Bienvenue au Cœur de l'Imaginarium !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Editeur] Lumen éditions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Jeu 26 Nov - 9:38



King's Game Origin, de Kanazawa Nobuaki





Avec King’s Game Origin, revenez aux sources mêmes de la malédiction et plongez-vous dans l’histoire du petit village de Yonaki, qui, un beau jour d’août 1977, voit son destin basculer… Le drame implacable du terrible jeu du roi – un défi, 24h pour obéir, une seule sanction en cas d’échec : la mort – se joue désormais à coup de plis cachetés, au plus profond des montagnes !



Dans un hameau coupé du monde, un jeune garçon reçoit un défi particulièrement sinistre : tous les adolescents du village devront toucher un cadavre humain avant la fin de la journée sous peine de mort. Pour Yonaki tout entier s’engage alors une partie d’échecs mortelle…



Véritable phénomène éditorial au Japon avec plus de 2 millions de romans de la série vendus à ce jour, la série King’s Game s’inscrit dans la grande tradition de la littérature et du cinéma horrifique japonais (The Ring, The Grudge, Battle Royale).

Ce troisième volume de la saga macabre née sous la plume de Nobuaki Kanazawa peut se lire indépendamment des deux premiers.


  • Genre : thriller

  • Nombre de pages : non communiqué

  • Format : papier





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Jeu 26 Nov - 9:42

King's Game Origin, de Kanazawa Nobuaki

Critique de ninik

King's Game est une trilogie éditée chez Lumen. Son auteur, Kanazawa Nobuaki, est aussi responsable du manga du même nom. N'ayant pas lu les deux premiers, j'ai décidé de me lancer dans ce King's Game Origins qui, faisant office de préquelle, peut donc être lu indépendamment des autres. L'épilogue, cependant, fait clairement la jonction avec le premier tome et donc pourra mieux susciter l'empathie des personnes ayant lu (et aimés) les autres ouvrages.
King's Game Origins possédait un potentiel tout simplement excitant et dantesque. Un village de montagne, pris en otage par le mystérieux roi qui, toutes les 24h (sauf quelques exceptions) dépose une lettre contenant un défi toujours plus macabre, sanglant, sadique, obligeant les villageois à s'entre-déchirer voir s'entre-tuer, voilà qui ne pouvait qu'être alléchant. Sans parler de la notion de psychologie, alors que des gens se connaissant depuis toujours se mettent à se soupçonner, et sont prêts à tout pour survivre.
Oui, sur le papier, l'ouvrage avait tout pour tenir en haleine et faire frémir. Hélas, King's Game Origins ne survit pas à une lecture plus attentive que le synopsis et le fantasme qu'il représente. Dès les premières pages, quelque chose dérange. Très vite, le lecteur pointe du doigt les dialogues, particulièrement mal intégrés, jamais crédibles. Entre les blagues au milieu des séquences stressantes (moi aussi, coincé dans une grotte, avec plus que quelques heures à vivre et une cheville blessée, je plaisante sur les goûts des différentes brochettes japonaises), les phrases absolument sans crédibilité et autre, aucun dialogue ne sonne juste. Et ils sont nombreux, l'auteur prenant le parti de faire parler tout seul ses protagonistes (procédé parfois utile au cinéma, mais rarement pertinent dans un roman où l'auteur peut décrire les pensées) ou d'éviter les descriptions au profit d'action et, hélas, de dialogues. L'impression demeure que l'auteur a transposé son manga en roman, mais sans tenter de l'adapter à ce nouveau médium.
Les personnages sont eux aussi peu crédibles, et assez insupportables. Beaucoup, déjà, ne sont qu'à peine décrits, et ainsi, il est difficile de ressentir de l'empathie lors de leur mort. Mais ceux qui le sont, comme l'adolescente de 16 ans aussi sexy que psychopathe, ou le héros, larmoyant au dernier degré, sont aussi caricaturaux que difficilement supportables. Le personnage principal en particulier, qui passe tout le livre à pleurer, geindre, et tourner en rond à la recherche de son amoureuse, mais sans faire quoi que ce soit d'autre pour essayer d'arrêter le jeu, de trouver le roi, de protéger ses amis, lasse très rapidement le lecteur.
Ainsi, en lisant King's Game Origins, on se retrouve avec des ordres sadiques, très peu de recherche, et donc, la plupart du temps, une séquence décrivant la découverte de l'ordre, la panique puis l'auteur saute quelques heures jusqu'à montrer la tragique conséquence, que l'auteur essaie de décrire de la manière la plus sanglante possible, sans que cela apporte grand chose.
Ainsi, on tourne les pages, espérant arriver rapidement au bout (le livre se lit très vite), croisant une explication particulièrement effarante sur qui est le roi (le livre a manqué de me tomber des mains) jusqu'à la dernière page. Autant dire que je ne testerai pas les deux autres ouvrages.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Dim 10 Avr - 8:53



Le Secret de l'inventeur tome 2 : L'Enigme du magicien, d'Andrea Cremer





Uchronie brillamment menée, Le Secret de l’inventeur nous immerge, au XIXe siècle, dans une Amérique parallèle toujours sous le joug des Britanniques. C’est dans cette réalité alternative troublée qu’a grandi Charlotte, seize ans, dont les parents livrent, loin d’elle, une lutte sans merci contre l’Empire de Britannia. Après une mission périlleuse au cœur de la Cité Flottante de New York, notre jeune héroïne est contrainte de mener sa petite troupe vers La Nouvelle-Orléans, où se trouve le quartier général de la Résistance… Le voyage s’annonce dangereux car, si la jeune fille doit esquiver les forces de l’Empire, elle doit aussi compter avec les stratagèmes de Nicodème, un puissant mage, et du capitaine du célèbre Persée, un flibustier français aux intensions troubles…



Avec une imagination débordante, Andrea Cremer renouvelle brillamment le genre du steampunk, dont elle n’hésite pas à chambouler les codes. Deuxième volume à la fois dense et bourré d’action, L’Énigme du magicien nous entraîne dans une Amérique alternative pleine de surprises – un périple initiatique qui permet à l’héroïne, Charlotte, de prendre toute sa dimension, en véritable meneuse !


  • Genre : steampunk

  • Nombre de pages : nc

  • Format : papier





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Dim 10 Avr - 8:57

Le Secret de l'inventeur tome 2 : L'Enigme du magicien, d'Andrea Cremer

Critique d'Allisonline

J'ai bien du mal à faire cette chronique, je dois bien l'avouer. Je ressors de cette lecture en ayant l'impression de ne pas l'avoir commencée. Il ne se passe quasiment rien dans ce second tome et je suis plutôt déçue après le gros cliffhanger de fin du premier livre qui m'avait donnée très envie de poursuivre ma découverte de la saga.

J'ai eu un mal fou à dépasser les cent premières pages, tant j'ai eu la sensation de ne pas avancer. J'ai eu l'impression de lire une suite écrite par un autre auteur tant le style incisif du premier tome était absent de celui-ci. Aussi, là où le style du roman précédent m'avait touchée, ce second tome m'a laissée de marbre sur une très longue première moitié, et ce même quand certaines scènes auraient dû vraiment m'atteindre. Clairement, quelque chose clochait. Je ne sais pas si ce qu'on peut lire dans les remerciements de fin du livre en sont l'explication, mais apparemment, l'auteur luttait contre la maladie alors qu'elle écrivait ce second tome. Malheureusement, il en a souffert lui aussi.

La fin du premier tome nous laissait donc avec une fin terrible qui nous prenait en otage, et beaucoup d'incertitudes quant à l'avenir de nos héros. L’Énigme du Magicien reprend presque immédiatement après et nous balade pendant un loooong moment, s'appuyant sur l'émotion provoquée par cette fin. Charlotte endosse son rôle de leader et doit faire passer les autres avant elle alors que l'émotion menace de la submerger à tout moment. Et pour cause, elle vient de perdre tous ses repères, son foyer, et doit mener tous les habitants des Catacombes en lieu sûr, en espérant ne perdre aucun des enfants en route.

Pour tout vous dire, le résumé de quatrième de couverture en dit énormément, et ce qu'il révèle se passe plutôt dans le dernier tiers du roman. Avant ça, nous tournons beaucoup en rond, à espérer de l'action. Même ce qui m'agaçait un peu dans le précédent, à savoir l’amorce d'un triangle amoureux, disparaît presque totalement dans ce second tome. Et pour cause, les deux garçons à se disputer les faveurs de Charlotte sont presque absents du récit. Tous les personnages secondaires sont laissés en retrait, alors qu'ils étaient hyper attachants dans le premier tome. Bon, c'est pour se recentrer sur le personnage de Grave, celui que je préfère et trouve le plus intéressant, mais je ne suis pas satisfaite pour autant : le background est bancal et il manque tout simplement trop de choses. Même le quartier général de la Résistance, que j'attendais impatiemment de découvrir, est survolé.

Finalement, j'aurai tout simplement adoré le passage qui donne sont titre à ce second tome, à savoir donc l’Énigme du Magicien. À ce moment là, on renoue avec le côté fantastico-steampunk du livre, on retrouve des personnages aimés en mode bad-ass, on se pose de nouvelles questions et on a de nouvelles réponses. Sans ce court passage, qui ouvre la voie pour le dernier tome, j'aurais été vraiment très déçue de cette lecture. Ce passage sauve clairement le roman tout entier, permettant de laisser entrevoir une suite plutôt intéressante. J'aurais vraiment adoré m'attarder sur certains détails, et je pense que l'auteur a tout simplement choisi de faire ce livre un tome transitif.

Je suis aussi plutôt déçue de la fin proposée par l'auteur. Le premier tome finissait lui aussi sur un cliffhanger, mais le second ne tient pas ses promesses. Choisir de faire terminer une seconde fois son roman d'une façon qui laisse le lecteur dans l'expectative alors que ce second livre est bien en deçà du premier est plutôt décevant et aussi très risqué. Je pense que beaucoup attendront une suite explosive après ce second tome plan-plan. Beaucoup de personnages vont devoir reconquérir le cœur des lecteurs, tant ils sont absents du deuxième tome. En bref, j'en attends beaucoup de la suite. Avec le troisième tome, ça passera ou cassera, mais si ça passe, ça peut être très bon. Je lirais donc probablement la suite.

Je suis donc assez déçue par ce deuxième tome de la saga Le Secret de l'Inventeur. J'en attends maintenant beaucoup du troisième, choisissant de faire de ce tome un roman de transition, mais le prochain a intérêt à vraiment tenir ses promesses. Heureusement que la sublime couverture embellit ma bibliothèque !

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Jeu 14 Avr - 9:07



Let the Sky Fall tome 2 : Let the Storm Break, de Shannon Messenger





Deuxième volume d’une trilogie young adult fantastique, Let the Storm Break nous plonge dans l’histoire tourmentée de Vane Weston, qui s’est découvert le don de maîtriser les vents. Aux côtés d’Audra, la jeune sylphe chargée de sa protection, il a appris à apprivoiser ses pouvoirs et survécu à un affrontement homérique avec l’ennemi. Mais parce qu’ils ont cédé à l’attirance qui les poussait l’un vers l’autre, les deux adolescents sont désormais liés, et détiennent ensemble le pouvoir des quatre vents, convoité par le terrifiant Raiden. Les voilà donc en proie à un terrible dilemme : révéler leur secret aux autre sylphes pour leur permettre de gagner la bataille, ou s’entêter à protéger l’arme ultime, au risque de tout perdre ?


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : nc

  • Format : papier





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Jeu 14 Avr - 9:11

Let the Sky Fall tome 2 : Let the Storm Break, de Shannon Messenger

Critique de Malka

« Let the storm break » est le tome qui suit « Let the sky fall », série Young adult de Shannon Messenger, tous deux publiés chez les éditions Lumen.
Comme pour le premier tome, une superbe couverture invite immédiatement à la lecture : l’objet livre est magnifique.
L’auteure entre dès le début dans le vif du sujet. Elle laisse le lecteur se réinstaller confortablement dans l’histoire, sans insister lourdement sur les faits déroulés lors du premier tome.

« Let the storm break » ne peut donc pas être lu indépendamment et se pose comme une suite logique. Si le premier tome évoque l’initiation proposée par Audra et vécue par Vane, la découverte pour celui-ci, comme pour le lecteur d’un peuple des vents aux pouvoirs particuliers, ce deuxième tome récolte les fruits d’une mise en place solide, basée sur un univers original et intéressant. Il propose par conséquent plus d’action et d’approfondissement, sur les personnages, les sylphes et leur ennemi Raiden.

La narration alterne très judicieusement (tout comme dans le premier tome) les points de vue d’Audra et de Vane. Sa dynamique et le style fluide de l’auteure rendent la lecture d’autant plus agréable.

Ces deux personnages principaux ont également évolué suite au premier tome. Vane apparaît plus fort et plus sûr de lui. Il apprend à connaître son peuple et le monde dont il est issu, mais reste maître de son destin. Même s’il doute sur ce que ce sera son avenir, entre ses sentiments pour Audra et ses responsabilités de futur roi, il se montre déterminé et audacieux.
Audra, dont il est séparé au début de ce tome, a perdu son rôle de gardienne et s’aventure dans des contrées insoupçonnées, découvre des secrets importants pour l’intrigue. On la retrouve tout aussi forte et pourtant plus sensible, un peu plus fragilisée par la « trahison » qu’elle a commise envers son peuple, quand elle a embrassé son protégé et créé un lien avec lui. Les doutes l’assaillent. Ça ne l’empêche pas de voir ses pouvoirs évoluer, gagner en puissance et s’affiner.

La situation devient d’autant plus difficile à gérer pour eux avec l’apparition d’autres personnages : les nouveaux gardiens et amis de Vane, ainsi que Solana, sa jolie « fiancée », ou tout au moins est-elle désignée comme tel par les Sylphes. Si Vane refuse cette union arrangée, la voir en chair et en os ne l’aide pas, surtout qu’elle l’a attendu, tout comme on attend le prince charmant, et comme le sauveur de son peuple, depuis sa plus tendre enfance.
Face aux doutes, et face aux pressions de la réalité, la relation entre Vane et Audra connaît donc des turbulences et ne peut qu’évoluer.

Ce volume s’avère plus trépident que le premier, avec de l’action et des révélations, des décisions qui influent sur l’avenir des sylphes et de nos deux jeunes héros.
Leur ennemi Raiden prend forme. On en apprend un peu plus sur son passé, par le biais de ses anciens amis, sur son avidité et son ambition, mais aussi sur les moyens dont il dispose pour augmenter sa puissance : ce qui fait de lui un ennemi redoutable. Il intervient enfin en personne dans ce tome.
Le roman se termine d’ailleurs sur un terrible cliffhanger qui tient le lecteur en haleine et donne envie de crier « Je veux la suite ! »

L’univers créé par Shannon Messenger révèle, une fois encore, toute sa richesse et elle nous surprend avec de nouvelles stratégies, de nouvelles attaques liées au vent : elle maîtrise parfaitement son univers et l’approfondit toujours un peu plus. On apprécie un lexique développé autour des vents, riche et imagé. Ainsi la lecture, loin d’être répétitive par rapport au premier tome, nous apporte une plume toujours poétique, efficace et forte.

En conclusion : si j’ai apprécié le premier tome « Let the sky fall », ma lecture de ce deuxième tome « Let the storm break » , fut plus passionnante encore et j’ai hâte de pouvoir lire la suite !
Je remercie le forum Au cœur de l’Imaginarium et les éditions Lumen pour cette excellente lecture.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Mer 4 Mai - 15:12



King's Game Spiral, de Kanazawa Nobuaki





Véritable phénomène éditorial au Japon, la série King’s Game s’y est vendue à plus de deux millions d’exemplaires et une adaptation en film a même vu le jour. Dans la lignée des romans horrifiques japonais les plus connus de ces dernières années, tels Battle Royale ou The Ring, King’s Game Spiral vous entraîne dans un jeu macabre qui piège de manière implacable les adolescents qui y participent. Alors que les défis déferlent par SMS, de la part d’un roi mystérieux et terrible, et que la mort guette les participants les moins prompts à lui obéir, seuls les joueurs les plus déterminés peuvent espérer s’en sortir…



C’est ce que découvre une jeune fille qui, après s’être aventurée dans les ruines d’un lycée, trouve un mystérieux carnet de notes – celui de Natsuko, rivale machiavélique de Nobuaki dans King’s Game Extreme… Aux côtés de cette lycéenne, découvrez la descente aux enfers de la première héroïne féminine du plus maléfique des jeux !


  • Genre : thriller

  • Nombre de pages : 352

  • Format : papier





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Mer 4 Mai - 15:17

King's Game Spiral, de Kanazawa Nobuaki

Crtiique d'Erikia

Le manga King's Game m'a toujours fait de l'œil, j'avais très envie de lire cette saga. Il faut savoir que King's Game Spiral n'est pas une suite du deuxième tome mais plutôt un tome qui se déroule en même temps que le premier jeu. Je vous conseillerais plutôt de lire le premier tome que de commencer par celui-ci. Dans ce tome-ci, nous suivons l'histoire d'Hatsuki qui se voue une passion pour les histoires d'épouvantes. Cette jeune fille va être prise dans le grand et terrible jeu du roi à cause de sa curiosité mais surtout après la découverte du carnet de Natsuko qui a déjà participé à ce jeu. Ce livre nous permet de voir l'évolution terrifiante d'une jeune fille innocente qui va se transformer en quelque chose de très sombre. L'évolution est perçue grâce au récit du premier jeu, ce tome-ci est très violent. Je ne le conseillerais pas pour des personnes qui ne supporteraient pas ce genre de jeu, mais personnellement j'aime ce genre de livre.
On peut voir comment des personnes peuvent changer à cause d'une situation extrême. Nous avons droit aussi à beaucoup de manipulations qui pimentent le récit, les meurtres ne sont pas exclus du livre non plus. Le jeu du roi est simple, le roi choisit une classe dans un lycée. Cette classe reçoit un message où ils doivent suivre des ordres de ce fameux roi.
Malheureusement, si l'un d'entre eux ne veut pas se conformer à la règle il devra mourir. Les décès sont très bien détaillés et nous plongent dans l'horreur du jeu, on a droit à des décapitations ou encore des démembrements terribles. Les ordres du roi sont horribles peuvent changer d'innocentes personnes qui n'avaient jamais pensé à vouloir faire du mal à quelqu'un en personnes sadiques et violentes. King's game spiral ne montre pas du tout de solidarité entre les élèves.
Au contraire, on voit les personnages se dresser les uns contre les autres sans jamais de culpabilisation. Certaines personnes comme Nastuko découvrent une part d'ombre chez eux qui était bien enfouie et qui peut-être aurait dû rester caché très profondément. Concernant le personnage principal je ne l'ai pas découvert comme je l'aurais voulu.
Hastuki n'est pas autant mise en avant que je l'aurai espéré, mais on peut envisager une suite qui pourrait être encore plus horrifique et sanglante. Je dois dire qu'après ce livre, j'ai eu très envie de lire les mangas pour découvrir en images les terrifiantes épreuves ordonnées par le roi.

En conclusion, ce tome a réussi à me faire frissonner de terreur à cause de certains passages. Je dois avouer que je n'ai pas trouvé le schéma par rapport aux autres tomes trop répétitif car le jeu est aussi très attrayant. Je recommande ce livre pour ceux qui aiment les sensations fortes mais surtout pour voir la nature humaine et son choix face à la mort.
Même si ce livre n'a pas été un coup de cœur il m'a fait passer un agréable moment de lecture. Je remercie les Éditions Lumen ainsi qu'au cœur de l'Imaginarium pour m'avoir faits découvrir ce roman.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Sam 20 Aoû - 9:13



Gardiens des Cités perdues tome 4 – Les Invisibles, de Shannon Messenger





Dans les trois premiers tomes, vous aviez fait la connaissance de Sophie, une adolescente qui apprenait soudainement qu’elle n’était pas humaine et qui devait quitter sa famille pour vivre au sein des mythiques Cités perdues. Suivre des cours à l’académie magique Foxfire, se faire des amis, ou encore décrypter les nombreux us et coutumes de son nouveau quotidien : la jeune Sophie doit trouver sa place dans ce monde magique dont elle ignorait encore tout il y a peu… Tout en essayant par ailleurs de percer le mystère de sa naissance ! Dans ce volume, Sophie part à Florence avec ses amis sur les traces du Cygne Noir, une organisation clandestine qui détient la clef du secret de ses origines…



Shannon Messenger signe un quatrième tome riche en révélations sur la naissance de Sophie, mais également sur son monde d’adoption, qui se révèle à chaque nouveau volume plus riche et plus complexe. La plume vive et allègre de Shannon Messenger fait une fois de plus des merveilles, et contribue à faire des Invisibles un roman dont les pages semblent se tourner toutes seules !


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : nc

  • Format : papier





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Sam 20 Aoû - 9:16

Gardiens des Cités perdues tome 4 – Les Invisibles, de Shannon Messenger

Critique d'Aelynah

Comme elle sait si bien y faire, Shannon Messenger, pour nous mettre la pression dès les premières lignes !
Je ne spoile rien si je vous dis que ces quelques premiers paragraphes nous ouvrent une multitude d'opportunités, toutes plus atroces les unes que les autres, de deviner qui est l'affreux traître dans ce tome.
Alors forcément, quand une fois sa bombe lancée nous repartons en arrière, c'est avec un goût amer et une impatience déjà fébrile que nous entamons le récit.
Quelle joie cependant, alors, de retrouver notre Sophie, toujours aussi curieuse de ce que le cygne noir a bien pu modifier encore chez elle pour devenir le but ultime du projet Colibri. Mais aussi Keefe, mal remis de la trahison de sa propre mère, ou encore Dex, Biana ou Fitz prêts, à tout pour aider Sophie.
C'est sur une énigme que nous les avions laissé et c'est ainsi que nous les retrouvons, partant à la recherche du Cygne Noir afin de rejoindre ses rangs.

Ce tome va, cette fois encore, nous prouver le talent de la plume de Shannon Messenger en nous promenant dans les différentes cités perdues, à Excillum même ou encore au royaume Ogre. Que de voyages ! Que d’aventures nos héros vont traverser ! Mais aussi que d’événements dramatiques !
Une épidémie semble d’être déclarée sur le peuple gnome, elle s’étend et malgré les recherches des médecins de tous bords, elle progresse de plus en plus.
Sophie et ses amis, installés dorénavant dans une cache du Cygne Noir veulent tout faire pour trouver une solution, mais les réponses qu’ils trouvent ne les satisfont pas et les poussent même à se confronter de plus en plus aux dangers.
C’est un tome beaucoup plus sombre que les autres, car il pousse nos jeunes personnages dans leurs derniers retranchements.
Sophie se sent parfois inutile et a du mal à s’ouvrir complètement à Fitz pour développer leur télépathie en devenant des Appariés.
Fitz ne change pas vraiment, et j’ai trouvé qu’il prenait moins de place dans ce tome que dans les précédents.
Keefe est celui qui m’a touché le plus. Outre le fait qu’il soit mon chouchou depuis quelques tomes déjà !
La trahison de sa mère l’a ébranlé plus qu’il ne veut le dire car il se cache toujours derrière ses blagues potaches et cet humour un peu cinglant. Seule Sophie semble ressentir cette profonde blessure et vouloir tout faire pour l’amener à se confier. Il va ainsi nous dévoiler de nouvelles facettes de sa personnalité et accepter de nous laisser voir aussi cette fragilité qui le rend si attachant.
Dex et Biana, de leur côté, vont aussi nous surprendre par leur propension à développer leurs facultés respectives.
De nouveaux personnages vont aussi faire leur apparition, et certains espions du Cygne Noir accepter de se dévoiler à nous ce qui va ne faire qu’améliorer encore la trame du scénario et notre engouement à le lire.
Si vous avez aimez les précédents tomes, vous ne pourrez que constater que celui-ci ne déroge en rien à la lignée de coups de cœur des précédents.
Les personnages sont profonds, leurs aventures trépidantes, les événements ne manqueront pas de vous faire battre le cœur d’une façon ou d’une autre, et ce final dramatique va en émouvoir plus d’un.
La traîtrise va ici être menée de main de maître par des personnages qui vous auront touché ou non mais surtout la plume de Shannon Messenger elle-même est traîtresse. Car de nombreuses hypothèses, toutes plus atroces les unes que les autres vont vous traverser l’esprit pour deviner qui est le/la félon/ne. Des indices ou des petites anecdotes vont vous mettre la puce à l’oreille, pour mieux ensuite vous perdre dans des conjectures troubles et absolument impossibles à croire.
Alors quand vous vous retrouverez à l’événement majeur, celui du prologue et aurez sous vos yeux ébahis la réponse à votre question depuis les premiers paragraphes, vous saurez pourquoi cette série est un coup de cœur et pourquoi il me tarde d’en lire la suite.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Dim 20 Nov - 11:15



Alight, de Scott Sigler





Thriller fantastique, doublé d’un survival impitoyable, Alive, premier volet de la trilogie, mettait en scène une troupe d’adolescents qui se réveillaient prisonniers d’étranges sarcophages, sans aucun souvenir de leur passé. Alors qu’ils errent dans d’interminables couloirs conservant la trace de batailles féroces, nos jeunes héros ont été contraints d’utiliser toutes les ressources à leur disposition pour pouvoir survivre, et comprendre la raison de leur emprisonnement.



Si la fin d’Alive semblait promettre à Em et ses camarades un nouveau départ loin du danger, Alight les plonge dans une lutte encore plus acharnée pour leur survie.



À l’instar d’Alive, Alight révèle toute la maestria narrative dont est capable Scott Sigler, un auteur souvent décrit par les médias américains comme un mélange de Chuck Palahniuk et de Stephen King. On y retrouve tout ce qui faisait le sel du premier volume : luttes de pouvoir, ambiance délicieusement oppressante et rythme addictif font d’Alight un roman impossible à lâcher avant les dernières pages. Bourré d’action, ce nouveau tome fait encore monter la tension d’un cran…


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 576

  • Format : papier





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Dim 20 Nov - 11:18

Alight, de Scott Sigler

Critique d'Aelynah

Petit récapitulatif du tome 1 :
Em et les autres rescapés des cercueils se sont réunis au hasard de leurs pérégrinations dans ce qui leur semblaient être des souterrains. Ils ont créé des clans et quelques inimitiés se sont mises en place. Cependant un petit noyau dur reste ferme dans ses positions. C’est ainsi qu’Em s’est retrouvé à la tête des Renaissants. Elle est secondée et épaulée par O’Malley, Bishop et ses cercle-étoiles mais aussi Spingate et Gaston. Leur avenir devenant restreint et fortement compromis sur ce qu’ils ont découvert comme étant un vaisseau spatial, ces jeunes adultes accompagnés des enfants retrouvés ont combattu les adultes restants et réussi à fuir du Xolotl vers la planète Omeyocan, leur nouveau foyer.

J’ai retrouvé avec joie et un brin d’appréhension les personnages de The Generations.
Les voici donc arrivés à bon port, ou du moins sur la planète qui leur était destinée. Pourtant la vision idyllique attendue n’en est pas totalement une.
Cette planète luxuriante et verdoyante semble abandonnée et cependant ils découvrent, à peine arrivés, qu’elle a déjà abrité des peuples et des civilisations, grâce aux restes de bâtiments effondrés et en ruines qui se cachent sous la végétation.
Je n’ai pas été fortement surprise, je l’avoue, d’y découvrir des pyramides à degrés lors de la découverte d'Omeyacan par nos héros. Je l’ai plus été lorsque l’auteur les a nommés Ziggurats (édifice religieux à degrés constitués de plusieurs terrasses et surmontés généralement d’un temple), qui est un terme plus mésopotamien qu’aztèque. Je pinaille, je l’avoue, mais cela m’a choquée sur le moment. Ensuite plongée dans le récit et j’ai oublié ce détail, et n’ai plus songé qu’à frémir devant les découvertes et les nouveaux rebondissements qu’il nous laissait sur notre chemin.
Car cela ne pouvait pas être si simple : atterrir, s’installer et enfin vivre en communauté libre et heureuse.
Outre des dangers inhérents à la planète, les vieilles inimitiés ont la dent dure. Em doit encore et toujours lutter contre les tendances religieuses exacerbées d’Aramovski, les élans chevaleresques et protecteurs de Bishop et O’Malley, les sentiments naissants des uns et des autres mais surtout contre elle-même.
Em, nous l’avions vu est la Renaissante de Matilda, personnage fort peu sympathique au demeurant, que nous avions eu la « chance » de découvrir dans le tome 1. Elle s’est cependant distinguée de son « modèle initial » par ses choix de vie et surtout les événements qui l’ont forgés durant la lutte contre les adultes sur le Xolotl. Elle semble cependant avoir gardé au fond d’elle un reste de cette Matilda, ou du moins est-ce ce qu’elle pense au départ lorsqu’elle ressent des émotions parfois dures et sauvages, comme une colère exacerbée, de la jalousie et surtout une montée de violence surprenante. Em reste notre personnage principal de par sa fonction mais aussi son évolution que nous suivons avec attention. On voit toute cette histoire par ses yeux, et peut-être cela nous donne-t-il un aperçu faussé de certains événements. C’est là que l’auteur nous pousse à réfléchir aux conséquences de ses décisions et aux effets sur le reste du groupe.
Car bien évidemment elle n’est pas la seule à évoluer. Leur présence dans le vaisseau, leurs découvertes vont les amener tous à retrouver des bribes ou des pans complets de souvenirs.
Les amis d’hier peuvent-ils à tout instant devenir les ennemis de demain ? est une question que l’on aurait tendance à se poser au vu de réactions parfois ambiguës chez certains. D’autres réussissent sans aucun problème à nous faire les détester au premier regard, comme Aramovski. Bien entendu l’auteur nous pousse un peu à cette extrémité du fait de l’inimitié existante entre lui et Em mais, je l’avoue, son côté ultra-religieux m’a hérissé le poil à de nombreuses reprises.

Ce deuxième tome nous emporte toujours plus loin dans leur installation, leur recherche de nourriture et de bonheur.
Hélas les choses ne se passent pas si bien que cela. Des indices leur prouvent qu’ils ne sont pas les seuls êtres vivants dotés d’intelligence sur cette planète. De plus, la nourriture stockée dans le Xolotl n’est pas infinie et ils doivent trouver des substituts, au risque de mourir de faim.
La vie va donc se dérouler dans un contexte social tendu et peu à peu les tensions sous-jacentes vont réapparaître pour devenir dominantes.
On parlera alors de Guerre, d’extermination, de vie nouvelle aussi.
Ce tome est vraiment un concentré d’événements et de remise en question. Les personnages passent par divers états de pensée qui nous les rendent encore plus proches ou plus détestables. Car au fil des pages on se prend à espérer, à vouloir améliorer les choses et surtout à croire, non pas en un Dieu du Sang tout puissant mais en cette jeunesse qui veut psychiquement s’émanciper des Adultes.
Em ainsi que d’autres vont aussi découvrir la signification profonde de leur signe. Et cela ne va aller sans heurts ni remise en question. Doivent-ils garder en tête cette distinction ou au contraire se faire leur propre civilisation nouvelle et indépendante ?
Beaucoup d’émotions dans ce tome, d’appréhension, de violence aussi mais surtout des enfants qui ont grandi trop vite et vont devoir faire face à des décisions d’adultes avec le recul de leur jeune réveil et les souvenirs glanés petit à petit dans leur mémoire.
Le final va nous pousser à pousser un seul et unique cri « Pourquoi ? ». Et c’est avec impatience que je vais attendre le tome suivant car Scott Sigler a su instiller en moi le besoin d’en savoir plus, de découvrir ce qu’il va advenir d’eux tant sa manière d’écrire est prenante et nous happe dans le scénario. Mélange de science-fiction, de dystopie et de jeunesse, cette série possède de nombreux atouts pour plaire au plus grand nombre.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Dim 11 Déc - 9:19



Re/member, de Welzard





Sur fond de légende urbaine cruelle, Re/member plonge ses personnages dans une boucle temporelle impitoyable, les condamnant à revivre sans arrêt une quête macabre et dangereuse.



Au lycée d’Ôma, il se murmure depuis longtemps déjà que la Rouge-Sang, une créature surnaturelle meurtrière, hante les couloirs de l’établissement la nuit venue, sous l’apparence d’une fillette couverte du sang de ses victimes. Mais pour Asuka et cinq de ses camarades de classe, la légende se fait soudain bien réelle. Frappés à leur tour par la malédiction, les voilà condamnés, nuit après nuit, à revivre le même rituel sanglant dans tout le campus de l’école : ils ne connaîtront pas la paix tant qu’ils n’auront pas retrouvé les huit parties du corps d’une des victimes de la Rouge-Sang, éparpillées au quatre coins du lycée.



Véritable succès d’édition au Japon, Re/member réunit tous les ingrédients d’un survival horrifique implacable et propose au lecteur une terrifiante chasse à l’homme en milieu scolaire. Son auteur, Welzard, s’impose comme un des nouveaux maîtres du thriller nippon.


  • Genre : horreur

  • Nombre de pages : 544

  • Format : papier





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Dim 11 Déc - 9:21

Re/member, de Welzard

Critique d'Aelynah

Ce que j'aime avec le Japon, ce sont tous leurs contes et légendes mythologiques mais surtout urbains. Cette fois encore, les éditions Lumen nous emportent dans l'une des plus sanglantes : la Rouge-Sang.
Pour reprendre le résumé du roman, une fillette de onze ans sème la terreur dans le lycée d'Ôma, couverte du sang de ses victimes. Qui a le malheur de la croiser doit pour lui échapper quitter l'établissement sans se retourner.
Pas évident en pleine panique, n'est-ce-pas, de partir en arrière sans la quitter des yeux?
Autre élément important de cette légende, la victime ira "nominer" certains de ses amis pour rechercher les morceaux de son corps disséminés par la Rouge-Sang dans le lycée. De nuit bien évidemment, la Rouge-Sang aux trousses aussi.
On appelle cela la chasse au corps et, chose surprenante que nos amis vont apprendre à leur dépens, "on ne meurt pas vraiment dans une chasse au corps".
Si cela ne vous donne pas un avant-goût savoureux de la suite, alors dommage car l'auteur sait y faire pour planter son ambiance rapidement. Pas besoin de beaucoup de pages pour nous plonger directement dans l'horreur, la Rouge-Sang fait partie de ces "héros" qui apparaissent très tôt et au meilleur de leur forme.
Sa petite rengaine nous surprend d'abord puis, au fil des pages, elle nous glace par ce qu'elle amène irrémédiablement comme conséquences.
Welzard a su insuffler aux lecteurs un sentiment diffus mais pourtant profond de panique. On suit alors avec appréhension les personnages dans leur quête de chaque nuit. Huit morceaux de corps doivent être retrouvés sans se faire tuer par la Rouge-Sang. Huit morceaux de leur amie Haruka, qu'ils côtoient inlassablement jour après jour, pour l'entendre leur répéter sa quête "Retrouve mon corps!".
Histoire de nous mettre plus facilement dans le contexte l'auteur a eu la charmante idée de nous fournir un plan du lycée. Le lecteur peut ainsi suivre l'avancée des personnages tel un général d'infanterie devant une carte d'état-major. Il peut aussi tenter des statistiques de survie selon les lieux d'apparition de la Rouge-Sang.
La montée en puissance, au fil des jours qui ne passent pas, d'une atmosphère lourde et oppressante, va mettre les différents protagonistes au bord de la crise de nerf mais aussi face à leurs propres morts. Et c'est ainsi que l'on suit avec attention leur évolution respective au fil des heures qui passent.
J’ai beaucoup apprécié, ma lecture plus avancée, l’humour macabre et noir du choix du titre. Re-member comme souviens-toi bien évidemment mais aussi et surtout comme remembrer, soit réunir les membres du corps d’Haruka coûte que coûte s’ils veulent voir s’arrêter leurs nuits d’horreur et de sang.

Divers personnages composent « l’équipe » des chasseurs. Est-ce un choix de l’auteur mais il y a là une parité complète en la composante de 3 filles et 3 garçons.
Chacun possède un caractère différent que nous allons voir évoluer et se transformer au fil des pages sous les yeux de notre narratrice, Asuka.
Elle-même ne semble pas se rendre compte des changements qui s’opèrent dans sa façon de voir les choses nuit après nuit. Mais elle réussit cependant à nous donner un bon aperçu de ce qu’il advient des autres. Et ses découvertes macabres au détour de couloirs ou de salles de cours sont, sous la plume de Welzard, de vraies photos écarlates et éclaboussantes.

Tous vont tour à tour nous émouvoir, nous étonner ou nous laisser un sentiment confus. Mais le pire restera, je pense, cette fin que j’ai la sensation de ne pas avoir comprise à sa juste valeur.
Les éléments de réponses que le lecteur obtiendra sur la chasse au corps, les protagonistes qui y ont participé et les conséquences de la réussite de leur mission me sont, semble-t-il, passé au-dessus. Autant j’ai été emportée par toute ma lecture au point de la dévorer en un peu plus d’un après-midi, autant je me sens fort dépourvue par le final. Non pas qu’il soit mal ficelé, mais j’ai la sensation d’avoir raté un élément clé qui m’aurait permis de comprendre.
Alors amis lecteurs, n’hésitez pas à venir m’éclairer de vos lumières. Une chose est cependant sûre, je le relirai car mon impatience à découvrir le fin mot de l’histoire a peut-être été justement la faiblesse qui m’a perdue . Dans ce cas rien ne vaut une relecture pour bénéficier de toute son attention et découvrir les détails que l’on aurait pu rater par un trop grand enthousiasme la première fois.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Lun 27 Fév - 9:45



Gardiens des Cités perdues tome 5 – Projet Polaris, de Shannon Messenger





Sophie Foster est loin d’être une adolescente comme les autres. Après avoir découvert à douze ans qu’une nouvelle vie magique l’attendait au sein des légendaires Cités perdues, elle a été contrainte d’abandonner sa famille humaine. Pour trouver sa place dans cet univers, elle a dû s’adapter à un quotidien toujours plein de surprises, et suivre les cours de la prestigieuse académie Foxfire tout en enquêtant sur le secret de sa naissance. Cette fois, Sophie et ses amis sont plus en péril que jamais : la tension grimpe inexorablement dans le monde des elfes où les Invisibles, ces rebelles qui menacent les Cités perdues, révèlent des intentions de plus en plus sinistres…



Avec ce cinquième volume intense en émotions, servi par une plume toujours aussi efficace, Shannon Messenger continue de sculpter avec maestria son univers romanesque. Gardiens des Cités perdues se dévore tome après tome pour le plaisir de voir grandir et s’affirmer ses jeunes héros !


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : nc

  • Format : papier





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   Lun 27 Fév - 9:47

Gardiens des Cités perdues tome 5 – Projet Polaris, de Shannon Messenger

Critique d'Aelynah

Et moi qui pensais que ce tome allait m'offrir des informations et surtout un soulagement intense sur des interrogations qui me turlupinaient depuis la fin du précédent!!
Non pas que Shannon Messenger nous laisse dans le flou. Au contraire, ce tome va faire avancer les choses et amener un certain nombre de réponses mais aussi, vous vous en doutez, beaucoup de nouvelles questions.
Le complot des Invisibles semble perdurer depuis bien plus longtemps que tout le monde ne le pensait. Fintan, depuis que Lady Grisella est enfermée chez les ogres, semble changer ses plans et le « projet Polaris » revient régulièrement dans les indices.
Mais qu'est-ce donc? C'est une de ces questions qui va rester sans réponse, même si de nombreuses hypothèses vont être posées.
En ce qui concerne nos jeunes héros, ils mûrissent à vue d'œil et ce ne sont pas les mauvaises surprises de ce tome qui vont changer cela.
Sophie est actuellement la seule à croire encore en Keefe, à lui faire vraiment confiance. Elle est obstinée, courageuse, et surtout elle le comprend mieux que les autres. Mais cela suffira-t-il pour l'éloigner de son plan suicidaire ?
Car Keefe, depuis le retournement de situation à la fin du tome précédent, joue double jeu. Nous le savions déjà, mais jusqu'où est-il capable d'aller sans se trahir lui-même est encore une question en suspens. Dans ce tome, on le sent, lui aussi, obstiné et prêt à tous les sacrifices pour rattraper les erreurs de sa mère. Il veut la fin des Invisibles et sauver ses amis, mais surtout Sophie. De plus, il veut savoir quel est cet héritage particulier qu'il a entraperçu dans l'un des souvenirs qui lui est revenu. J’aurais d’ailleurs vraiment apprécié pouvoir suivre quelques chapitres de son point de vue. Même si l'auteure nous permet de le suivre aisément au travers des conversations télépathiques qu'il échange avec Sophie, ses sentiments restent encore un peu confus. Sa motivation est grande et pourtant on sent aussi le doute, parfois. Car Keefe est un personnage que l’on adore mais qui énerve. Son indépendance et sa témérité sont au moins aussi horripilantes que sa propension à plaisanter sur tout. Mais son besoin de reconnaissance est grand et on ne l’en aime que plus face à ses doutes qui le taraudent. Keefe est le seul pour qui sa valeur n’est pas évidente. Seule Sophie semble pouvoir lui prouver qu’il a tort, mais le chemin est encore long face à une telle tête de mule.
De leur côté, Fitz, Biana, Dex et les jumeaux ne sont pas en reste. Chacun va mettre en avant le meilleur de lui-même et nous allons assister à de belles surprises. C'est un véritable esprit d'équipe qui les lie tous. Et au travers de leurs échanges nous verrons leur évolution et leur complémentarité. Chacun apporte sa pierre à l'édifice et, petit à petit, Sophie n'est plus la seule à surprendre par ses talents et sa façon de les utiliser.
Le rythme est soutenu, les actions s'enchaînent tel une course d'obstacles, pourtant Shannon Messenger laisse aux personnages et aux lecteurs quelques moments pour souffler, et accessoirement trouver de nouveaux indices pour repartir de plus belle.
Car, outre les complots des Invisibles qui poussent les elfes à accepter des changements drastiques dans leur mode de vie, le récit nous apporte aussi des anecdotes sur les personnages adultes, leur jeunesse et d’autres éléments de ce mode de vie bien particulier (gala de Vannage par exemple).
Ce tome nous pousse ainsi plus loin dans le récit, nous emporte toujours autant grâce à la plume magique de Shannon Messenger et nous donne envie à la fois que cela ne finisse jamais pour ne pas les quitter, mais aussi de trouver une solution radicale pour sauver leur monde des exactions des Invisibles.
Alors quand la fin est sous nos yeux, c’est le drame !! Non j’exagère, même si cette fin nous laisse un goût de trop peu elle est moins sadique que les précédentes. Shannon Messenger sait tout de même lancer sa bombe juste dans les dernières lignes pour que l’attente devienne titillante et un tantinet frustrante.
Cette série ne démérite pas et j’ai vraiment hâte de découvrir les 2 derniers tomes qu’elle nous concocte, car je vois bien venir un final grandiose et tout à fait mémorable. Je remercie les éditions Lumen pour cette pépite que je n’aurais probablement pas découverte sans eux.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Editeur] Lumen éditions   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Editeur] Lumen éditions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Imaginarium :: Partenariats :: Partenaires-
Sauter vers: