous fournir un scénario réglé comme du papier à musique.

Les scènes se suivent et ne se ressemblent pas même si une constante règne, Marie attire la poisse et les ennuis comme un aimant la limaille de fer. Avec elle pas de doute la loi de Murphy ou autrement nommée celle de l'emmerdement maximum a trouvé son icône.

Vous voulez de l'action? Du sang? De la bagarre et de l'amour? Vous aurez tout cela et plus encore.

Un soupçon de trahison, un zeste de jalousie, des personnages hauts en couleur et vous vous retrouvez à la fin du roman le sourire au lèvre et l'envie d'en lire plus.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Lun 5 Oct - 8:42



Bad moon rising, de Marika Gallman





Elle rêve d’un nouveau départ, mais c’est la mort qui l’attend au tournant. Recueillie par ceux qui l’ont arrachée aux mains de ses agresseurs, c’est dans un monde de ténèbres qu’elle devra tenter de survivre.
Tout a commencé un soir de lune bleue, et tout se terminera dans le sang…


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : nc

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Lun 5 Oct - 8:44

Bad moon rising, de Marika Gallman

Critique d'Aelynah

Après ma découverte des écrits de Marika Gallman au travers des aventures de Maeve Regan (sa série Rage de dents) et de son humour acide, j'ai décidé de repartir pour un tour et de découvrir cette fois Neela.
On peut dire en tout cas que Marika ne s'embarrasse pas trop des présentations. On en a suffisamment pour connaître le contexte mais pas trop et hop, vous voilà lancés dans l'action, le sang et les monstres.
Neela est une jeune femme qui a décidé de reprendre sa vie en main et de se dédouaner de sa famille, ou plutôt de ce qu'il en reste et avec qui elle ne s'entend pas.
Le peu que nous en savons met l'ambiance et donne peu envie de les rencontrer.
Sandra, quant à elle, est son opposée, pétillante, lumineuse et pleine de joie de vivre, elle est un rayon de soleil dans la vie de Neela.
Leurs retrouvailles ce soir-là se font sous les meilleurs hospices. Neela a une merveilleuse nouvelle à lui annoncer.
Pourtant, quand elle atterrit à Lausanne, un sombre pressentiment l'étreint. De plus, la lune avec son aura bleuâtre lui laisse un drôle de sentiment de danger.
Hélas la fin de soirée lui donnera raison et les événements qui vont ensuite se succéder vont chambouler la vie de Neela de façon définitive et particulièrement brutale.

Marika Gallman ne perd pas de temps à nous plonger dans l'intrigue. Les monstres sont là et Neela et son amie vont en faire les frais. Seule la présence de deux hommes sombres et taciturnes empêchera que le récit tourne court et ne nous laisse en plan.
La découpe de ce récit en épisode est à la fois surprenant et en même temps une idée géniale. Car chaque épisode nous tient en haleine et nous donne envie d'en apprendre plus.
J'ai eu un peu peur cependant, voyant arriver l'épisode 4 et l'action ralentir, de me retrouver au final face à un roman pilote, tel l'épisode du même nom d'une série télévisée. Vous savez, celui qui présente les gens et une partie du suspens mais sans en dire trop, pour donner envie de suivre les 120 saisons qui suivront.

Mais je vous rassure de suite, ce n'est pas le cas. D’ailleurs, si vous regardez le nombre de pages de chaque épisode, vous verrez que les 3 premiers sont beaucoup plus courts (18/19 et 21 pages) que les 3 derniers (31/44 et 53 pages), et c’est, je pense, ce qui m’a amené cette réflexion.

Cette accalmie n’est que le calme avant la tempête.

Car Neela, petit à petit, découvre sa nouvelle existence et les combats de ses compagnons. Mais elle en apprend aussi un peu plus sur les créatures qui ont, un soir, gâché sa vie.
Car les conséquences de l'attaque se font ressentir d'heures en heures. C'est tout d'abord diffus, puis sa panique refluant derrière des pensées plus calmes, ils se rendent compte des changements opérés.
La question de sa survie restera donc en suspens tout au long des épisodes.

Ses nouveaux compagnons de vie sont là aussi pour mettre une ambiance trouble.
Entre Marcus qui la trouble, la séduit et semble en savoir plus long que ce qu’il n’en dit sur son état, Marat qui semble la détester au premier regard et ne rêve que de s’en débarrasser et Gemma, tendre et maternelle, malgré une force de caractère de chasseuse, elle est à la fois bien entourée et perdue.

Et si l'on rajoute à cela l'ennemi barjot genre savant fou qui existe dans toute bonne série, vous aurez un aperçu de sa nouvelle vie.

Je dois donc dire que si j'ai trouvé le début prometteur mais un peu lent, les actions disséminées tout au long des épisodes et surtout les évolutions du temps sur les caractères des personnages m'ont fait confirmer mon appréciation à la hausse.

Les trois derniers épisodes vont à eux seuls nous donner des solutions mais aussi nous plonger dans le doute sur l'avenir de notre héroïne. Car pour sa survie, le prix risque d'être trop cher à payer pour elle mais surtout pour ceux qui l'entourent et l'apprécient.

Le lecteur va donc affectionner tout comme moi le caractère évolutif de Neela vers une certaine indépendance, mais surtout vers une prise de décision risquée mais logique. Lorsqu’un seul remède existe au mal, il faut le prendre même si pour cela on doit risquer d’y perdre la vie .

La fin, bien qu'un peu rapide, reste superbement orchestrée et nous emmène ainsi vers un final non pas en pointillé mais bien en one-shot, se suffisant à lui-même.

Mes retrouvailles avec la Bit-Lit laissée en plan depuis quelques temps m’ont confirmé mon goûts pour ce genre et si vous l’aimez aussi, alors partez sur les traces de Neela sans tarder.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Sam 24 Oct - 8:14

La Main immaculée, d'Anne Bardelli

Critique de Malka

Je ne suis pas une habituée des romans bit lit, mais j’aime en lire à l’occasion. « La main immaculée » m’a donc permis un plongeon dans ce genre possédant ses codes et son thème précis. J’étais curieuse de voir si le roman saurait avoir sa propre originalité et, s’il reste fidèle aux classiques du genre, il a su me surprendre.
Au départ, j’avoue que je n’étais pas emballée : la narration à la première personne évoque la vie d’une journaliste dans ses moindres détails, sans qu’il n’y ait d’action. J’ai eu peur de vite me lasser à la lecture, mais je ne regrette pas de m’être accrochée. Le récit, une fois mis en place, emmène la jeune journaliste enquêter dans les milieux de la nuit, auprès des gothiques pris pour cibles de violences fanatiques. Elle se révèle alors une jeune femme de caractère, loin d’être fade. Elle est sensible, mais forte, têtue (parfois trop, à la limite d’être chiante et déraisonnable, au plus grand plaisir du lecteur), intelligente et perspicace. Elle prend le temps de comprendre le monde des gothiques qu’elle ne connaît pas. Elle constate les préjugés et l’incompréhension et même la haine et la violence dont-ils sont victimes. L’ambiance est d’ailleurs bien décrite, même si elle reste fidèle aux images que l’on connaît déjà. Au delà de l’infiltration, elle réfléchit à la condition de ces jeunes gens différents, jugés si négativement.
J’ai apprécié également le ton de la narration menée avec humour, voir sarcasme et parfois auto-dérision. Et si le début m’a semblé long, le rythme s’accélère dans un récit bien mené. Les chapitres s’équilibrent ainsi que l’alternance récit - dialogue, action - réflexion.
Si le vampire n’échappe pas aux clichés : on a affaire à un beau brun ténébreux (et ce n’est pas moi qui m’en plaindrais), il reste tout de même moderne, ancré dans son temps, avec une situation professionnelle et personnelle. Il garde également son côté sauvage et l’auteure a pris soin de ne pas édulcorer sa forme vampirique : ce qui donne plus de crédibilité à sa caractérisation.
La relation entre les deux antagonistes évoluent vite. La romance ne prend pourtant pas pied sur l’intrigue. Elle la complète, offrant même des scènes sensuelles, agréables à la lecture. On ne peut qu’être sensible à la tendresse et l’instinct de possession et de protection pour sa jolie compagne. Même si elle lui tape sur les nerfs, quand elle se montre têtue comme une mule. Cette relation bien que prévisible sait séduire le lecteur.
L’ennemi apparaît quelque peu stéréotypé, mais l’auteur parvient à lui attribuer la crédibilité et la perversion qui lui conviennent. Sa nature surprend, et on peut tiquer sur l’identité même de sa tête pensante. J’avoue avoir eu du mal à adhérer.
En conclusion, j’ai vraiment aimé ce roman bien rythmé qui se lit rapidement et avec plaisir. Le personnage principal s’est avéré fort et attachant. J’ai juste regretté ne pas explorer encore plus le monde gothique, même si j’ai apprécié l’approche et le message de l’auteur dans le récit. Je recommande donc ce roman aux amateurs de bit lit, ou même aux lecteurs qui voudraient découvrir le genre. Je remercie le forum « Au cœur de l’imaginarium » et les éditions du « petit caveau » pour cette belle découverte.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Jeu 3 Déc - 10:18



L'Eau noire, de Chloé Bourdon





Fin des années 60, pendant la guerre du Vietnam, Dawn Otterio rencontre la mort dans l’eau noire d’un marécage.
Abreuvé du sacrifice de ses frères d’armes, un étrange esprit lui rend la vie, en échange d’un pacte cruel. Dorénavant, son existence ne sera plus que celle d’un possédé, en quête de sang, semant la mort derrière lui.
Jusqu’au jour où son chemin croise celui de Raphaël, un rockeur fascinant…
Entre Dawn, Raphaël et l’esprit vampire, les destins vont se croiser, tout autant que leurs désirs…


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 136

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Jeu 3 Déc - 10:24

L'Eau noire, de Chloé Bourdon

Voici venu le temps d’une lecture un peu différente et sombre que les lectures jeunesse que je lis en ce moment.
Le résumé nous parle ici d’esprit vampire et je l’avoue c’est une créature que j’affectionne particulièrement depuis mon adolescence. Du Dracula de Bram Stoker au Radu de Philippe Lemaire en passant par les beaux gosses sexys de l’urban fantasy ou ceux plus sauvages et gores de David Wellington, le mythe a connu bon nombre d’interprétation plus ou moins réussie.

Je voulais donc découvrir ici la vision décalée telle que l’écrit Christelle Bourdon, qui a déjà derrière elle, semble-t-il la réputation de le revisiter à sa propre sauce au grand plaisir de ses fans dans son roman précédent :
Car ici aucune concession n'est faite à la pitié, à la tendresse, à la compassion. Le vampire n'est plus un être de chair mais un être d'esprit possédant un hôte.
De plus l’illustration de couverture faite par Alexandra V. Bach, dont la réputation n’est plus à faire, me laisse songeuse sur le contenu : sombre comme le marécage, glauque peut-être mais laissant transparaître un peu de lumière et de beauté.

L’histoire va de suite nous mettre dans le ton avec notre rencontre de Dawn, le héros, ou plutôt ici l’anti-héros du récit, le « personnage » principal si l’on peut dire étant plutôt l’esprit vampire qui l’habite, Dam Lay.
L’auteure a su par ses mots donner une consistance quasi palpable à l’esprit, qui semble avoir même une présence et ainsi une place importante du récit.
Par ailleurs malgré une description physique et morale de Dawn qui permet au lecteur de le cerner facilement et aussi de bien imaginer sa déchéance physique, il ne m'a pas convaincu et ne m’a aucunement donné envie de m’attacher à son existence.
Dawn est un paumé en phase terminale de cancer ayant vécu des années de « surplus » parce qu’il était habité par celui qu’il surnomme « l’Autre ». Cet autre, Dam Lay, qui est entré en lui dans les marécages du Vietnam dans les années 70 alors qu’il était sur le point de mourir.
Leur relation est conflictuelle, Dawn, soumis au bon vouloir de l’Autre mais sans réelle ambition de changer cela. Il n’essaie absolument pas de diriger sa vie ou même d’y participer vraiment. C’est un passif, larmoyant et sans consistance.
Il faudra son arrivée dans le village de Sainte-Cécile où va se dérouler la partie majoritaire du roman pour voir un regain d’intérêt s’allumer en lui mais bien vite éteint par la peur du changement. Il incarne parfaitement l’anti-héros dans son côté énervant. Il n’est que regret pour tout. Regrets d’avoir accédé à la requête de l’esprit, qui l’a pourtant sauvé de la mort, parce que la contrepartie lui pèse et le dégoûte aussi. Ingurgiter des quantités de sangn animal ou humain, pour ne pas tomber en lambeau, corps pourrissant et gangrené n’est, il est vrai, pas des plus ragoutant.
Regrets ensuite dans le présent pour avoir vu son souhait exaucé et se voir abandonné par l’esprit. Il faut dire que cela l’a laissé dans un état de déchéance tel qu’il a bien failli ne pas y survivre et végète dorénavant dans un hôpital, attendant la fin, cette mort qu’il redoute après l’avoir narguée et laissée en arrière dans les marécages du Vietnam.
Du coup, malgré tout cela, je n'ai pas réussi à accrocher du tout au récit, me demandant à chaque instant vers quoi me menait celui-ci et surtout ce que je faisais là à essayer de comprendre.
L’auteure semble vouloir nous diriger quelque part, mais au fil des pages le lecteur cherche et ne trouve pas. Parfois pourtant, ais-je cru voir des indices, des hypothèses se former mais sans pour autant me plonger dans la curiosité ou l’enthousiasme du lecteur avide d’en connaître plus.
Car nous vivons la vie de Dawn, d’abord sa jeunesse, ce qui l’a amené au Vietnam en compagnie de ces nombreux camarades, puis l’autre passé plus récent avant l’abandon et enfin ce présent, où, seul, décati et moribond il attend la mort dans la peur et les regrets.
De fait, je ne me suis pas sentie emportée par le récit, ayant trop l’impression de visionner la vie de Dawn sans y participer, ou ressentir le moindre sentiment pour lui qu’il soit de pitié, de dégoût peut-être ou même d’empathie. J’ai suivi le fil comme j’aurais regardé un vieux film, d’un œil en faisant autre chose ou surtout en attendant autre chose.
L’arrivée dans le récit de Raphaël va heureusement ajouter un petit plus car elle semble faire réagir notre anti-héros. Quoique réagir semble un peu trop fort. Dawn a alors, dans ce village de Sainte-Cécile, un moment de réaction, il semble pendant quelques jours tenter de vivre pour lui, malgré la présence constante de l’Autre. Il deviendrait alors presque intéressant car on espère un renouveau, une réaction qui va bouleverser l’état des choses et nous mener alors vers une histoire plus vivante dans sa noirceur, plus glauque même qui sait.
Car Raphaël est un personnage qui a du charisme. Jeune chanteur d’un groupe de rock un peu paumé, il dégage une aura de mystère et son infirmité particulière, les « pouvoirs » qu’elle lui confère nous font réagir enfin à quelqu’un. Il est hélas dommage que l’on n’en apprenne pas plus sur lui, même si son histoire ne reste pas totalement dans l’ombre.
Leur rencontre va être l’élément déclencheur de beaucoup de choses et aurait pu, aurait dû plonger la lectrice que je suis dans un sentiment fébrile d’anticipation pour les événements à venir. Ce ne fut hélas pas le cas, peut-être justement à cause de la distance trop grande prise dès le début envers le récit.
Pourtant la plume de l'auteure est agréable, ses phrasés sont fluides et, dans un autre contexte, j'aurais adoré la lire. Je pense qu’un récit plus classique m’aurait amené à plus d’enthousiasme dans ma lecture. Le sujet était tentateur, le mythe revisité amenait la curiosité mais sans, hélas pour moi, y trouver cet attrait que j’y cherche habituellement.
Je ne reproche cependant rien à la plume de l’auteure, qui malgré mon peu d’attrait pour elle, n’est ni lourde, ni torturée comme aurait pu l’amener le sujet glauque et décalé de son récit. Elle sait créer une ambiance et le format de roman court doit emmener une histoire efficace pour les adeptes de ce style gothique et ténébreux, un tantinet ésotérique par les pouvoirs de Raphaël et la présence de l’Autre.
Ça ne sera hélas pas une lecture qui me marquera par le ressenti qu’elle me laissera mais qui doit pouvoir plaire à ceux qui connaissent déjà son style.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Dim 13 Déc - 10:13

Bad moon rising, de Marika Gallman

Critique de Malka

Le nom de Marika Gallman n’est pas inconnu aux amateurs d’Urban Fantasy et plus précisément de Bit Lit, car elle est l’auteure, entre autre, de la saga Maéve Regan. Le premier tome Rage de dent fut d’ailleurs le roman qui m’a permis de découvrir le genre. Même si je n’en suis pas une grande lectrice, j’aime me laisser tenter par un roman de temps en temps. J’ai donc choisi de découvrir la série « Bad Moon Rising », constituée en tout de six épisodes.

Si la série peut se lire épisode par épisode en numérique, elle peut se lire également comme un court roman (publié en version papier).
J’ai choisi de lire ces épisodes à la suite, pour ne pas perdre le fil des aventures de Neela, le personnage principal.
A noter que chaque épisode comporte comme titre une émotion que l’on trouve présente dans l’écriture du récit : choc, déni, colère, tristesse, résignation et reconstruction : déroulement logique des réactions de Neela. J’ai trouvé l’idée sympathique et originale et l’auteure a su tirer son épingle du jeu dans cet exercice de style.

La narration à la première personne permet une immersion immédiate. Se pliant au format de l’épisode, chacun d’entre-eux offre une unité dans l’intrigue et l’action s’invite rapidement dans le récit, dès le premier épisode.
La plume vive, fluide et efficace de l’auteure et l’emploi du présent accentue cette impression de vitesse et d’action, un peu comme dans un épisode de série TV. L’auteure entraîne le lecteur au fil des pages et lorsqu’on possède l’épisode suivant dans sa pal, on ne prend pas la patience d’attendre : j’avoue avoir lu le tout d’affilé en pratiquement une soirée.

Neela, jeune femme tout à fait ordinaire, fille de diplomate, envisage de donner un nouveau tournant à sa vie. C’est ce qu’elle explique à son amie Sandra lors d’un dîner, en lui dévoilant son intention de partir en Inde et de découvrir ainsi le pays d’origine de sa mère.
Sauf que tout ne se déroule pas comme prévu : les deux jeunes femmes sont sauvagement agressées. Non seulement Neela perd sa meilleure amie, mais se retrouve menacée de devenir un vampire, tel les monstres qui les ont attaqués.
En effet, dans la série «Bad Moon Rising », les vampires n’ont pas le beau rôle ! Pas de beaux bruns ténébreux, mais des êtres à la limite de la décomposition, des monstres horribles, féroces et assoiffés de sang, vivant dans des nids autour de leur reine.

Les vrais « héros » de l’histoire sont au contraire les chasseurs.
Neela a été sauvée et recueillie par Marcus et Marat, deux de ces chasseurs de vampires. Je n’ai pu m’empêcher de penser à la série TV Supernatural : une organisation de vampires, un duo de chasseurs, lourdement armés et menant une vie de chasse sans attaches, avec les risques et les dangers liés…

Les personnages sont attachants, même s’ils manquent un peu de profondeur. Ils correspondent aux stéréotypes d’une intrigue qui se veut simple et efficace : les « gentils » chasseurs d’un côté, baroudeurs et bourrus, mais beaux gosses et les méchants vampires de l’autre, sans oublier Doyle et ses sbires à la tête d’une organisation militaire aux méthodes douteuses, largement caricaturé.

La morsure de Neela et ses implications apportent tout de même des nuances et des informations supplémentaires, car elle apprend à connaître les vampires, au fur et à mesure qu’elle se « rapproche d’eux », de par son état de transformation progressive. La course contre la montre, pour savoir si elle pourra éviter la transformation définitive tient également le lecteur en haleine.

La romance entre Neela et l’un des chasseurs, leur attirance surnaturelle et sensuelle apporte du piment et un peu de répit au récit, sans pour autant prendre le pas sur l’action. L’auteure a su doser l’action et l’émotion.

En conclusion, ce court roman fut fort agréable à lire : un livre que je conseille pour une lecture détente qu’on soit amateur du genre ou non, car on se laisse entraîner dans l’aventure. Je remercie les éditions du Petit Caveau et le forum Au cœur de l’Imaginarium pour ce bon moment de lecture.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Dim 21 Fév - 10:47



Camden 1 - Un murmure de voix de Pauline Andreani





Je m’appelle Humphrey. Simplement Humphrey. Ce soir-là, j’ai perdu mon travail en voulant sauver un ahuri qui prétendait pouvoir communiquer avec l’au-delà. Par curiosité, je l’ai ensuite suivi dans l’une de ses aventures, et devinez quoi ? Le gamin disait vrai.
La famille Flemington, s’étant vue affligée de la disparition de leur fils et de la mort de leur bonne, ne se doute pas que cette dernière est bien présente, ni qu’elle sait ce qui est arrivé à leur bambin. . .


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 160

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Dim 21 Fév - 10:50

Camden 1 - Un murmure de voix de Pauline Andreani

Critique d'Aelynah

J'aime les romans sur le paranormal, les fantômes et autres manifestations surnaturelles, je l'avoue.
L'histoire ici nous emmène à la suite de Camden Elmore, un jeune parapraticien, autrement dit, un médium, lors de ses enquêtes et pratiques médiumniques.
Il est accompagné de Humphrey, seulement Humphrey. Ce personnage est assez atypique car c'est dans sa peau que nous vivons tout le récit, et au travers de ces pensées et réactions. Lors de sa rencontre avec Camden il fait partie des septiques, de ceux qui ne croient pas et pensent aux subterfuges frauduleux plutôt qu'à un réel don. C’est pourtant cette rencontre assez trouble et ses conséquences qui vont changer tout leur avenir.
Puis, la présence de Camden, les événements auxquels ils vont être amenés à assister vont petit à petit éroder ses certitudes et l'amener à croire en ce petit bout d'homme, gringalet, jeune et un peu farfelu mais terriblement talentueux.
Le récit est écrit à la première personne, avec parfois un langage châtié et d'autres moment plus familier qui correspondent chacun au personnage que nous suivons attentivement. Il semble bien éduqué mais avoue lui-même avoir pratiqué quelque peu les bas-fonds et les docks.
De plus, le roman a l'avantage d'être illustré de crayonnés noirs et blancs qui nous permettent de mettre des visages sur les personnages.
Ce qui, avec cette couverture magnifique illustrée par Nicolas Jamonneau n’est pas sans ajouter un charme certain à cet ouvrage déjà fortement intéressant par son contenu.
L'ambiance surnaturelle de l'enquête en cours, la disparition d'un enfant de huit ans accompagnée des effets grandiloquents d'objets qui volent et de portes qui claquent, mettent de suite dans l'ambiance. Et la rivalité entre les deux frères Elmore, tous deux médium et souvent en total désaccord sur la façon de procéder, donne un cachet totalement imprévu au récit.
Effet de possession, fantômes, esprits frappeurs sont donc au rendez-vous pour le plus grand plaisir, ou la plus belle frayeur de notre personnage principal Humphrey. Car pour celui qui n’est pas habitué aux manifestations surnaturelles, ce qu’il va vivre a de quoi faire dresser les cheveux sur la tête. L'auteure se permet ainsi quelques touches d'humour et de gentilles moqueries à son égard face au flegme et au sang froid presque surnaturel des deux frères dans ces situations fantastiques.
C'est un récit plein de dynamisme et de fraîcheur que j'ai hautement apprécié de découvrir. La plume de l'auteure nous entraîne facilement à sa suite grâce à l'implication du lecteur au travers des yeux d'Humphrey. On suit l'évolution de ses sentiments face à l'improbable avec enthousiasme et beaucoup d'humour. Sa gouaille est contagieuse et le personnage de Camden me fait sérieusement penser à un Sherlock médium ou un Barry Barrison plus vif que mort.
C'est donc avec nostalgie que j'ai refermé ma liseuse à la fin du récit, et une touche d'émotion aussi lors de l'ultime moment d'explication de l'enquête. La capacité de Camden à comprendre les âmes, sa propension à les écouter afin de les aider plutôt que les exorciser purement et simplement permet ce genre de moment d'émotions, de pardon et de soulagement pour les vivants face à leur culpabilité et leurs remords. Ainsi son aide est-elle utile à tous.
Ce sont vraiment des personnages intéressants et qui mériteraient une poursuite de leurs aventures dans d'autres enquêtes du même genre où le surnaturel côtoie le réel pour notre plus grand plaisir.
A la lecture du site officiel, j’ai appris ainsi qu’il en existait encore au moins deux, j’ai donc hâte de les voir éditer aussi aux éditions du petit caveau.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Lun 28 Mar - 9:26



L'Inconsolé, de Mélissa Restous





Au cœur du XIXème siècle, Sacha Gabrilov, vampire arrogant et décadent, parcourt le monde en compagnie d’Henri Duplessis. Lorsque la route des deux dandys les amène jusqu’en France, ils deviennent rapidement la coqueluche de tout Paris. Au cœur de ces mondanités, Sacha remarque la jeune et innocente Louise Delorme. Le somptueux vampire n’a alors plus qu’un désir : se rapprocher de la jeune fille afin de la posséder et de la pervertir. Dans l’ombre, l’immortel engage alors un jeu dangereux…


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 160

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Lun 28 Mar - 9:28

L'Inconsolé, de Mélissa Restous

Critique d'Aelynah

Encore une merveilleuse couverture illustrée par Nicolas Jammoneau pour les éditions du Petit Caveau qui me pousse à me lancer à nouveau dans un récit fantastique et vampirique d’une de leurs nouveaux auteurs, Melissa Restous.
Sacha Gabrilov est un vampire et il traverse le monde et les années en compagnie d'Henri Duplessis, son mentor et ami.
Cette fois-ci, après un séjour aux Amériques, les voici de retour à Paris, fief des origines d'Henri.
Ce sont deux personnages très intéressants que nous campe là Melissa Restous. Car l'un comme l'autre sont vampires mais pourtant leur vie diffère par leur manière de la subir ou de l'animer.
Sacha profite de tout et surtout de sa fin dévorante, parfois de façon inconsciente, au grand dam d'Henri qui doit souvent rattraper ses bévues.
Sacha semble désœuvré et un tantinet sarcastique envers leurs pairs parisiens lorsqu'il fait la rencontre de Louise Delorme. Elle l'intrigue et son parfum l'attire malgré son côté jeune jouvencelle écervelée qu'il abhorre prodigieusement. Cela ne l'empêche pourtant pas de se lancer dans sa conquête pour d'obscures et viles raisons. Elle sera sienne et tant pis pour les conséquences.
Henri voit d'un œil douteux cette tentative de séduction mais semble lui prêter main forte. Il est le manipulateur le plus vil d'eux deux par son côté affable et charmant. Son côté sombre est plus profond et il faudra le connaître plus avant pour réellement le déchiffrer.
Sacha, lui, est sombre de façon plus visible malgré sa beauté sauvage. Il séduit mais sa dangerosité n’est pas suffisamment en veilleuse pour ne pas susciter un léger sentiment de panique auprès de ses interlocuteurs.
Seule Louise semble ne pas réagir aussi instinctivement face à lui, ou plutôt cette frayeur semble-t-elle au contraire susciter chez elle un intérêt particulier. Il lui plaît et la trouble tout en la terrifiant. Et nous découvrons sous des airs d'oie blanche contrainte par l'éducation, une jeune femme passionnée et curieuse de tout, et parfois cynique.

Là où l'histoire va prendre une nouvelle tournure c'est lorsque le surnaturel va entrer en jeu.
Une voyante, un passé oublié, un mariage arrangé, Melissa Restous nous entraîne sous sa plume délicate et suave à la suite de ces trois personnages.
Leur avenir semble s'entrecroiser tout comme leur passé.
La nature même des deux hommes va devenir problématique dans cette période trouble de fin de siècle et l'attirance toujours plus forte pour Louise d'un certain nombre de personnages inquiétants va occasionner des événements dramatiques. La plume de l’auteure prend alors toute son ampleur dans la création de cette ambiance lourde et conflictuelle.
Au contraire des vampires, Louise est un personnage lumineux. Telle l'ombre et la lumière qui ne peuvent vivre loin l'une de l'autre, les personnages sombres de ce récit vont être attirés par cette lumière et tout tenter pour l'éteindre. Cela va ainsi amplifier encore le côté fantastique et sombre du récit en lui adjuvant un côté émotionnel intéressant.
Et ce n'est qu'après de nombreuses péripéties que nous découvrirons le fin mot de l'histoire et le pied de nez de l'auteure dans les toutes dernières lignes.
Ce roman vampirique sort de l’ordinaire par la manière dont l’auteure a su le mettre en valeur. Le contexte historique trouble, les personnages à double tranchants, le final lui-même donnent à cette lecture un côté surprenant. Sacha et Louise nous surprennent et se surprennent aussi par la même occasion. On ne sait quoi attendre d’eux et ce final inattendu mais parfaitement amené est le point d’orgue de ce roman.
A découvrir donc pour les amateurs de crocs mais pas que…

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Editeur] Petit Caveau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Imaginarium :: Partenariats :: Partenaires-
Sauter vers: