Bienvenue au Cœur de l'Imaginarium !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Editeur] Les Editions du Basson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: [Editeur] Les Editions du Basson   Lun 14 Juil - 9:46



Les Editions du Basson




Envie de produire des projets originaux, plaisir de porter des oeuvres de qualité (selon nous...), réalisées par des auteurs que nous estimons, rêve de bousculer de temps en temps, bonheur simple et concret de tenir entre les mains un des plus beaux, vrais, salutaires objets qui soit : le livre. Quoi qu'il en soit, l'ambition principale est de donner du plaisir, ou d'essayer...



_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Les Editions du Basson   Lun 14 Juil - 9:50



L'AGENCE BETA DU SCORPION - Les vipères sonnent de Joëlle-Etienne





L'agence Bêta du Scorpion vivote dans un Paris qui la dépasse un peu. Antartica la Mitée, superbe enquêtrice un rien névrosée, et Fuck du Brouillard, look serpillière noir-polar, romantique malgré lui, se supportent.
Leur improbable association mène parfois à bien - souvent nulle part - les rares affaires que de pauvres quidams leur confient... sans doute par erreur.
Mais ce jour-là, ils comprennent que c'est du lourd. Antartica se sent en tout cas ferrée sec par le chasseur de baleine qui entre dans le bureau. Pendant ce temps, Fuck, lui, ne sent rien, il se tape l'histoire poignante des mocassins jaunes de l'amant du croupier. Et quand les vipères sonnent... les privés sursautent !
Un meurtre sordide, une concierge bien glauque, un bouton de pantalon égaré, des suspects hautement... suspects nous entraînent vers un final curieusement... final !



  • Genre : polar

  • Nombre de pages : 180

  • Format : papier






_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Les Editions du Basson   Lun 14 Juil - 9:51

L'AGENCE BETA DU SCORPION - Les vipères sonnent de Joëlle-Etienne

Critique d'Achille49

Un partenariat original avec le Forum Au Coeur de l'Imaginarium et les Editions du Basson que je remercie pour cette découverte.

Voilà un livre, qui dans le domaine du noir, détonne, réussissant à mixer les clichés les plus récurrents du détective (très porté sur l'alcool et les jolies femmes) avec du burlesque et une série de meurtres bien détonante.
C’est aussi dans l’étude de la seule préface que l’on découvre que ce livre a été composé à 4 mains et on ne peut pas dire que cela se ressente dans la rédaction de l’ensemble, le fil de l’histoire s’égrène sans rupture et dans la plus grande fluidité. Originale donc le mode d’écriture mais il est totalement impossible de découvrir à quel moment s’opère cette alternance.
Plantons en premier lieu le décor de ce livre, probablement amené à se décliner en une série, un cabinet de détectives aux affaires miteuses avec une association assez improbable entre des personnages aux noms improbables. Une femme aux origines sociales confortables ; Antartica La Mitée, très soigneuse de son apparence, à la recherche de son prince charmant, se voulant néanmoins plus sérieuse que son partenaire et à l'opposé de ces femmes au cœur d'artichaut qu'elle rencontre au quotidien. Puis Fuck du Brouillard, enquêteur et grand amateur d'alcools et d'aventures féminines d'une nuit, peu consciencieux mais très caustique.
On joue sur deux tableaux ici ; d'abord sur le jeu de séduction que tentent de déployer l'un envers l'autre les deux associés, cela d'autant plus que les deux vraies premières affaires de l'Agence Bêta du Scorpion les amènent à rencontrer, pour l'une le très beau Jérôme et pour l'autre, la jeune, belle et fragile veuve Margaret et à ainsi jouer la carte de la concurrence amoureuse. Un aiguillon pour les deux associés qui les engage à réfléchir sur leurs sentiments et attentes réciproques et à ne pas aborder les éventuels suspects des deux affaires sous l’angle de l’objectivité et donc altérer leur recherche. Enfin sur la résolution d'affaires criminelles et de disparitions inexpliquées. La répartition de ces deux tableaux se fait presque dans les mêmes proportions mais oriente leurs investigations un peu en fonction des sentiments troubles de nos deux associés
Inexorablement, les rebondissements cumulés et accidentels, le plus souvent, des enquêtes de nos deux héros vont nous amener à rencontrer un homme marié mais amoureux d'un autre homme, un homosexuel au destin tragique, un frère un peu trop proche de sa sœur, un homme trahi par son amant pour une femme à la recherche de sa vengeance et le tout accompagné de saillies et quiproquos assez truculents.
Avec des enquêteurs de cette trempe, on ne peut que s'attendre à une fin originale et pour laquelle ni Antartica, ni Fuck ne seront pour grand chose.
Un petit polar noir définitivement ancré dans le burlesque, le sordide et dans une certaine mesure l'auto-dérision. Cette note d’humour, certains quiproquos, les comiques de situation, comme les états d’âmes plus nombreux chez Fuck Du Brouillard restent décalés, drôles et constituent l’assaisonnement indispensable à la lecture de l’ensemble en édulcorant les circonstances de la mort de la victime principale de ces affaires croisées.
Lecture vraiment très distrayante.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Les Editions du Basson   Mar 19 Aoû - 9:46

L'AGENCE BETA DU SCORPION - Les vipères sonnent de Joëlle-Etienne

Critique de Violaine281

Je remercie les éditions du Basson et le forum Au coeur de l'imaginarium pour ce partenariat.
Par ce livre j'ai découvert de nouveaux auteurs et une histoire originale et quelque peu décalée.

Nous sommes entraînés dans l'enquête effectuée par Fuck du brouillard et Antartica la Mitée qui sont des détectives assez spéciaux. Leur agence vient de décrocher une enquête qui semble mystérieuse. Plusieurs personnages sont impliqués dans le meurtre sordide qui vient de se produire. On déroule le fil de l'histoire et on s'aperçoit que les suspects ont tous des liens entre eux.

L'enquête est confiée par hasard à nos chers détectives qui mettent en place un plan de repérage assez amusant. En effet, d'habitude les enquêteurs donnent l'impression aux lecteurs que certains détails ne servent à rien pour faire avancer l'enquête et ne sont d'ailleurs pas mentionnés dans les romans. Alors que dans ce livre ce n'est pas le cas, Antartika et Fuck utilisent ces détails insignifiants car ils sont notés et utilisés pour l'enquête. . Au fil du texte on se rend compte que nos détectives sont moins futiles qu'il n'y paraît. En effet, je pense qu'ils utilisent ce côté un peu naïf pour au final tromper le lecteur et nous montrer que chaque détail compte et qu'il ne faut pas les oublier au fil de la lecture. Les apparences sont donc trompeuses !!!

On plonge avec délice dans les pensées des personnages et on sait donc des choses souvent avant l'un ou l'autre des protagonistes. Cela donne au lecteur une sensation de faire partie de l'équipe, j'adore ça. On distingue un peu la plume de chaque auteur car le phrasé est légèrement différent en fonction du personnage. Fuck et Antartica sont au final animés du même espoir, tomber dans les bras l'un de l'autre mais il y a toujours ce petit événement qui fait que l'action entre eux ne peut avancer.

Les autres personnages sont à mon avis très secondaires, notre lecture se focalise sur l'histoire des héros, mais permettent à Fuck et Antartica de progresser dans l'enquête évidemment. Tout au long du livre on se dit "allez embrassez vous" donc finalement on lit vite pour espérer arriver à la fin et voir l'histoire d'amour des héros se développer. Les paragraphes descriptifs se lisent très vite car certains n'apportent pas d'éléments particulièrement nouveaux à l'enquête. Et plus on lit le livre plus on a envie de voir nos deux héros ensemble et on se focalise donc moins sur les descriptions de situation et / ou de personnages.

J'ai beaucoup souri lors des conversations parfois farfelues de nos héros et surtout aux moments ou la concierge intervient dans l'histoire. En effet, elle a un passé quelque peu trouble et est curieuse. Elle envoie des lettres anonymes aux héros. Ils sont persuadés qu'elles viennent d'elle puisque par moments elle leur crie dessus ou les épie. Ce livre est pour moi un formidable décontractant musculaire et offre une séance de rire pour tout lecteur stressé. L'humour est l'atout majeur de ce roman et associé au côté burlesque on approche du coup de cœur. J'espère une chose, qu'il y ait une suite.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Les Editions du Basson   Mer 8 Oct - 9:18



NIMADEA [1] Le Maitre des Pierres, de Kate VDK





Comme beaucoup d'adolescents, Angie est persuadée que la vie lui réserve un grand destin, sans avoir la moindre idée de ce qu'il pourrait être. Sa vie semble parfaite... Jusqu’au jour où, à l’aube de ses seize ans, son quotidien bien tranquille se trouve bouleversé !


Le décès de sa grand-mère et l’apparition de créatures tout droit sorties des histoires qu’elle lui racontait lorsqu'elle était enfant vont faire basculer sa vie. Elle découvre alors qu'elle doit, à son tour, devenir un personnage primordial de cette histoire. Nimadéa l'attend impatiemment car son avenir dépend d'elle...


Acceptera-t-elle son destin ? Sera-t-elle à la hauteur ? Et pourquoi Nimadéa, ce monde magique et merveilleux empli d’êtres étranges, a-t-il tant besoin d’elle ?


" Une histoire merveilleuse, un destin extraordinaire, un premier opus émouvant et facétieux, à la fois drôle et sombre, léger et troublant… "


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 302

  • Format : papier





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Les Editions du Basson   Mer 8 Oct - 9:20

NIMADEA [1] Le Maitre des Pierres, de Kate VDK

Critique d'Hinahon (à lire aussi sur son blog ici)

"Pour vous parler de ce livre, je me dois tout d'abord de parler de l'objet en lui même.
J'ai vraiment aimé la couverture... L'esthétique de la couverture noire avec une illustration presque entièrement bleue... Il y a quelque chose de limite mystique, et ça correspond tout à fait à l'univers (vous le comprendrez plus tard). Au toucher, il y a presque un effet velouté très appréciable, dommage que ce style de fini soit victime des traces de doigts visibles. Quand on oriente le livre dans la lumière, on verra toutes ces petites traces. De plus, la couche superficielle de plastique commence très légèrement à se décoller (c'est vraiment pas énorme, mais je me devais de le noter).
C'est un livre que j'aurais plaisir à avoir dans ma bibliothèque. 
C'est le premier ouvrage venant de cette maison d'édition que je lis, je ne peux pas donc me prononcer sur leur catalogue, mais cette première incursion m'a vraiment plu et m'a rendu vraiment curieuse d'en savoir plus sur leurs publication.
Kate VDK, l'auteur est (selon les informations fournies sur la 4ème de couverture) une psychologue clinicienne belge. On reconnaît l'influence de la Belgique dans certains mots (les chiffres, par exemple « septante » et non « soixante dix »), j'ai trouvé que ces petits points laissés étaient intéressants et ajoutaient une originalité au livre. Par contre, j'avoue qu'au début j'ai eu peur... Je le reconnais, j'ai eu des à priori... Venant d'une psychologue, je craignais un roman trop alambiqué qui me perdrait peut être en cours de lecture. Et pourtant c'est tout l'inverse qui est arrivé !

Vous aimez Narnia ? Les cours magique façon Harry Potter vous fascinent ? Alors je pense que vous aimerez vraiment Nimadéa.  En effet on retrouve un savant mélange d'éléments semblables à ces deux séries mixés avec un univers nouveau, très intriguant.
Pourquoi Narnia ? Dans Nimadéa, vous retrouverez le système de l'univers parallèle à la Terre avec des enfants humains élus. Il y a aussi un contexte de guerre.
Et Harry Potter alors ? Ces élus doivent se préparer et vont suivre un entraînement qui m'a vraiment fait penser à une version plus dense et plus rapide des cours à Poudlard.
Je dois vous avouer que je n'ai pas encore lu Narnia, je n'ai vu qu'un film. Mais j'ai vraiment aimé l'univers alors retrouver quelque chose de semblable ici m'a vraiment accroché.
Même si ce n'est qu'un premier tome et que donc l'exploration n'est pas terminée et nous n'avons pas toutes les réponses, je regrette presque que ce monde soit fictif...
Les descriptions de l'auteur me donnent envie de chercher comment arriver dans ce monde... Pour rencontrer les anges, les sirènes et les nombreuses autres races (encore inconnues) qui peuplent ce monde, pouvoir chevaucher une licorne... De plus, même si l'on est encore dans un contexte de guerre et que les armes « physiques » sont présentes, l'auteur a su intégrer des pouvoirs magiques divers (utilisation des éléments, manipulation des émotions, pouvoir des pierres...) qui ont vraiment amené un plus à son univers. Vivant dans une famille de passionnés de minéraux, j'ai aimé l'utilisation des pierres. Chacune d'elles a un pouvoir différent. Dans ce livre, l'héroïne intègre chaque pouvoir (le minéral se transformant pour passer dans son corps et rejoindre son cœur). Elle récupère entre autres des facultés de vision du passé, des pouvoirs puissants. Ce n'est pas sans me rappeler les ouvrages que j'ai pu lire dans la bibliothèque de mes parents sur les minéraux et leurs capacités (aide pour canaliser les énergies, «purifier » les lieux...). Je trouve que c'est un élément encore peu vu dans les livres ce qui permet à cet auteur pour moi de se démarquer encore un peu plus.
Si je devais vraiment trouver un point négatif au roman, je dirais que trop de questions restent en suspens. La fin ne nous laisse pas apercevoir un bon contexte pour avoir des réponses... L'aventure risque de progresser à un rythme assez soutenu, pas forcément propice pour résoudre ces interrogations. Mais à voir la qualité de ce premier tome, je fais confiance à l'auteur pour nous fournir ces éléments au bon moment.
Ce livre a été un énorme coup de cœur et j'espère vraiment pouvoir vite lire la suite et je ne peut que vous encourager à lui donner une chance car cette saga mérite d'être connue !"

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Les Editions du Basson   Sam 1 Nov - 9:28

NIMADEA [1] Le Maitre des Pierres, de Kate VDK

Critique de Vidia (à lire aussi sur son blog ici)

Je tiens tout d'abord à remercier les Editions du Basson ainsi que le forum "Au coeur de l'Imaginarium" de m'avoir permis de découvrir ce roman.
Ce partenariat me tenait tout particulièrement à coeur. En effet, s'agissant d'une production 100% belge, étant Belge moi-même et ayant grandit dans la région où se déroule une partie de l'histoire, j'avais envie de promouvoir notre patrimoine culturel.
Tout d'abord, un court résumé de l'histoire proposée par Kate VDK.

Angie, étudiante de 16 ans sans histoire, vit sa petite vie tranquille d'ado partagée entre les cours, les amis et son petit ami Andrew. Elle adore également s'adonner à sa passion pour le dessin, art pour lequel elle s'avère très douée. Cependant, les jours de quiétude sont soudain bouleversés d'une part par sa rencontre avec un être surnaturel qui ne lui veut pas de bien et d'autre part par le décès de sa grand-mère. Les rencontres improbables se succèdent jusqu'au moment où Angie se rend compte que les histoires sur le monde de Nimadéa et ses habitants, que lui contait sa grand-mère maternelle lorsqu'elle était enfant, ne sont finalement peut-être pas que des contes. Car en effet, ce ne sont pas moins que les personnages de ces histoires qui lui demandent de l'aide pour sauver leur monde d'une terrible menace. Mais pour mener à bien cette mission, Angie pourra compter sur l'aide de précieux alliés.

De quoi mettre l'eau à la bouche! C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai découvert ce premier tome de l'histoire de Nimadéa.
Pouvoir s'identifier aux personnages, ressentir de la compassion ou tout autre sentiment à leur égard, bref, pouvoir les humaniser est un point très important pour que je puisse pleinement savourer et apprécier un récit. Mission accomplie pour Kate VDK.

Elle parvient en effet, avec juste ce qu'il faut de détails, à décrire les sentiments ressentis par les divers protagonistes. Le coeur chavire lorsqu'Angie parle amoureusement de son petit ami Andrew qui lui manque tellement. On pleure avec Julia lorsque son petit ami la quitte pour une autre. On rigole de bon coeur des sarcasmes des jumeaux terribles Malcolm et Will. Mais ce qui m'a le plus ému c'est le lien qui unissait Angie et sa grand-mère. Il m'a particulièrement touché car cela m'a fait repenser avec nostalgie, notamment a mon grand père parti trop tôt, qui adorait me raconter des histoires peuplées d'être féeriques.

Comme je le disais, je suis Belge moi-même et chose peut fréquente, une partie de l'intrigue se passe en Belgique. En général, il me faut un certain temps d'adaptation avant de vraiment bien m'imprégner du monde dans lequel se passe le récit. Mais ce ne fut pas le cas cette fois car le début de l'histoire se passe dans une commune que je connais puisque j'ai vécu dans la région. Cependant, les références à la Belgique s'arrêtent là. L'auteur n'a pas développé l'aspect socio-culturel de la région ou un quelconque stéréotype (aucun personnage n'est donc fan de frites).

J'ai également beaucoup apprécié l'écriture simple mais efficace, sans longueurs inutiles qui alourdissent le récit. Bien que certains chapitres soient parsemés de scènes parfois franchement cocasses, l'ambiance prédominante de ce livre est plutôt inquiétante, voir mystérieuse. Nimadéa, comme tout monde magique qui se respecte, regorge de secrets, dont certains veilleront à ce qu'ils soient bien gardés. D'autres, par contre, choisiront de les dévoiler peut importe les conséquences. De plus, une impression latente que le danger n'est jamais bien loin et attend son heure tapis dans les ombres ne quitte pas le lecteur. Les pages se tournent et se tournent sans que l'on s'en rende compte.

Petit bémol cependant en ce qui concerne le dernier chapitre. En effet, la révélation "choc" faite en fin de récit m'a fait l'effet d'un cheveu dans la soupe. Il est logique de terminer un premier tome sur un événement auquel le lecteur ne s'attend pas. Mais je trouve vraiment dommage que ce coup de théâtre ressemble à une révélation digne des saga familiales de séries B. D'autant plus que le reste du roman de Kate VDK m'avait beaucoup plu.

Mais ce n'est pas pour autant que je bouderai le second tome! J'ai hâte de découvrir où les pérégrinations d'Angie à Nimadéa la mèneront.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Les Editions du Basson   Ven 22 Mai - 7:30



Ruquier, il est sympa ?, d'Alain Doucet





Il y a deux ans, il se décide à écrire un roman... Il est chauffeur-livreur dans les rues de Bruxelles et ça lui inspire "Chauffeur-livreur !, un roman belge" (le premier bouquin écrit dans un camion et les bouchons)... Comme il est aussi comédien, à l'époque de la sortie du livre, il participe à l'émission de Laurent Ruquier "On ne demande qu'à en rire"...
L'attachée de presse de sa maison d'édition se barre un peu avant la sortie du livre ; des journalistes veulent monter dans le camion avec lui ; son patron le convoque ; son chien est stupide ; il a trois enfants de trois unions ; il habite une maison sans façade ; Bukowski est son voisin ; il rencontre le diable sur le plateau de l'émission de Ruquier. Et Ruquier, il est vraiment sympa, dites ?...


  • Genre : humour

  • Nombre de pages : 176

  • Format : papier





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Les Editions du Basson   Ven 22 Mai - 7:34

Ruquier, il est sympa ?, d'Alain Doucet

Critique d'Aurel629

Pour cette nouvelle critique, j’ai voulu sortir de mes sentiers battus et m’adonner à un style littéraire qui m’est moins propre. J’ai donc choisi de m’intéresser à Alain Doucet « Ruquier, il est sympa ? » aux éditions du Basson.
Alain Doucet est connu pour ses deux saisons dans l’émission de Laurent Ruquier, On ne demande qu’à en rire. Il a également participé à la tournée du Jamel comedy club en 2007. Il est connu pour ses talents d’artiste. Ainsi, je me suis laissée séduire par cette couverture sympathique, ce visage insouciant et surtout pour répondre à la question « Ruquier il est sympa ? ».
Quant à Ruquier, je ne le connais qu’à travers quelques extraits de son émission « On n’est pas couché ». N’ayant aucune connaissance sur ce personnage public, je me suis livrée à quelques recherches et vidéos pour tenter de mieux cerner le personnage, et pouvoir avoir une idée de réponse à la question « Ruquier, il est sympa ? »
Je ne savais pas trop vers quoi je m’aventurais, mais je m’attendais à tout sauf à ce que j’allais lire. Le livre est divisé en plusieurs chapitres passant du coq à l’âne de manière très naturelle. Alain Doucet démarre son livre par la sortie de son précédent ouvrage qu’il va personnellement acheter dans une librairie, puis il décrit les retombées de la sortie de celui-ci ainsi que de la sortie de ce second roman.
Au risque d’être plutôt dure, je trouve qu’il s’agit ici d’un journal intime d’un homme qui voudrait être connu et reconnu pour son talent et qui doit s’adonner à un métier peu reconnaissant : chauffeur livreur. La plume est plutôt maladroite, les passages à divers orthographes sur un même mot « quel, kel, … finissent par être lassants et les répétitions insatiables de phrases entières répétées plusieurs fois sur deux ou trois pages sont pesantes dans la lecture. Je pense notamment à la phrase « Il enchaîne avec cet enthousiasme qui le caractérise tant et que je connais si bien ». Ce n’est pas cette redondance qui a pu me lasser, mais je pense que le soucis qui est apparu au cours de cette lecture c’est que ces redondances sont multiples. J’ai visionné quelques images sur internet et ce qu’ont dit Jean-Louis Leclercq et Dominique Watrin m’a semblé des plus justes. Lors de son interview dans Nouvelles de l’Espace, l’un des journalistes demande si Alain Doucet a fait un copié-collé de quelques-unes des pages de son livre tant elles sont similaires. Et c’est exactement ce que j’ai ressenti.
Comme je le disais, j’ai eu l’impression de lire le journal intime d’un homme lambda en mal de reconnaissance. J’ai trouvé ce personnage aigri et parfois imbu de sa personne. Je sais que cela fait sûrement parti du personnage qui m’a l’air tout de même sympathique mais qui a passé son temps à se plaindre d’une journaliste trop envahissante, d’un client trop exigeant, d’un agent pas assez présent, d’un boulot trop difficile.
Enfin, lorsqu’il s’agit d’obtenir la précieuse réponse Ruquier il est sympa ? on n’en sait strictement rien puisque Doucet n’en parle quasiment jamais dans son livre. Je dirai donc pour conclure que le thème du livre est quelque peu lassant. La plume est plutôt lourde.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Editeur] Les Editions du Basson   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Editeur] Les Editions du Basson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Imaginarium :: Partenariats :: Partenaires-
Sauter vers: