Bienvenue au Cœur de l'Imaginarium !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Editeur] Petit Caveau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Ven 24 Juin - 9:50

Camden 1 - Un murmure de voix de Pauline Andreani

Critique de Malka

Un murmure de voix est le premier épisode de la série Camden de Pauline Adreani.
L’auteur, artiste dans l’âme, puisqu’elle aime dessiner, jouer la comédie et possède déjà plusieurs BD à son actif, nous livre les aventures de Camden, spirite du début du XXème siècle.

C’est par une nuit d’hiver de 1935, que débute le récit et si Camden est bien le personnage principal de cet épisode, il n’en est pas le narrateur.
Nous commençons donc la lecture du récit, rédigé à la première personne, avec la narration d’Humphrey, croupier de la Divine comédie. C’est en cette nuit particulière qu’il rencontre pour la première fois Camden Elmore. Sa vie s’en voit radicalement changée. On ne peut pas dire que le jeune homme lui porte chance pourtant, puisqu’il se fait virer de son job à cause de lui. Et si le « petit » ne paye pas de mine, il a de drôles d’informations à lui donner : un message de l’au-delà, parvenant d’un vieil ami décédé. Pour appuyer ses dires, il lui révèle le mot de code connu d'eux seuls.
Perturbé par ces révélations, mais restant sceptique, le narrateur décide tout de même de revoir Camden et c’est ainsi que l’aventure peut commencer. Humphrey devient, bien malgré lui, l’assistant du jeune spirite, qui préfère la couverture de médium, pour ne pas attirer l’attention sur ses dons particuliers : dialoguer avec les morts.

Humphrey nous livre cette histoire de son point de vue, mais reste plutôt neutre, entre un scepticisme qui diminue au fil de l’intrigue et un brin d’admiration pour le jeune Camden au caractère bien trempé. Il apparaît comme un faire-valoir, tel un Watson racontant les enquêtes d’un Sherlock Holmes. La rivalité apparaissant entre Camden et son frère Nigel qui intervient dans l‘enquête en tant qu‘exorciste, leurs disputes fraternelles, naturelles et butées, laissent également un soupçon sherlockien.

Pauline Adreani maîtrise parfaitement la caractérisation du personnage de Camden : un grand gamin un peu fantasque, arrogant voire froid dans ses analyses, ne se laissant pas emporter par ses émotions ou par l’ambition, motivé par l’enquête et par l’aventure spirite avant tout. Celle-ci surpasse l’aventure humaine et on ne peut pas dire qu’il fasse preuve de beaucoup de tact et de compassion pour la famille des victimes. Pourtant, il se comporte tantôt comme un gamin buté, capricieux, jovial, tantôt comme un adulte mature, instinctif et efficace. Il utilise son don avec perspicacité. Celui ci s’intègre à la personnalité du jeune homme, l’influence et s’en alimente. Il est essentiel dans l’intrigue.

L’enquête proposée est fort agréable à la lecture. L’auteure sait nous surprendre dans sa résolution et se sert à merveille de son spirite pour cela. Sa plume fluide, sa capacité à poser parfaitement descriptions, atmosphères et dialogues entraîne dans la lecture, scotche le lecteur au récit. Le fantasque Camden et la narration utilisée y contribuent également.
J’ai aimé la conclusion, répondant à toutes les questions et résolvant les conflits entre les personnages. (sans doute provisoirement, tout au moins on l’espère, tant on s’amuse de leurs querelles)

Ce fut donc une belle découverte et je lirai la suite avec grand plaisir !
Je remercie le forum « Au cœur de l’Imaginarium » et les éditions du Petit Caveau pour cette excellente lecture.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Mar 6 Sep - 9:21



Vampires d’une nuit de printemps, de Lia Vilorë





Cher journal,

Désormais, mon nom est Fáil, Lía Fáil, et je suis un vampire.
Sans déconner ?
Punaise de pouvoir idiot, et tu réponds à l’écrit en prime !
Ben, depuis le temps, je sais que tu ne sais pas t’empêcher d’écrire tes tracas alors…
Ouais… pas faux…
Alors, vas-y, raconte…
En décembre dernier, je suis devenue un vrai vampire du genre « Kit complet sans les petits inconvénients ». Avec le sexy garde-du-corps écossais en prime.
Tu vas en faire des envieuses !
Ouais… surtout qu’à l’heure qu’il est, c’est le seul à ne pas vouloir ma tête pour un crime que je n’ai pas commis !
Qui est ?
Toute ma nouvelle famille m’accuse d’avoir assassiné notre Maître, celui qui m’a créée. Mais je te jure : j’ai rien fait !
Ça me rappelle quelque chose…
M’en parle pas !

***

Bourré de références cinématographiques, de traits d’humour et de rebondissements, l’auteur nous propose de suivre les pas de son héroïne, Lia Fáil, dans une enquête qui lui permet de vivre maintes péripéties. un récit moderne et original, teinté d’humour pour le moins mordant !


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 248

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Mar 6 Sep - 9:25

Vampires d’une nuit de printemps, de Lia Vilorë

Critique d'Aelynah

C'est une nouvelle année qui débute de façon fort peu conventionnelle pour notre jeune héroïne. Après une humiliation en règle, Lía décide de changer de vie et de quitter sa Bretagne et Rennes, ville de son malheur, pour la capitale.
Hélas, c'est l'hiver, il fait froid et les routes verglacées vous dirigent parfois vers un futur fort surprenant. Pour Lía, sa nouvelle vie ou plutôt son destin se met en branle sur cette route glissante, dans cet accident d'autocar, cette nuit de fin décembre.
C’est une ombre noire telle la Mort qui l'étreint et l'emmène. Sa destinée sera alors aux Etats-Unis, plus précisément à Los Angeles, ville de ses rêves les plus fous. Comme quoi parfois le malheur porte chance.
Lía est devenue une Immortelle.
La voici, lors d’une cérémonie particulière intronisée treizième membre d'un groupe d’immortels américain sous l’égide de Maximilian Orfhlaith. Il est le Maître du Convent Órfhlaith dit aussi « Des Devins » et de ce fait l’intronise mais aussi la rebaptise comme disciple. Elle prend ainsi le nom de Lía Fáil ce qui lui vaudra déjà quelques réflexions désobligeantes. De plus, tout nouveau vampire développe un pouvoir personnel unique qui appartient pourtant à la même école de pouvoirs que celle de son Maître. Et le pouvoir que va développer Lía va en surprendre plus d’un à commencer par le lecteur.

On retrouve ainsi dès le début du roman la plume malicieuse et pleine d’humour de Lia Viloré, déjà découverte et appréciée dans La louve de Brocéliande. Car l’auteure a une façon bien à elle de nous plonger dans le récit. Les dialogues sont parfois incisifs, les paroles surprenantes et le personnage de Lía est lui-même assez atypique.

Mais pour la jeune femme trahie, profondément pragmatique et méfiante, cette nouvelle vie, ce nouveau prénom et l’appariement avec un membre du convent allié, les Ailill, que l’on lui impose, ne lui facilite pas sa tâche d’intégration.
Et quand on voit que son Maître doit déjà s’imposer face à ses autres disciples mais aussi face à elle ce n’est pas gagné. Mais si en plus des inimitiés s'en mêlent, on peut s'attendre à ce que ça parte en sucette.
Alors quand le passé semble revenir en boucle, que les accusations pleuvent à tort, que reste-t-il ?
Il nous reste un roman fort agréable, plein d’esprit et d'anecdotes à l'humour douteux et franchement rigolard.
Les personnages principaux sont charismatiques dans leur façon d'être et particulièrement attachant dans leur fragilité.
Car Lia et son nouveau compagnon, Amaël, sont fortement semblables dans leur besoin de contrôle. La méfiance est une seconde nature, le renfermement sur soi : un art consommé, leurs peurs profondes : des lames de fond que rien n'arrêtent. Je les ai aimé de suite.
De plus ils ont un humour assez tarabiscoté pour que je me sente de suite comme à la maison. Les nombreuses références aux séries télé, aux films noirs et blancs de notre enfance m’ont empli de nostalgie et laissé un sourire tout le long de ma lecture.
Car de l’humour, oui, « y’en a » (« Les tontons flingueurs » de Georges Lautner).
De l’action ? Aussi.
De la romance ? On peut dire ça mais vous verrez rapidement que la romance avec Lía, cela a un petit côté différent.
Enfin bon, Lía et Amaël sont des êtres torturés psychologiquement par leur passé douloureux, ok ! Mais ils sont aussi entourés de personnages secondaires eux-mêmes plein d’humour et de contradictions.
Ce qui fait que pas un moment je ne me suis ennuyée.

Car ce qui commençait comme une énième histoire de vampire s’avère une série nouvelle, à l’humour potache et au scénario complexe et rondement mené.
En deux mots, ou trois, j’ai A-DO-RE me perdre dans leur enquête pour découvrir les coupables. Eh oui je vous l’ai dit, les accusations pleuvent à tort. Il faut donc à Lía et ses amis découvrir le fin mot de l’histoire et c’est là que la particularité de son pouvoir au départ assez bizarre s’avère un plus énorme. Cela va apporter un regain d’humour, même si l’histoire n’en manquait pas, de suspens aussi et une enquête vraiment tarabiscotée.
Je l’ai donc dévoré en une soirée et j’ai hâte d’attaquer la suite avec « Vampires de sorcellerie » que j’ai la chance d’avoir à vous chroniquer aussi d’ici peu.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Mer 19 Oct - 7:47



Vampires de sorcellerie, de Lia Vilorë





Cet été-là, une série de meurtres est l’œuvre d’un tueur que les médias appelleront avec a propos bien qu’en toute ignorance « Le Vampire ».
Ma partenaire, Lía Fáil, se dédie aussitôt à la tâche d’arrêter ce dangereux Éternel avant que ses crimes n’ameutent les tueurs de vampires. Hélas, elle rechigne d’autant plus à la prudence qu’elle se noie dans un chagrin gardé obstinément secret.
Quand ma dame sur les traces du Vampire disparaît à son tour, moi, Amaël Ailill, je pars aussitôt en quête de réponses. Sans elles, je sais qu’il me sera impossible de la retrouver saine et sauve…


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 260

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel


Dernière édition par ninik le Mer 19 Oct - 7:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Mer 19 Oct - 7:50


Vampires de sorcellerie, de Lia Vilorë

Critique d'Aelynah

Après avoir adoré le roman précédent des aventures de Lía Fail, je ne pouvais que me jeter avec enthousiasme dans cette suite annoncée pour y retrouver je l’espère la plume malicieuse et pleine d’humour de Lia Vilorë.
Un an s'est passé depuis que notre chère ingénue au cœur triste est devenue la maîtresse du clan Órfhlaith. Un an pendant lequel ses relations avec son compagnon et partenaire, le beau capitaine Amaël McAmhlaidh Ailill se sont doucettement développées sans toutefois atteindre un degré de confiance ultime. C’est d’ailleurs là où le bât blesse entre eux deux.
Même si j'ai apprécié retrouver dès les premières pages l'humour piquant et la fraîcheur de la plume de Lia Vilorë, j'avoue avoir dégusté avec entrain ce nouveau volume placé sous le signe d'Amaël.
Car cette fois, c’est son point de vue qui va nous être déroulé tout du long avec quelques apartés pour Lía. Ces derniers nous donneront principalement quelques indices sur sa situation, son état d’esprit et au besoin sur son enquête sur le « Vampire », vampire renégat, auteur d’une série de meurtres sur de jeunes femmes, qui risque fort de rameuter sur leur comté toutes les forces des VanHelsing.
Mais comme nous le divulgue gentiment le synopsis, la Maîtresse du clan Órfhlaith va disparaître alors qu’elle est sur la trace du coupable.
Ce sera alors au bailli et au préfet de son clan de jouer, au grand dam de notre capitaine, relégué au rang de spectateur.
Mais comme nous avions si bien pu nous en rendre compte au tome précédent, notre sombre et ténébreux capitaine ne prend pas son rôle de protecteur à la légère et c’est donc de son propre chef et dans le dos de ses amis qu’il va se lancer à la recherche de sa compagne.

Ce deuxième tome nous ouvre des portes laissées entrebâillées lors de notre précédente rencontre avec nos héros. Leur passé torturé va nous être dévoilé de façon plus détaillé et le lecteur va ainsi pouvoir se faire une autre idée de leur caractère mais surtout de la profondeur de leurs fêlures.

Malgré une présence moindre dans ce second opus, Lía l’est suffisamment pour faire tourner en bourrique Amaël, que ce soit par sa façon bien à elle de gérer ses problèmes ou par le rapprochement qu’elle semble tenter envers ce bellâtre de Gavin McCarthy. Les tristes événements qui se sont déroulés auparavant en Bretagne la hantent toujours et ont laissé en son cœur des marques indélébiles que rien ne semble pouvoir effacer. Pourtant la présence de ce nouveau personnage semble la rasséréner et ce n’est pas pour plaire à Amaël qui voit tout rapprochement envers sa partenaire comme une tentative de la faire souffrir, elle, si sensible et si refroidie de l’amour.
C'est donc dans un roman plus sombre et plus profond que nous plonge cette fois l'auteure.
L'humour potache du premier tome restera cette fois comme Lía, porté disparu. Car sans sa présence les objets ne peuvent plus s'exprimer et nous combler de leurs réflexions ou pensées profondes. Et je l’avoue entendre le boxer de monsieur s’exprimer vaut son pesant d’or surtout lorsqu’il s’agit d’énoncer des choses particulièrement gênantes pour son porteur.
Cette disparition va ainsi laisser un vide dans le cœur d'Amaël et dans celui du lecteur. Mais le cheminement du scénario n'en perdra absolument pas son attrait. Car la recherche d'indices et la quête du capitaine pour retrouver celle qui compte pour lui, vont le mener à faire des découvertes particulièrement intéressantes dans son convent. Cela va aussi le pousser à expérimenter en présence du bellâtre qu'est Gavin McCarthy un sentiment nouveau et totalement désagréable : la jalousie.
Qui est cet homme qui semble s'attacher sa Lia et lui redonner le sourire? Que cachent-ils pour qu'elle semble le connaître si bien alors qu'ils se connaissent si peu?
Jalousie, frustration, testostérone à gogo vont parsemer le chemin de notre lecture.
Lia Vilorë va nous permette de suivre plus intimement ces deux hommes en concurrence et obligés de faire équipe pour sauver leur belle. Elle va aussi nous plonger plus intimement encore dans les légendes des convents, la source de leurs pouvoirs et de leurs existences. Nous allons faire des rencontres improbables, douloureuses et des découvertes surprenantes.

Mais malgré tout cela, le lecteur va continuer à apprécier son humour quoique moins décalé sans Lia mais d’un genre plus masculin du fait des protagonistes concernés. Leur concurrence n’est rien de moins qu’amicale, de ce fait les coups bas et autres embrouilles pleuvent à gogo et c'est, cette fois encore, dans un enthousiasme grandissant que j'ai tourné chacune des pages pour terminer sur une pensée unique : à quand la suite?
Je peux donc assurément annoncer que cette série restera dans mes préférées de par son humour, ses personnages aux tempéraments complexes et cependant plein d’humour et surtout grâce à la plume entraînante de l’auteure.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Mar 20 Déc - 10:24



l'Emprise du Lwa, de Patrice Mora





Au cœur de Paris, à quelques mois de l'exposition universelle, Mortimer et Lawrence se voient confier une nouvelle mission.
Les deux gentilshommes doivent se rendre à l’ambassade d’Autriche Hongrie.
Membres de la Loge, organisation occulte chargée de réguler les interactions de la capitale des enfers sur le genre humain, ils entendent mettre un terme à une odieuse alliance.

Alors qu'ils délivrent l’avertissement de la Loge, ils remarquent la présence d’un étrange dandy.
Noyé dans la mousseline des robes de soirées, il évolue aussi bien parmi les diplomates que les démons infiltrés.
Le curieux personnage laisse dans son sillage une aura pimentée aussi puissante qu’une malédiction exotique.
Sa seule présence se pose aussitôt comme une nouvelle énigme.

À la recherche d’une explication, Lawrence va entrainer son novice Mortimer dans l’univers du vaudou, où les relents de la mort se mêlent aux arômes de rhum et de tabac…


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 156





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Mar 20 Déc - 10:27

l'Emprise du Lwa, de Patrice Mora

Critique de Malka

Le récit débute sur une mise en place un peu longue. Mortimer, personnage principal, narre son histoire à la première personne. Le style est fluide, mais il faut un temps pour s'adapter à l'emploi du présent pour un récit au passé et plus précisément au XIXème siècle. Je ne sais si c'est ce décalage (au niveau temporel) ou une narration un peu froide et peu expansive du personnage (qui ne livre pas ses pensées), qui m'a posé problème pour rentrer dans l'histoire. Les descriptions m'ont semblé également un peu trop développées et artificielles.
Heureusement, le récit gagne ensuite en fluidité, même si la narration reste toujours un peu distante. Le personnage garde ses mystères. Il faut attendre les péripéties du récit pour que la narration se débloque, permettant de mieux visualiser et vivre les scènes.

On découvre donc le personnage principal, mais aussi son nouveau partenaire de « travail ». Ce duo formé depuis peu apprend à se connaître au fil du récit et développe une complicité intéressante. Ils cachent des secrets, qu'ils dévoilent l'un à l'autre, et par la même occasion au lecteur, au fil des pages. Et les mystères ne manquent pas !
Le personnage principal, en particulier, possède une identité double et trouble. Il cache « un autre », qu'il doit contenir et maîtriser. Sûr de lui en toute occasion, il ne manque pourtant pas de failles, car son double gênant constitue une menace puissante, d'où son soucis de le dissimuler aux yeux des autres et de son nouveau compagnon. C'est une lutte au quotidien, accentuée par la douleur que lui inflige l'ennemi. Même à la fin du roman, quand le lecteur comprend les tenants et aboutissants de son étrange personnalité, il se garde d'avouer la vérité.
Ce personnage pourrait paraître un peu austère. Même s'il doit garder son sérieux et rester concentré pour enchaîner son double, il sait se montrer badin, voire provocateur.

Le roman nous offre un récit fantastique mêlant magie, démons, rituels, sortilèges, artefacts et amulettes. On y trouve une touche singulière, bien agréable, conférant de l'originalité à l'histoire. En effet, l'ennemi auquel se confronte notre héros s'avère intrigant, difficile à cerner et à appréhender. Il apporte son lot d’exotisme entre pratiques vaudou et croyances africaines. L'auteur arrive même à nous présenter des zombies d'un genre bien particulier. L'histoire ne manque donc pas d'idées surprenantes. De plus, mettre en place ce côté exotique dans un Paris du XIXème siècle offre d'autant plus de piment à l'histoire, pour le plus grand plaisir du lecteur.

Les termes sont précis, les pratiques bien décrites, intrigantes et rendent le récit plus prenant. Les descriptions qui m'ont semblé un peu lourdes au début, deviennent ensuite plus naturelles et appréciables à la lecture. L'auteur sait camper l'atmosphère, décrire le Paris du XIX ème et lui faire prendre vie. Il réussit particulièrement également à livrer les scènes de transes et de voyages oniriques.

En conclusion : malgré un début difficile, je me suis laissée emmener par le récit. L'histoire, la magie et son originalité m'ont séduite : une bonne lecture au final. Je remercie le forum Au cœur de l'Imaginarium et les éditions du Petit Caveau pour cette belle découverte.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Lun 6 Mar - 9:25



L’histoire de Mr N, tome 2 de Thibault Rollet





Suite à l’assassinat de Dan Ficks et au déclenchement de la guerre, le Passe-mondes a été congédié par la Caste des vampires depuis un an. Alors qu’il avait retrouvé la routine de son travail et célébré le somptueux Gloomy Fest dans le monde des morts, le Service Après Mort lui confie une surprenante mission : épauler de nouveau la princesse Amélia et ses alliés, menacés par Prâal et les terribles Trois Grands.

Plongez aux côtés du Passe-mondes dans un monde de mythes d’outre-tombe. Vous serez accompagnés du corbeau Parlementeur, d’un chat magicien coiffé d’un chapeau cabossé et d’un luthier fou qui frappe les gens avec son violon.


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 214

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   Lun 6 Mar - 9:27

L’histoire de Mr N, tome 2 de Thibault Rollet

Critique d'Aelynah

Nous avions laissé une situation dramatique en cours à la fin du tome 1, avec la déclaration de guerre des vampires contre Präll, l'événement déclencheur étant l'assassinat de Dan, le chef du clan vampire Karms.
Une période d'un an a passé. La guerre hélas perdure, mais notre héros, le Passe-Mondes, en est exclu car personne ne sait ce qu'il adviendrait s'il était tué. Dans le doute, les vampires jouent la sécurité.
Nous allons ainsi pouvoir pénétrer plus avant dans la mission première d'un Passe-Mondes et son quotidien. A nous visites et découvertes de Middleway, fête annuelle, et autres événements surnaturels.
Et je dois dire que la Gloomy Fest est un sacré exemple de l'imagination débridée et loufoque de l'auteur. Car il a imaginé une fête foraine typique, mais au goût du royaume des morts, en relookant les attractions. Ça donne de bons moments de rigolade. Je ne vous en dis pas plus c'est à découvrir dans son contexte.
Un élément qui avait fait son charme dans le premier tome et qui perdure ici sont les annotations personnelles du passe-mondes en guise de notes de pied de pages. On y découvre ainsi ses ressentis profonds, parfois des anecdotes personnelles ou simplement l'expression d'un sentiment particulier.
La plume de Thibault Rollet m'avait manqué mais je ne m'en aperçois que maintenant. Outre des traits d'humour parfois glaçants et des personnages plutôt charismatiques, sa manière de nous projeter dans les scènes d'action est vraiment bien gérée. Car nous suivons tout par les yeux du Passe-Mondes. Du coup, c'est à la fois en tant que spectateur et acteur que nous vivons les combats, les effusions de pouvoir et les explosions d'hémoglobine.
Les combats sont visuels et donnent un très bon aperçu des pouvoirs de notre nouveau Passe-Monde, mais aussi de ses différents acolytes. Car, alors qu’il était sombrement mis au rencart par les deux Très (Dieu et Satan), un nouvel ordre de mission lui insigne d’aider à nouveau la caste de Layrmor, en guerre contre les vampires de Träll. Cette fois-ci pourtant, il a un changement dans le code Difer (code qui dirige les droits et devoirs du Passe-mondes) et cette nouveauté va apporter son lot d’actions sanglantes et virevoltantes.
Car ce roman est un peu comme un jeu de rôle sanglant et surnaturel. A la recherche des Trois Grands, le lecteur va voir se profiler devant lui des grands noms de la littérature vampirique. L’auteur mêle ainsi, comme dans le tome 1 où nous avions croisé l'Ankou et la Dame Blanche, le récit et les superstitions.
Un seul bémol cependant, ce deuxième opus est trop court. Il est vrai que le rythme est soutenu, que les actions s’enchaînent sans laisser le lecteur ou les personnages respirer, pourtant parfois, un sentiment de manque de profondeur dans la psyché des personnages vient ternir un instant le ressenti général. Mais j’avoue que ce fut minime et, emportée par la lame de fond des scènes qui se suivent et ne se ressemblent pas, je n’ai pas vu le temps passer. C’est donc un très bon moment de lecture intense qui va crescendo tant en événements dramatiques qu’en explosions d’hémoglobine. A quand la suite ?

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Editeur] Petit Caveau   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Editeur] Petit Caveau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Imaginarium :: Partenariats :: Partenaires-
Sauter vers: