Bienvenue au Cœur de l'Imaginarium !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Editeur] Lune Ecarlate Editions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mer 13 Aoû - 9:53



Lune Ecarlate Editions




Bonjour et bienvenue sur le site de Lune-Écarlate Éditions. Nous proposons nos publications essentiellement au format numérique, même si nous avons quelques titres en brochés nous préférons privilégier le format numérique. Les sorties brochées ne sont qu’exceptionnelles et en aucun cas elles ne seront systématiques.

Les collections seront réparties ainsi :



Semitam Tenebris
Fantastique
Fantasy
Urban Fantasy
Épouvante Horreur
Thriller
Anticipation
SF
Steampunk
In Amoris : les coups de cœur de l’éditeur
Terra Incognita : artbook d’artiste
Odyssea : artbook thématique
Optika : artbook de photographe et vidéaste

Tous nos ebooks sont proposés en 3 formats (sauf artbooks) Mobi, epub et pdf mais sans DRM.

Dans les semaines et mois à venir, nous espérons vous proposer des livres et des ebooks dans les genres les plus variés possibles et qui sauront vous plaire. Nous accepterons également des romans et nouvelles faisant référence à l’utopie, à la dystopie ou encore au steampunk, nous avions souhaité proposer également des romances historiques mais à ce jour nous en avons reçu aucune.

Nous souhaitons vous faire découvrir des artistes de différents horizons, des thèmes graphiques qui vous feront voyager dans différents mondes artistiques.

Chaque sortie papier fera l’objet d’une période de précommande de 4 semaines minimum. Les livres sont disponibles sur notre boutique et sur celle d’Amazon, cependant vous pourrez trouver les ebooks sur plusieurs plateformes.



  • Site : http://lune-ecarlate.com/

  • Facebook : https://www.facebook.com/LuneEcarlateEtCyngenEditions?fref=ts



_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mer 13 Aoû - 10:04



Provocation Policière, de Rose Berryl





« … je la voyais me traquer comme une bête sauvage, son flingue pointé devant elle. Elle ignorait où je me cachais et encore plus que je la suivais du regard. »

Georgia Soriano est une femme comme les autres, avec ses pulsions, ses fantasmes et ses peurs, qui, depuis son renvoi de la police londonienne, sème derrière elle des indices à l’attention de son ancienne collègue, pour qui elle voue un véritable amour passionnel. Un véritable jeu de piste entre justice et crime, dont seul le temps déterminera l’issue.



  • Genre : policier

  • Nombre de pages : 16

  • Format : numérique






_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mer 13 Aoû - 10:07

Provocation Policière, de Rose Berryl

Critique d'Aelynah

Nous suivons au cours des premiers chapitres une jeune femme, sûre d’elle et de son charme en quête de proies à séduire et à tuer. Son but ? Eveiller l’intérêt et même concentrer l’attention d’une femme flic qui la fait fantasmer, son ancienne collègue de la police londonienne.
On se retrouve assez vite dans l’action avec notre héroïne car l’auteur ne perd pas de temps à nous mettre dans le bain de ses meurtres. Entre meurtres gratuits et cannibalisme sur fond de fantasmes on suit les exactions de notre tueuse avec appréhension. Jusqu’où va-t-elle aller dans son délire ?
Cette nouvelle est courte et en conséquent l’action va vite, peut être un peu trop à mon goût même si elle est bien menée. Je déplore cependant la fin que je trouve un peu trop rapide.
Cette meurtrière aurait tué plus d’une centaine de personnes et se ferait prendre ainsi, aussi facilement pourrait-on dire ?
On suit cette nouvelle du seul côté du criminel, en l’occurrence ici Georgia. Petit à petit on comprend son dégoût des hommes et les raisons profondes et traumatisantes qui l’ont conduit à ce sentiment. Son éviction des forces de police et surtout loin de Manon, cette jeune femme flic qui semble la comprendre ont été semble-t-il le déclencheur de son délire meurtrier, comme dirait un de nos profilers préférés dans « Esprits criminels ». Pourtant quelque chose me gêne dans cette nouvelle. J’ai été happée dès le début par le texte de Rose Berryl, attendant la suite. Alors quand le final arrive tel une claque en pleine figure, c’est le choc.
Cette panique, ce trouble qui la perd juste parce qu’Elle est là, je me suis retrouvée désappointée. Peut être aussi souhaitais-je vivre cette histoire du côté de Manon en parallèle pour comprendre mieux. Ma réaction n’est sûrement due qu’à cette habitude qu’ont les auteurs de nous plonger dans les deux faces d’une même histoire. Du coup je sens comme un sentiment d’insatisfaction à la fin du récit. Il me manque le cheminement de la police pour apprécier à sa juste valeur cette

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mer 13 Aoû - 10:08

Provocation Policière, de Rose Berryl

Critique de beugzbee

C'est une courte nouvelle, une trentaine de page sur ma tablette, donc un petite quinzaine transposée au format papier, je pense. Et je tiens aussi à préciser que je ne me fais toujours pas au format numérique, peut-être que cela influe sur mes appréciations des livres sous ce format.
On nous conte ici 3 jours de vie d'une tueuse en série, très efficace aux vues de ses statistiques (Je n'ai pas autant de kills sur certains jeux vidéo qu'elle dans la "vraie" vie). Mais voilà, c'est une nouvelle, donc ces trois jours passent vite. Trop vite. Elle tue 3 personnes, nous fait rapidement part de son obsession pour la policière qui la poursuit, fait des allusions à son enfance difficile. Le tout sans soulever une émotion, que ce soit pour elle ou pour le lecteur.
Précisément, pour l'histoire, la fille tue des centaines de personnes et puis un jour elle se fait arrêter bêtement. Quitte à faire court on aurait pu faire aussi court que cela. Parce qu'il n'y a pas de description de l'enquête, de l'élément déclencheur, de rien.
Le rythme est soutenu, c'est même un peu prise de tête, avec des enchaînements d'"il est X heure, il est ...". On survole tout, les émotions, les actions, le passé.
Derrière, l'auteur a dû imaginer tout un monde, des relations interpersonnelles poussées, des explications psychologiques à ses actes horribles mais le rendu est, je me répète, bien trop survolé.
Sans en faire un roman, il aurait pu faire quand même plus long. J'ai un gros gros sentiment d'inachevé, d'inassouvis, j'aurais aimé plus de détail psychologiques, qui sont évoqués en 3 phrases et d'un banal à faire pleurer l'agent Hotchner d'esprit criminel, une enquête de la part des policiers ou un plan précis de la part de la tueuse.
Elle connaît la policière, elle l'aime, mais nous ne savons pas pourquoi, ni comment. Elle veut la voir, c'est tout.
Et vraiment, cette fin est d'un abrupt, je me demande comment elle a tenu autant de temps sans se faire arrêter, ça en devient totalement incongru.
En conclusion, pas un coup de coeur, ni même un livre vraiment appréciable. La lecture m'a pris un quart d'heure, ce récit ne me restera en tête que le temps d'écrire cette critique .

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mer 13 Aoû - 10:10

Provocation Policière, de Rose Berryl

Critique de ninik

Rose Berryl, jeune auteure de fantasy belge livre, avec Provocation policière, une petite nouvelle se lisant très vite. L'auteur nous plonge dans un récit à la première personne, suivant les pas d'une ancienne policière devenue tueuse en série. Sexy, bien évidemment, la jeune femme, au fil des quelques pages de cette histoire, va massacrer un nombre assez impressionnant de victimes, nous faisant quitter le réalisme au profit d'un récit, certes pas déplaisant, mais qui ne restera pas dans les mémoires.
En effet, Rose Berryl va trop loin, et aurait dû faire preuve de pondérance, pour créer un personnage certes fou et sans pitié, mais crédible. Cependant, malgré la folie de la jeune femme, le lecteur ne peut s'empêcher de s'attacher à elle, grâce, d'une part, à l'écriture agréable de Rose Berryl, mais surtout grâce à l'histoire d'amour qu'elle a inclus dans son récit.
En effet, notre tueuse est amoureuse d'une ancienne collègue, qui la traque actuellement, et elle accumule les victimes pour l'attirer à elle, l'imaginant déjà, nue, dans ses bras. Une légère dose d'érotisme plane ainsi, délicatement, sur le récit. Pas de quoi exciter le lecteur, car le but n'est pas là, mais cela pose une petite dose de sensualité à travers le récit, d'autant qu'un récit d'amour lesbien est toujours un plus. Certes, tous ne penseront pas pareil, mais tout homme ne peut que prendre plaisir à voir ainsi cette romance lesbienne lui titiller l'esprit, alors que le lecteur masculin laisse son imagination vagabonder en compagnie de celle du protagoniste principal, alors qu'ils visualisent de concert ce que pourraient être ces retrouvailles fantasmées.
Provocation policière est court, et Rose Berryl livre ainsi peu de descriptions. Dommage, cela empêche de vraiment visualiser les lieux, mais l'histoire, dynamique, permet de tourner rapidement les pages, jusqu'à une conclusion certes assez prévisible, mais logique et pas inintéressante.
Ainsi, le récit aurait pu être bien plus passionnant, avec moins de meurtres pour une traque plus intéressante, mais en l'état il permet de passer une heure ou deux sans déplaisir et, bien que s'oubliant presque aussi vite qu'il n'est lu, apporte son petit frisson.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mar 30 Sep - 12:12



Funestes murmures, de Nathy







Recueil de nouvelles fantastiques de Nathy préfacé par Denis Labbé.

La mort prend bien des visages, parfois, elle peut être la compagne de toujours ou bien être la pire crainte.
Ici, Nathy nous emmène au travers de six nouvelles dans des rencontres parfois inattendues. L’auteur joue avec les clichés éculés, les clins d’œil et les références tant musicales que littéraires.


  • Genre : Recueil de nouvelles fantastiques

  • Nombre de pages : 96

  • Format : numérique (e-pub, mobi ou pdf, à choisir au moment de l'inscription





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mar 30 Sep - 12:15

Funestes murmures, de Nathy

Critique de Frei (à lire aussi sur son blog ici)

Recueil de nouvelles ayant pour thème commun la mort, Nathy met en scène différents personnages qui vont rencontrer la faucheuse sous de multiples formes...

La mort vient sous la forme de différents personnages démoniaques dans chacune des nouvelles. J'ai trouvé dommage que les morts se répètent: des visions oniriques accompagnées la plupart du temps de rêves érotiques, puis le personnage se rend compte qu'il a été piégé, et meurt plus ou moins brutalement. Cependant, une nouvelle se démarque et ne répète pas le même schéma que les autres. En effet, Le temps rattrapé est la seule qui propose une mort différente. Certes, elle vient toujours d'un démon, mais nous nous y attendons beaucoup moins.

La première nouvelle, L'ange de la Mort, aurait pu me séduire si elle avait été plus travaillée. Elle est la plus courte des nouvelles, et pour cause il manque énormément d'éléments. On nous laisse entrevoir une mythologie autour de l'ange de la Mort qui a besoin d'une reine, et donc tue une jeune fille pour ça, mais c'est tout. Il aurait été très intéressant que l'on en sache plus sur le sujet. Fix n'offre pas quant à elle une mort directe de la part d'un démon, mais venant d'un élément extérieur amené par ce dernier, mais ça reste dans l'ensemble la même chose: vision onirique, le personnage principal voit le démon au moment de mourir...

L'écriture est fluide, les nouvelles se laissent lire en très peu de temps. Malheureusement, le recueil est parsemé de fautes d’orthographes, jusque dans les titres. J'en ressort déçue, car l'auteur m'avait habituée à mieux dans Anamorphose: Invictus Tenebrae, son premier roman, et toutes ces répétitions me laissent sur ma faim.

Merci au forum Au cœur de l'Imaginarium et aux éditions Lune Écarlate pour ce partenariat.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel


Dernière édition par ninik le Mar 30 Sep - 16:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mar 30 Sep - 12:19

Funestes murmures, de Nathy

Critique d'Hinahon

Tout d'abord, je remercie les éditions Lune Ecarlate et le forum « Au cœur de l'Imaginarium » pour ce partenariat. Funestes murmures est un recueil de nouvelles, on y trouve six nouvelles, toutes vraiment bien écrites et passionnantes et surtout aucune ressemblance dans les histoires. Souvent dans des recueils, on peut facilement tomber dans les mêmes situations d'une histoire à l'autre. Ici, même s'il y a un fil conducteur commun, les nouvelles ne se ressemblent pas.

Je dois dire que certaines choses m'ont dérangé.
Tout d'abord, la préface donne pour moi trop d'informations. On y trouve presque un résumé des nouvelles. J'avais aimé que la quatrième de couverture reste vague et ne dévoile pas les intrigues, donc j'ai été déçue de voir que la préface gâchait une partie du plaisir. J'aurais préféré que l'auteur de cette préface (différent de celui du recueil) m'en dise plus sur l'univers gothique dont cet ouvrage est teinté, qu'il me parle d'autres inspirations dans ce genre, et ne me dévoile pas autant de choses, j'aurais voulu tout découvrir moi même.
Ensuite, pour certaines nouvelles (surtout la première du recueil) j'ai eu comme un goût d’inachevé... On nous laisse avec des questions sans réponses, comme si l'histoire n'était qu'un début. Pourtant toutes les nouvelles sont indépendantes, aucun n'est la suite de l'autre, donc nous n'avons jamais les réponses.

Ce recueil est très bien équilibré. Même s'il a a un fil conducteur (une réelle mélancolie, présente tout au long de l'ouvrage) chaque histoire se démarque par une situation différente. Dans les thèmes abordés on trouve par exemple la mort et le mythe du passeur d'âmes, le remariage après un décès et les addictions à la drogue et à l'alcool, L'auteur a vraiment su faire preuve d'imagination pour nous emmener dans son univers teinté d'éléments gothiques. J'ai aimé l'esthétisme du style, la délicatesse qui ne fait que renforcer l'atmosphère sombre... Ici, pas de gore sanguinolent, pas d'horreur vraiment crue. Cela rend le recueil plus accessible. Même les gens les plus sensibles pourraient le lire. De plus, cet ouvrage n'est pas trop long et n'est composé que de 6 nouvelles. C'est donc une lecture assez rapide, pratique quand on vient de terminer un pavé et que l'on ne veut pas forcément repartir vers des ouvrages de 500 pages et plus.
Je pense aussi que ce recueil profite positivement de sa maison d'édition. Lune Ecarlate semble être une maison d'édition laissant une place aux cultures « décalées ». En effet, on retrouve dans leur catalogue plusieurs ouvrage inspiré par un courant gothique, cyber punk... Et cela fait plaisir à voir car il est souvent rare que ces courants soient représentés. Un dernier plus : ce e-book est illustré. Après chaque nouvelle, vous trouverez une illustration qui je trouve permet d'aérer le tout.
En résumé, ce recueil est une très belle découverte que je ne peux que conseiller aux amateurs du genre !

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Sam 29 Nov - 9:37

Funestes murmures, de Nathy

Critique de Malka

Le recueil « Funestes murmures » débute par une préface de Denis Labbé (auteur, écrivain, traducteur et critique) qui donne le ton, sans trop en dévoiler, et suscite l’envie de découvrir l’univers de l’auteur : une bonne entrée en matière donc, pour commencer sa lecture.
L’univers de Nathy apparaît aussi bien sous forme de nouvelles que d’illustrations. Ces dernières ponctuent le recueil et introduisent chaque nouvelle, accompagnement agréable, puisqu’il contribue à créer l’atmosphère, à s’en imprégner pour se lancer dans la lecture. Dommage cependant que le rendu noir et blanc de la liseuse ne soit pas toujours satisfaisant.

L’ atmosphère toujours sombre et cruelle, commune à chaque nouvelle apporte une cohérence et du liant à l’ensemble du recueil. Le lecteur ne doit pas s’attendre à des fins heureuses.
Nathy accorde beaucoup d’importance à ses personnages, elle leur offre un panel d’émotions, bien transcrit par une écriture fine et élégante, oscillant entre mélancolie, amertume, angoisses et peurs.

Si les nouvelles sont centrées sur les personnages et leur ressenti, un personnage symbolique récurent se retrouve à travers tout le recueil: la faucheuse, ou les démons qui la servent. La mort n’y est pas neutre, mais joueuse, séductrice pour mieux attraper ses proies. Dans ce jeu, où elle maintient ses victimes piégées au centre d’une toile tissée avec patience, elle sort toujours gagnante. Sa présence teinte le recueil d’une sensualité morbide, toujours douloureuse, et souvent trompeuse.
La fin inéluctable, plus ou moins bien vécue par les personnages, s’avère bien souvent ironique, voire cynique.

Les nouvelles sont bien construites. La plume soutenue de l’auteur leur apporte beaucoup de style, cependant elle laisse parfois une impression de froideur. La première nouvelle par exemple semble plus lisse que les autres. Le lecteur peut donc facilement passer à côté de certaines d’entre elles, tout dépend de sa sensibilité.

En conclusion: J’avoue être passée totalement à côté de la première nouvelle, malgré le style impeccable de l’auteur. Si le style est soutenu, il peut sembler froid, sans passion. La description du ressenti du personnage principal y est très détaillé, trop peut être, au détriment de l’histoire et de l’intrigue. J’ai cependant apprécié les nouvelles suivantes, bien menées, bien écrites et cyniques à souhait. Une bonne lecture au final. Je lirai volontiers d’autres écrits de Nathy.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mar 6 Jan - 10:42



Les Tegs Tome 1 : Etre humain, de Mell 2.2





Dystopie Cyberpunk en quatre tomes

Les Tegs

70 % de l’humanité a succombé au virus Absinthe-8, amené lors des guerres toxiques. Hélas, l’ADN des survivants a subi des changements. Deux formes de mutation voient le jour : les légères, et les lourdes engendrant les Tegs. Une unité entre ces deux espèces aurait pu s’établir si « elles » ne sécrétaient pas une odeur aussi enivrante…
Au cœur de la cité Clair-FD, des hommes luttent pour conserver leurs places, affrontant chaque jour la domination de ces nouveaux êtres surpuissants. Cependant, la bravoure de certains n’est parfois qu’illusion.
Ma-L 2.2, T-S-A-7245, N-00-B… Quel terrible destin se cache derrière ces codes ?
Qu’est-ce qui définit qu’une personne est plus humaine qu’une autre, l’apparence ou les actes ?
Quelle est la véritable menace ? Eux ? Nous ? Ou autre chose…


  • Genre : Dystopie Cyberpunk

  • Nombre de pages : 380

  • Format : numérique (e-pub, mobi ou pdf, à choisir au moment de l'inscription





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mar 6 Jan - 10:45

Les Tegs Tome 1 : Etre humain, de Mell 2.2

Critique d'hinahon

Comment vous dire cela...
J'ai mis un bon moment à le lire, bien plus que certains livres qui avaient deux fois plus de pages que celui ci...
Vous avez déjà une petite idée de ce que je vais vous dire ?
Bon, accrochez vous parce que ce n'est que la partie émergée de l'iceberg...
J'ai commencé le livre une première fois, pour le mettre de côté au bout de 15 pages... J'avais tellement de mal avec le style de l'auteur que je ne savais plus quoi faire. J'en ai parlé avec des amis et finalement j'ai pu le reprendre plus tard, avec leur soutient...
Mais j'ai vraiment eu du mal à le lire. Je n'ai pas un rythme de lecture très rapide, et ici les premières pages étaient très pénibles pour moi.

S'il est sans doute justifié, j'ai beaucoup de mal avec l'usage de certains temps. Disons qu'à petite dose ça va et que dans certaines situations, ils pourraient être plus « facile » à lire que dans d'autres... Et là, me retrouver parfois face à des « ... que nous demeurassions », j'ai trouvé ça trop lourd dans ma lecture et pas forcément nécessaire.
De plus, je ne comprends pas la volonté de l'auteur d'utiliser ce style de temps et donc de donner un certain « standing » à son roman pour en même temps nous servir des jeux de mots vraiment pas top (par exemple le nom de certains cyborgs: P-oo-F, H-il..., sans oublier la confrérie de la « clé USB » alors celle là franchement,je n'en ai pas vu l'utilité à part essayer de justifier le côté cyberpunk...) et des expressions comme un « ma poupette » qui restera dans nos mémoires je pense (du moins elle a marqué pas mal de monde!).

Maintenant, si on laisse de côté le style, on pourrait me dire « OK, le style c'est une question de goût mais l'histoire elle même, elle est bien non ? » Eh bien non !
Du moins elle aurait pu l'être mais là... Ça n'a pas marché. Quand j'ai choisi ce livre, j'avoue que la couverture (que je trouve franchement pas mal, c'est ce que j'ai préféré dans le roman...) et le fait que le « cyberpunk » soit mentionné comme influence, j'étais vraiment tentée par l'histoire.
Je m'intéresse beaucoup aux cultures que l'on appelle souvent alternatives (gothique, punk, cyberpunk, steampunk...) alors cela me plaisait de voir que l'auteur s'y intéressait. Mais laissez moi vous dire qu'il ne suffit pas (pour moi en tout cas, chacun peut avoir son propre avis, cela n'engage que moi) de mettre des cyborgs et un monde post-apocalyptique pour faire du cyberpunk. Il faut construire un univers autour de ça, se documenter... Certes on pourrait me dire « Fais le toi si c'est si simple ». Eh bien non, justement. Je ne dis pas que c'est facile, loin de là, et c'est bien pour cela que je ne m'y risquerais pas si je n'étais pas sure du résultat... Mais là encore, ce n'est que mon avis personnel.

Fans de Matrix et autres films de science fiction / anticipation, ne vous attendez pas à de la nouveauté. Beaucoup d'éléments de ce roman ont été inspirés (largement même) par ce genre de créations... Et pour ce qu'il y a de nouveau, les Tegs, point principal du roman, je suis partagée... L'idée aurait peut être pu être bonne, mais là, elle frôle le ridicule. On a vraiment l'impression que c'est tout ce qui tient ce roman, c'est le seul point réellement « innovant ». Et je me demanderais d'ailleurs : si cela n'a pas été fait avant, n'était ce pas un signe que l'idée n'était pas forcément bonne ?

Je n'ai pas non plus aimé le côté beaucoup trop romance du livre. Ne vous méprenez pas, j'aime les romances. Mais si je veux lire une romance, je lis une romance. Ici je pensais lire de la science fiction et je me suis retrouvée avec une histoire vraiment très centrée sur les relations de couples...
Cela ne pouvait pas, pour moi, être l'élément principal de l'action... Cependant, j'ai eu l'impression que sur les 380 pages de cet ouvrage, j'avais vraiment peu de vrais éléments de science fiction qui bougent, qui m'intriguent, qui me tiennent en haleine... Ici, les romances ralentissent et alourdissent l'histoire. D'autant plus quand on nous rajoute des « ma poupette », « mon amour-bis » et autres expressions risibles.
Pour ce qui est des personnages, j'ai trouvé qu'ils étaient assez inégaux... J'ai aimé découvrir S-A par exemple, en apprendre plus sur elle et voir comment l'auteur la ferait évoluer, mais d'autres comme Lucas, sont pour moi tellement cliché que j'avais compris leur rôle dans l'histoire avant que l'auteur n'en vienne aux faits... L'auteur leur donne des traits sympathiques (couleurs d'yeux et de cheveux « inhabituels »...) mais malheureusement, c'est du déjà vu et ce point aurait pu être plus utilisé. Certains personnages m'ont par contre vraiment énervé... Entre Ma-L et ses crises à répétitions (un peu trop utilisées pour moi, méthode de fuite bien pratique...) et Naël qui m'a vraiment donné envie de lui mettre des claques avec ses attitudes et ses expressions... Au final, dès qu'un personnage me plaisait, un autre venait gâcher ce moment là et donc le résultat restait négatif pour moi...

Une autre chose qui m'a dérangé : les parties du romans. En elle même, l'architecture en « archives » est intéressante. Mais pour moi, l'ordre n'est pas logique...
La partie 2 se passe en grande partie après la partie 3 et finalement, je n'ai pas trouvé un grand intérêt à cette « organisation » des grandes zones de l'histoire. L'ordre chronologique des événements aurait pu être respecté... Bien sur cela aurait amené à séparer la partie 3 en deux ou à refaire la fin mais bon...

Justement, pour terminer (parce qu'au final, c'est pas bien de tirer sur l'ambulance), parlons-en de cette fin. Elle est bancale. Avec un univers pareil et ce qu'on a déjà lu tout au long des pages, on s'attend à quelque chose de grand... Pas forcément mieux que tout ce qu'on vient de lire mais après tout, peut être que l'auteur a encore plus d'imagination et va nous sortir quelque chose d'encore plus fou – ou invraisemblable – pour la situation finale. Cela pourrait nous donner vraiment envie de lire la suite (ah oui, je ne vous avais pas dit ? C'est un tome 1...). Pour moi ça n'a pas été le cas.
La pseudo révélation de la fin, je l'ai senti venir, et je n'ai pas trouvé que c'était assez « fort » pour me laisser apercevoir ce qu'il pourrait se passer dans la suite.. et ça c'est quelque chose que je recherche normalement. Je ne demande pas le scénario complet du tome 2 , juste assez d'éléments pour me laisser imaginer la suite, pour que vraiment je me dise « ah mais il faut que je vois si j'ai vu juste ! ». Ici non, rien d'assez percutant pour me persuader de passer outre le style que je n'ai pas aimé et les autres défauts de ce livre.

Une chose est sure, je ne lirais pas la suite, bien d'autres livres plus intéressants m'attendent.
Néanmoins, je remercie les éditions Lune Écarlate et le forum Au cœur de l'Imaginarium de m'avoir donné la possibilité de le lire. Ça n'a pas marché pour moi, peut être cela plaira t il à d'autres.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Dim 11 Jan - 10:05

Les Tegs Tome 1 : Etre humain, de Mell 2.2

Critique de ninik

Grand amoureux de steampunk, de science-fiction et de post-apocalyptique, je me suis lancé dans la lecture de ce tome 1 du cycle des Tegs, appelé Etre Humain. L'auteur utilise le pseudo de Mell 2.2, et a, en plus de ce premier volume, écrit plusieurs récits.
Le livre commence de manière plutôt prometteuse, avec la description des tourments mentaux d'une jeune femme, visiblement plongée dans l'inconscience, qui est la narratrice. Mell 2.2 utilise un vocabulaire et des tournures de phrases recherchées, ainsi qu'un champ lexical empli de métaphores intéressantes. Certes, l'écoulement des phrases manque de fluidité, la musicalité du texte étant quelque peu laborieuse. Cependant, ce n'est pas la première fois que je ressens cela en début d'un livre, et ce genre de défaut s’aplanit souvent au fil du texte. Malgré une sensation un peu forcée concernant la richesse des tournures de phrases, c'est avec espoir qu'en grand amoureux de la langue française, je me suis lancé dans la lecture des 380 pages de cet ouvrage.
Hélas, dès le réveil de la narratrice, les choses se sont corsées, et le plaisir a fui. Deux hommes viennent sortir l'héroïne de cette première partie d'une cuve dans laquelle elle se trouvait, en une séquence, le vaisseau en moins, beaucoup trop inspirée du réveil de Neo dans Matrix pour convaincre (il y aura aussi, au fil du texte, de nombreuses références à Terminator et son ordinateur doué de conscience). Mais surtout, dès les premiers dialogues, le livre manque de glisser des mains. Le lecteur peut, à la rigueur, laisser passer les séquences d'action un peu caricaturales, avec des héros tellement super doués que c'en est édifiant, mais les punchlines que se lancent les protagonistes ne passent vraiment pas. Les « Je m'appelle Jem... Jem-pas-ta-gueule » et autres propos du genre, laissent perplexe et il est difficile de ne pas se demander comment des phrases pareilles puissent apparaître. Sans parler des plans d'action durant lesquels les héros s'échappent dans un camion de glace.
Mais le pire vient de la romance du livre. Les amourettes et les élans sentimentaux sont au cœur de l'ouvrage, à tel point que tout le reste semble parfois secondaire. Bien que les histoires de tendres passions ne soient pas forcément ce que j'affectionne le plus dans un livre, j'aurais pu les accepter, voir les apprécier, si elles ne semblaient pas issues de pré-adolescents larmoyants (alors que certains protagonistes sont censés avoir, mentalement, plus de 80 ans). Ainsi, le lecteur subit des petits noms (le pire viendra dans la deuxième partie avec du « ma poupette » qui vaut son pesant d'or) et autres propos édifiants sur la beauté d'une jeune femme, en des compliments frisant souvent le ridicule (et semblant parfois forcé) qui font invariablement fondre la demoiselle concernée. Le pire sera atteint lors du mariage de la troisième partie, où, durant ses vœux, le marié mélange humour gras et déclaration d'amour pré-pubère en un tout diablement indigeste.
En ce qui concerne l'histoire, Mell 2.2 nous dépeint un futur lointain, où une guerre toxique a provoqué des mutations. Chez les humains, cela a donné, surtout, des yeux ou des cheveux de couleurs parfois étranges, et cette utilisation semble surtout permettre à l'auteure une ambiance manga, certes pas forcément utile, mais pas dérangeante pour autant (sauf quand une jeune femme se fait, du coup, surnommer Bleauté). Mais cela a aussi créé des mutants, les Tegs, qui se sont éloignés de l'humanité, et essaient de contrôler le monde. Ils sont drogués aux phéromones des femmes, et ce fait est au cœur de l'histoire, entre les humains cherchant à se faire de l'argent en vendant ses femmes, les trafiquants légaux et illégaux d'humaines, et autres choses du genre. Car Mell 2.2 essaie souvent de créer une ambiance sombre, entre trahisons, personnages pourris jusqu'à l'os, manipulations et extractions de drogue conduisant à la mort. Certes, cela ne sonne pas toujours original, et c'est souvent prévisible, mais cela aurait pu être intéressant (bien que classique) si, toujours, ce n'était pas gangrené par des dialogues niais à l'humour dérangeant, et une mièvrerie dans les relations humaines, sans parler des jeux de mots dans l'appellation des gens ou des confréries. Entre la confrérie de la clef USB, le héros s'appelant NOOB, ou encore son acolyte P-OO-F, difficile d'apprécier les tentatives de sérieux de l'auteure. A cela s'ajoutent des cyborgs, des ordinateurs humains, des clones, pour un mélange flirtant avec les grands stéréotypes de la science-fiction.
Le tout aurait pu donner un mélange des classiques pas toujours réussi mais prometteur, si l'auteure avait essayé de rendre adultes ses personnages et d'éviter certains jeux de mots, mais si elle avait aussi tenté de donner une meilleure cohérence à l'univers. Ainsi, tout cela se déroule dans un futur lointain et plutôt sombre, entre guerres, morts et mutations, et pourtant, les gens regardent des séries télévisées, ont internet, des ordinateurs et des téléphones portables (un Teg met même la photo de l'humaine dont il est amoureux en fond d'écran, alors que son amour doit rester secret). Quand il y a mariage, en fin d'ouvrage, il est très similaire à ce qui se passe à notre époque, même pas déformé, du fait que les informations auraient pu en partie se perdre. Ainsi, souvent, l'impression que l'auteure n'a pas cherché à créer un monde futuriste, mais a juste positionné les objets du quotidien en les mettant chez les Tegs, s'insinue, et cela se révèle bien dommage.
En ce qui concerne la construction du livre, les choix de l'auteure ne sont pas inintéressants. Mell 2.2 a séparé son récit en trois parties (toutes à la première personne, mais centré sur un narrateur différent), à des époques différentes, et ainsi peut détailler la fresque que représente la guerre et les trahisons dépeintes dans son monde. De plus, elle positionne sa troisième partie chronologiquement entre la première et la deuxième. Paradoxalement, cette troisième section se révèle en même temps la plus inutile et la plus intéressante. Inutile parce que les informations que nous y recevons ont déjà été données dans la deuxième, où nous suivons un Teg devenir amoureux d'une humaine (et, le côté niais des relations amoureuses atteignant des sommets, difficile d'être impressionné par cette race censément si dangereuse, alors qu'il aurait été très intéressant de plonger au cœur de l'univers des Ennemis), de manière à ce que le lecteur ne soit pas perdu.
Dans cette troisième partie, comme dans toutes les sections du livre, nous y suivons un couple, assez insupportable grâce à la niaiserie ambiante. Cependant Mell 2.2 choisit de poser comme narratrice une des méchantes du début du livre. La démarche est intéressante, et permet de voir de manière différente un personnage présenté comme mauvais (ou plutôt fou), mais le côté caricatural de ses remords, et la relation amoureuse entretenue avec son sauveur ne peut qu'agacer au plus haut point.
Ce tome premier des Tegs fut ainsi une lecture vraiment difficile et, malgré certaines bonnes intentions qu'il est nécessaire de souligner, se révèle être un mauvais livre. Cependant, en soignant un peu son univers et en réfléchissant pour donner une certaine maturité à ses personnages (et aux relations qui les animent), de même qu'en pensant ses dialogues de manière différente, Mell 2.2 pourrait créer de la science-fiction certes prévisible et classique, mais plaisante.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mer 4 Fév - 8:51

Les Tegs Tome 1 : Etre humain, de Mell 2.2

Critique de Malka

Le premier tome des Tegs, intitulé « Être humain », se compose de trois histoires différentes, mais connectées par l'univers, les personnages et une problématique commune « être humain ».
Le titre prend donc tout son sens et le fil conducteur, parfois un peu confus, car la ligne chronologique de l'intrigue n'est pas respectée, se construit autour de l'idée d'humanité : la déshumanisation des êtres humains, leurs transformations physiques ou mentales, la perte de cette chère humanité à laquelle certains personnages aimeraient tant accéder.
En effet, certains humains deviennent insensibles et cruels, d'autres gagnent cette humanité par leur comportement, leur courage, leurs émotions, et cela malgré leur corps cybernétique.
Les tegs, étranges créatures au corps mi humanoïde-mi insectoïde, quant à eux, constituent un cas à part, et ce premier tome nous dévoile leur étrange secret.

L'auteur nous propose pour chacune de ses parties, une narration à la première personne.
Dans la première, nous suivons le personnage de MaL, dans la seconde, nous partageons la vision d'un des tegs, Djoën, et dans la dernière nous retrouvons un personnage évoqué dans la première partie, mais à une époque différente. (je ne cite pas le personnage en question pour ne pas spoiler la lecture de cette troisième partie)
J'ai apprécié le point de vue du personnage de Djoën. Il m'a semblé intéressant de découvrir la vision d'un des ennemis proclamés des humains, son mode de vie, ses valeurs, ses sentiments. Dommage cependant que ses propos soient un peu niais, quand il s'adresse à « son humaine ». Cela faire perdre du crédit au personnage, qui s'est avéré intéressant et qui aurait pu être plus charismatique encore.
J'ai moins accroché à la partie MaL, personnage auquel j'ai eu du mal à m'attacher. Dans cette première partie, la narration m'a semblé moins bien maîtrisée. J'ai décelée quelques petites incohérences, mais qui toutefois ne gênent pas la lecture. Par contre, quand le personnage exprime longuement ses sensations, ses impressions, cela alourdit le rythme et peut devenir pénible. Le fait de se centrer sur MaL et sur ces petits problèmes la rend un peu agaçante (voire, la présente comme quelqu'un d'égoïste et immature). Il est vrai que dans cette partie, j'aurais préféré avoir accès à plusieurs points de vue, pour mieux m'imprégner de l'univers et mieux entrer dans l'intrigue.
Le choix du personnage pour la narration de la troisième partie est fortement surprenante et aurait pu s'avérer pertinente, mais ce personnage reste de moindre importance, car peu signifiant pour l'intrigue.

Ces parties s'organisent donc, autour de trois histoires qui sont corrélées et qui ne peuvent se lire de manière indépendante. Pourtant, elles s'articulent toutes trois autour d'un couple et on se demande vite si le roman, présenté sous le genre SF, n'est pas plutôt de la romance.
On ressent cette hésitation entre SF et romance au cœur même du roman, dans la narration adoptée, dans le déroulement de l'intrigue. Si l'auteur investit un univers SF qui a beaucoup de potentiel, il manque de développement et de richesse, au détriment de la romance qui s'impose. En effet, l'auteur nous livre des pistes d'une intrigue SF intéressante, mais ne l'exploite pas de manière optimum et développe plus l'aspect romance. Les événements qui interviennent semblent d'ailleurs servir celle ci, et non pas l'intrigue SF. Il en résulte une maladresse dans l'exploitation et l'organisation des informations restituées dans le récit. Dans les deux premières parties, plutôt que de répartir celles ci au cours du récit, un personnage arrive à la fin fin, un peu comme un « héros », pour apporter des solutions, des révélations et accessoirement des réponses aux questions que se pose le lecteur, surtout s'il s'est plus impliqué dans l'intrigue SF que dans la romance du couple.

A la lecture de tegs, les faiblesses de l'univers Sf présenté se traduisent de plusieurs manières :
- une difficulté à visualiser les lieux. J'ai eu beaucoup de mal à me représenter les bases évoquées, à conceptualiser l'espace. Dans la première partie, la base vulcain m’apparaît de manière confuse et dans la troisième, elle devient quasiment inexistante, un simple décor qui accueille les personnages.
- La ville, des tegs est par contre plus développée, mais manque un peu d' originalité. Elle semble calquée sur l'image actuelle d'une ville rongée par la délinquance, et corruption.
Par contre, la problématique posée sur le thème de l'humain apportent des nuances sympathiques pour certains personnages, qui auraient pu être plus développés. Les surprenantes révélations concernant les tegs ouvrent également des portes, dont les conséquences peuvent s'avérer intéressantes pour le deuxième tome. On se demande comment va évoluer la relation tegs/humains.On espère également y retrouver Djoën qui a été abandonné assez brusquement dans ce premier tome et dont on aimerait connaître la suite des aventures.

Les romances, quant à elles, se sont révélées assez basiques et sans surprises, plus portées par la relation des personnages. Les obstacles principalement externes sont vite surmontés. Pas de suspense... Le tout donne une romance simple voire un peu naïve, aux dialogues manquant souvent de maturité.

Le style de l'auteur est plaisant, mais sa tendance à vouloir forcer un peu sa plume (sa volonté de bien faire, je pense) l'alourdit un peu. Plus de naturel permettrait de l'alléger.

En conclusion, il fut difficile pour moi de plonger dans l'univers des Tegs. Interpellée par la couverture et le résumé, je pensais lire de la SF et me suis retrouvée plongée en pleine romance. Lectrice de romances à mes heures, je n'ai toutefois pas été touchée par celles évoquées ici. Je ressors donc déçue de ma lecture et ne compte pas poursuivre l'aventure.
Je remercie le forum « Au cœur de l'Imaginarium » et les éditions « Lune Écarlate » pour ce partenariat .

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Sam 14 Mar - 10:51



A.M.E., de Tiffany Schneuwly et Suzanne Vanweddingen





Un malentendu aux conséquences tragiques…

Lorsqu’Alasdyr Grave, conservateur de la bibliothèque des transports de Londres décide d’acquérir un original de Charles Dickens, il est loin de se douter qu’il va devoir composer avec, entre autres, un ange noir au tempérament bien trempé.

De Londres à Berlin, Alasdyr doit compter sur l’aide surnaturelle de ses compagnons pour découvrir qui souhaite sa mort…


  • Genre : fantastique

  • Nombre de pages : 230

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Sam 14 Mar - 10:53

A.M.E., de Tiffany Schneuwly et Suzanne Vanweddingen

Critique de Vidia

Je remercie tout d'abord les Editions Lune Ecarlate pour ce partenariat proposé via le forum Au coeur de l'Imaginarium.

La trame principale de ce roman s'apparente à une aventure d'Indiana Jones dont le rôle principal est tenu par Alasdyr Grave, conservateur de la prestigieuse bibliothèque des transports de Londres. Ce dernier n'est pas un conservateur comme les autres. C'est un bibliophile, un amoureux de livres rares ou historiquement anciens. Lors d'une tentative d'acquisition d'un original de Charles Dickens, sa route croisera le chemin d'un manuscrit bien plus précieux encore car plus ancien et prétendument ensorcelé qui plus est ! Naturellement, les événements s'enveniment rapidement car Alasdyr n'est pas le seul à convoiter cet artefact.

Voici le résumé d'un récit d'aventure classique. Mais s'est sans compter sur la touche de fantastique que les auteurs Tiffany Schneuwly et Suzanne Vanweddingen ont choisi d'ajouter en la personne d'un Ange Noir du nom d'Erwann qui influence le comportement des gens en murmurant à leur oreille ou encore Anthéa la protectrice d'Alasdyr, passeuse d'âme de son état.

Je dirais de ce roman qu'il est agréable à lire mais malheureusement pas tout à fait abouti.

En effet, toute l'histoire repose sur un livre prétendument maléfique au sujet duquel les auteurs livreront au final bien peu de détails. Quelle est son origine ? Pourquoi inspire-t-il tant de craintes? Nous n'aurons hélas droit qu'à une petite démonstration de ses prétendus pouvoirs dont Alasdyr sera victime.

Les personnages d'Anthéa et Erwann m'ont également un peu déçue. Tiffany Schneuwly et Suzanne Vanweddingen présentent Anthéa comme étant une passeuse d'âme. Pour moi, une passeuse d'âme est un personnage sombre, sûr de lui, au caractère bien trempé. Bref, tout le contraire de la douce femme prisonnière des sentiments amoureux qu'elle éprouve à l'égard de son protégé.

Il en va de même pour Erwann présenté comme un ange noir, soit un ange déchu donc supposé être mauvais. Ce dernier incarne parfaitement son rôle jusqu'à sa rencontre avec Anthéa et Alasdyr après laquelle il endossera le rôle d'ado rongé par le doute, la culpabilité et les remords. Les auteurs laissent également entendre qu'Erwann a une dette à payer avant de pouvoir regagner son univers mais encore une fois, cette piste se termine en cul-de-sac.

Ces éléments, bien que peu développés, jouent paradoxalement en faveur de ce roman. En effet, l'envie d'en connaître davantage sur ce fameux manuscrit et les protagonistes est telle que les pages défilent à un rythme effréné.

De plus, écrire un roman à quatre mains n'est certainement pas chose aisée mais le pari est remporté haut la main! Le style est très agréable et fluide. Des rebondissements inattendus rythment la lecture et entretiennent le suspens car n'est pas toujours le méchant celui que l'on croit ce qui a notamment entretenu le mystère sur l'identité de la personne menaçant la vie d'Alasdys jusqu'à la fin du livre.

Je dirais donc de ce roman que le côté aventure a été respecté mais au détriment du côté fantastique qui aurait pu être plus travaillé à mon sens. Et quant aux questions laissées sans réponses, seraient-elles l'amorce pour un éventuel deuxième tome?

Si tel est le cas, je me laisserai certainement tenter par l'aventure ne fût-ce que pour satisfaire ma frustration et curiosité.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Lun 16 Mar - 10:02

A.M.E., de Tiffany Schneuwly et Suzanne Vanweddingen

Critique d'Aelynah

Alasdyr Grave est conservateur à la Bibliothèque des Transports. Outre le fait que son expérience de bibliophile averti lui vaut un commanditaire reconnu, surnommé le Comte, il est aussi bibliomane. Ce qui l'amène à suivre la trace d'ouvrages disparus pour le compte de son commanditaire ou pour le sien propre.
Ce sont ses fonctions particulières qui vont l'emmener à suive la piste d'un Dickens particulièrement rare en Allemagne. Et c'est aussi suite à un quiproquo qu'il repartira non pas avec ce livre-ci mais avec un autre tout aussi rare et prisé qui, s'il ne fait pas attention, risque de lui valoir un certain nombre de déboires.
Déboires qui ont déjà commencé quelques mois plus tôt lorsqu'en surprenant un intrus dans la Bibliothèque il s'est fait sauvagement agressé.
Depuis il semble en garder quelques séquelles particulières.
Et le lecteur va se demander si la vision d'une passeuse d'âme et d'un ange noir peuvent faire partie de ces séquelles. Pour la première, on s'en doute, mais le second serait plutôt arrivé comme un cheveu sur la soupe. Comme il le dit lui-même : " je m'accroche à mes proies comme un chewing-gum à une basket. Plus on le frotte, plus il s'étale".
Et suite aux événements de Berlin, notre Ange, Erwan de son petit nom, semble vouloir considérer Alasdyr comme le suivant sur sa liste.
C'est donc dans cette atmosphère d'au-delà et de surnaturel que nous entrons avec notre conservateur.
La chasse aux livres rares semble alors une chose plus risquée que cela ne semblait l'être. Et les informations qui nous sont dévoilées par bribes, amènent dans le scénario un certain nombre de questions auxquelles nous sommes avides de trouver des réponses.
Alasdyr Grave est un personnage fascinant. De physique plutôt quelconque et discret, l'un des personnages le compare à "un poète maudit reconverti dans les affaires". Pourtant plus on avance dans l'histoire, plus il semble cacher en lui des ressources insoupçonnées et moins sages que ne le laisse croire son physique fragile.
Il a aussi tout du britannique, flegmatique et froid en apparence, il en faut beaucoup pour qu'il laisse transparaître des sentiments. Lorsque cela se produit alors la personne concernée ne peut qu'apprécier l'effort à sa juste valeur.
Nous rencontrons aussi dans le sillage de notre conservateur une jeune femme énigmatique, Anthea et un ange noir, Erwan.
Tous deux entités particulières de deux mondes différents semblent vouloir s'allier pour protéger celui qui est devenu notre "protégé" ou "proie" selon l'angle proposé.
La poursuite d'un but commun, à savoir s'occuper de ce livre découvert, va les voir s'allier un moment, puis sur une divergence d'opinion, se fâcher un peu.
Anthea, passeuse d'âme de son état est une jeune femme ou en a-t-elle l'air, sérieuse, amoureuse aussi et très protectrice vis à vis de Grave. Elle ne supporte pas la trahison et semble reine en son royaume, un piano-bar dans l'entre-deux. Cela lui donne une certaine assurance et un allure altière qu'apprécie notre bibliophile.
Erwan quant à lui est l'ange noir. L'autre moitié d'un duo bicolore qu'il a fui pour profiter un peu de ce monde et de ses habitants. On ne le cerne pas très bien de prime abord. Il fait penser à un gamin capricieux, à jouer ainsi avec les gens. Ce n'est qu'à partir d'un certain événement qu'il va sembler changer.

L'histoire est intéressante et la plume des auteurs assez linéaire. Ce que je veux dire par là c'est que ce roman à quatre mains suit une ligne de conduite et s'y tient sans que le lecteur puisse deviner un changement de plume quelconque.
Il m'a pourtant manqué un petit quelque chose pour me sentir happée par le récit. Malgré l'action, la chasse au grimoire et les tentatives de meurtres j'ai eu le sentiment que les auteurs auraient pu utiliser de façon différentes leurs personnages pour donner à l'intrigue plus de poids et d'accroche. Cette linéarité qui permet un mélange de genre sans anicroche rend hélas aussi le récit plus fade que ce que a quoi nous nous serions attendu.
J'ai la sensation de n'avoir suivi qu'un pilote de série qui essaie de tout dire en une fois pour accrocher le lecteur mais qui, dans cette mission, en oublie qu'il doit ensuite perdurer dans le temps.
Même la fin me parait par trop abrupte et incomplète.
La réaction d'Erwan à la décision de son protégé, son manque de méfiance face à Grave dont il se méfiait cependant depuis le début me donne le sentiment d'une fin trop rapide et comme oublieuse de détails importants.
Cela reste cependant une lecture agréable et passé ces petits points négatifs, une histoire à découvrir pour son côté fantastique et ses personnages atypiques.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Jeu 2 Avr - 8:52



Lady Falkenna Tome 1, d'Alizée Villemin







Tome regroupant les épisodes 1 à 4.

Lady Falkenna – Eve pour les intimes – est une jeune femme au tempérament bien trempé. Chasseuse de l’occulte, elle quitte parfois son domaine niché au sein de l’Angleterre victorienne pour plonger dans un monde où l’emprise de la magie se révèle chaque jour plus importante, où les dragons griffent les ardoises parisiennes et les faëries dansent sur la Tamise…



» Archéologue de formation, Alizée est une irrécupérable rêveuse, mais pas tellement branchée princesses, paillettes et guimauve ; cherchez plutôt du côté obscur (et sans cookies !). Sa fâcheuse tendance à rajouter des dragons ainsi que des ruines souterraines dans chacun de ses récits inquiète le F.B.I., fort heureusement personne ne sait encore ce qui se passe lorsqu’elle hurle à la lune. «



  • Genre : steampunk

  • Nombre de pages : 190

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Jeu 2 Avr - 8:58

Lady Falkenna Tome 1, d'Alizée Villemin

Critique d'Aelynah

Je tiens tout d'abord à préciser pour ceux qui découvriraient cette auteure et son roman qu'il s'agit ici du tome 1. C'est à dire du regroupement en un seul volume des 4 épisodes numériques sortis indépendamment les uns des autres.
Ma chronique va donc traiter de l'ensemble du tome et donc éventuellement spoiler quelques informations sur la suite pour ceux qui n'auraient lu que le premier épisode.
Vous voici prévenus!

A peine le lecteur a-t-il lu le prologue qu'il est happé dans un mélange de mécanique et de magie.
Mécanismes complexes, créatures surprenantes, ambiance victorienne, vous l'avez compris le genre Steampunk est en action.

Lady Falkenna, jeune femme audacieuse et téméraire, détestant les conventions bien trop rigoristes de ces pairs est cependant obligée de s'y complaire. Ses passions ne sont ni les fredaines, ni les fanfreluches ou un beau mariage mais bel et bien l'ingénierie et la chasse aux artéfacts.
Sorte d'Indiana Jones en jupons, de Sidney Fox victorienne, ses lubies la rendent farfelue au mieux pour ses pairs, indécente ou bas-bleu pour les autres.
Depuis qu'un premier artéfact en forme d’œuf a été ouvert 2 ans plus tôt par un groupe de scientifiques qui a disparu dans la manœuvre, sa vie a pris une nouvelle tournure.
Car avec cet œuf du Diable, comme il a été surnommé, est apparu ou revenu la Magie Ancestrale et avec elle Dragons, hippogriffes et phénix.
Depuis, la magie qui n'était alors que charlatanisme a reprit ses lettres de noblesses et avec elle la prolifération des mages, sorciers et autres sortilèges.
Avec l'ouverture d'un deuxième œuf sont alors apparus les faeries, dyades et pixies.
Sont alors sortis des placards, ou ont fait leur coming-out les vampires, loup-garous, goules et autres joyeusetés surnaturelles profitant de l'aubaine et de ce renouveau .

Un vrai petit bonheur donc de retrouver cette ambiance mi fantastique, mi aventure en compagnie d'une jeune lady pleine de verve et de maintien. Peut être a-t-elle étudié plus jeune au pensionnat de Melle Géraldine (autre série Steampunk pour les fans)?

Et quand se rajoute là-dessus plus particulièrement une mission presque impossible, un démon plutôt secret et collant, des vampires très très vieux et des garous très vindicatifs le lecteur a un bon aperçu de la suite des événements.
Car Eve n'est pas qu'une Lady. C'est aussi une voleuse de haut vol dont la réputation n'est plus à faire. Ce qui rend ses missions plus périlleuses puisqu'elle est régulièrement suivie ou menacée par les autres races de créatures. Cette fois, l'artefact qu'elle doit dérober pour son commanditaire semble intéresser beaucoup de monde. Volé 61 ans plus tôt il était resté dans l'ombre jusqu'à ce que l'on le retrouve et lui demande de le voler.
De prime abord c'est une mission un poil plus compliquée que d'habitude mais pas impossible. Une fois lancée elle va se rendre compte que les choses ne sont pas si simples.
Elle, si pragmatique et imperturbable va voir ses défenses mises à rude épreuve dans cette aventure. Ses convictions profondes vont être secouées, ses sentiments bafoués. Que lui cache-t-on? Pourquoi son "scope", son meilleur allié semble la laisser tomber et surtout pourquoi la désigne-t-il affolé depuis cette visite à une informatrice particulièrement flippante?
Outre le suspens qui monte petit à petit, les secrets qui nous tiennent en haleine, j'avoue qu'imaginer une lady en crinoline jouer les monte-en-l'air m'a particulièrement plu. Ce qui semble parfaitement improbable à l'habituée des pantalons que je suis semble si naturel et aisé pour cette lady jusqu'au bout des ongles, ou presque.
Mon imagination a donc palpité de bout en bout. Souventes fois des sourires ont fleuri à mes lèvres à la seule image d'une scène, d'un personnage ou d'une situation.
Et puis ces mystères qui s'épaississent au fur et à mesure des épisodes qui passent, cela ne donne que plus envie à chaque page qui passe d'en savoir plus.
Le regroupement en un tome des quatre premiers épisodes va donc amener plusieurs missions mais surtout une continuité pour le lecteur dans une intrigue qui va crescendo. Beaucoup de questions et tout d'abord peu de réponses et beaucoup de conjectures.
L'héroïne se découvre à nous au fil des missions et des épisodes. Ce que l'on apprend sur elle va surprendre tant sur sa nature que ses autres activités. Son monde nous est montré sous divers optiques et la plume de l'auteure nous emmène avec elle au gré des informations et des aventures.
Je suis devenue au gré de mes lectures une fan de ce genre non pas nouveau mais redécouvert qu'est le Steampunk. Dans ce livre j'y ai trouvé de quoi continuer ma découverte de nouveaux auteurs et même si certaines informations sont redondantes à ces romans du genre, Alizee Villemin a su y ajouter de quoi complexifier les éléments communs : les corignis et leurs nature complexe particulière, ces fameux œufs style Fabergé et les conséquences manifestes sur l'évolution de leur monde tel qu'il est actuellement et surtout sur les races qui le peuplent.
De plus cette fin qui nous donne quelques réponses et encore plus de questions est absolument sadique mais en même temps superbement amenée. Je m'attendais a certaines choses mais pas à ces révélations là. Cela ne peut que me laisser avide de lire la suite.
Je n'ai donc qu'une hâte la sortie du tome 2 ce mois-ci et celle que j'espère prochaine d'une intégrale papier aux Editions de la Lune Écarlate.
Un seul regret pourtant plus sur la forme que sur le fond, que ce tome n'ait pas eu une couverture plus en lien avec le genre . La photographie est très belle mais les couvertures Steampunk des différents épisodes étaient à mon goût d'un meilleur atout attractif. Alors une intégrale magnifiée par une couverture Steampunk, voila mon prochain souhait aux Editions L'une Écarlate.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Lun 27 Avr - 8:46



Sutures, de Frédéric Livyns









Recueil de nouvelles horrifiques préfacé par Marc Bailly.
Qu’est-ce qu’une vie?

Des fragments de temps que l’on essaie d’agencer à notre convenance ?

On a beau essayer d’agir au mieux, on ne dispose jamais de toutes les cartes.

Tout ce qu’on a créé peut être balayé d’un revers de main du Destin.

Quoi que l’on fasse, la souffrance et la mort ne sont jamais bien loin.

Elles guettent le moindre de nos faux-pas afin d’imprimer dans notre chair et notre esprit des cicatrice indélébiles.

Des sutures que nous nous efforçons de cacher…




  • Genre : recueil horrifique

  • Nombre de pages : 234

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Lun 27 Avr - 8:48

Sutures, de Frédéric Livyns

Critique de Malka

« Sutures » est un recueil de nouvelles fantastiques écrit par Frédéric Livyns, qui nous conte avec talent, comme nous l’indique Marc Bailly en préface, chacune de ces histoires. En effet, ces nouvelles sont bien écrites, avec des personnages bien caractérisés, des descriptions et atmosphères toujours bien transcrites. L’auteur sait nous entraîner dans leur intrigue, nous laisse faire connaissance avec le personnage, son caractère, ses habitudes, son quotidien avant que le surnaturel n’entre en scène, de façon plus ou moins progressive et spectaculaire selon les nouvelles. Ces personnages sont nombreux et différents: cela va du flic détestable à l’adolescente, en passant par le concierge, le détective, la jeune fille accompagnée de ses amis, le père de famille, le petit garçon. Ce sont des personnes pleines de vie, mais parfois amères, violentes ou innocentes que la faucheuse vient chercher de manière plus ou moins cruelle, plus ou moins sanglante.
Dans ces nouvelles, l’auteur amène souvent une chute finale pour surprendre ses personnages et le lecteur. Et, ce sont toujours les ténèbres qui viennent les clore. On ne peut dire qu’elles finissent bien ou mal, mais comme elle le doivent : elles suivent avec fatalité leur logique implacable. En effet, Sutures, loin d’être un recueil joyeux, comme le laisse entrevoir la couverture, se lit plutôt à la lueur d’une lumière tamisée, dans la solitude et le calme absolu, pour savourer l’intrusion du surnaturel et des ténèbres qui se déversent par flots continus.

L’auteur varie chaque fois la narration de ses nouvelles. Que ce soit première ou troisième personne, il prend soin de rester suffisamment proche pour permettre l’immersion du lecteur, pour qu’il puisse partager la surprise ou confronter l’horreur. Quel que soit le personnage choisi, il sait s’adapter et optimiser le point de vue mais aussi le style, pour parfaire leur caractérisation. Il réussit à capter le lecteur, même pour une courte durée, car cette immersion reste toujours précédée d’une découverte détaillée de leur quotidien, mais aussi par une description soignée de leurs sentiments et émotions.

Les situations proposées par Frédéric Livyns augmentent le sentiment de malaise du lecteur, car elles sont tout à fait plausibles. Elles s’insèrent dans un quotidien qui pourrait être le notre ou celui que l’on lit dans les fait divers. Certaines situations s’inscrivent dans la noirceur, comme par exemple ce petit garçon, dont le père est violent. D’autres évoquent un quotidien plus banal, dont la fin est abrupte, comme cette adolescente ou ces hommes qui comprennent qu’il est trop tard et que la mort les a cueillis sans qu’ils ne s’en aperçoivent. Dans d’autres, de malheureuses rencontres, de sorcières ou démons, ou autres créatures terrifiantes font virer l’histoire au cauchemar.
Le recueil semble suivre ces trois directions comme fils directeurs et les nouvelles se fondent sur ces différents axes. De plus si certaines sont basées sur un surnaturel plutôt classique, d’autres sont plus sanglantes, voire plus abouties. Pourtant, le sentiment d’angoisse reste toujours présent pour chacune d’entre elles.
Même si ces différents thèmes forment la cohérence du recueil, celui ci se caractérise tout de même par la diversité de ses personnages et des contextes abordés.

En conclusion, j’ai dévoré en une seule fois ce recueil riche par sa diversité, et sa qualité d’écriture, sans éprouver la moindre lassitude. A noter que le recueil a remporté le prix Masterton 2015 (catégorie nouvelles). Je remercie le forum « Au cœur le l’imaginarium » et « Les éditions Lune écarlate » pour cette belle et effrayante découverte.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Dim 3 Mai - 7:53



Histoires de … Folie, de Collectif





Vous prendrez bien de nos nouvelles !

“Histoires de…” des anthologies variées, de la nouvelle au roman court, des auteurs venus de toute la francophonie, des thèmes venus des quatre coins de l’Imaginaire. Lune Écarlate Éditions présentent le plaisir de lecture à l’état pur !

Histoires de… Folie. L’instant où tout bascule. La spirale vous emporte. La réalité se déchire. La peur s’impose. Sous la plume de Sophie Dabat, Johanna Almos, Kwamé Maherpa, Patrick S. Vast, Jacques Mercier, Arnauld Pontier, Bruno Pochesci et JB Leblanc.
Coup de folie, graine de folie, déséquilibre passager, état permanent, dansez sur le fil des cauchemars ou de la réalité, frissonnez devant l’incontrôlable, l’inacceptable, l’incompréhensible. Oserez-vous succomber ?


  • Genre : anthologie fantastique (public averti)

  • Nombre de pages : 254

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Dim 3 Mai - 7:58

Histoires de … Folie, de Collectif

Critique de Malka

Le recueil « Histoires de folie »  est publié dans le cadre de la collection « Histoire de… » des éditions Lune écarlate, dirigée par Marc Bailly.
Chaque nouvelle est précédée par la présentation de l’auteur, de la plus classique à la plus fantaisiste, pour illustrer le brin de folie qu’aime inclure chacun d’entre eux dans leur vie et surtout dans leur nouvelle ou dans leurs écrits. Chacun a proposé une nouvelle, selon sa sensibilité et son style littéraire. Le résultat offre une variété appréciable.
Le recueil propose donc un éventail de manifestations de la Folie à travers divers degrés et sous différentes formes.

Que la folie gagne les personnages face à des situations qu’ils ne contrôlent plus (c’est le cas pour Peur filiale, Manta 131, ou Laure), ou qu’ils choisissent la Folie, comme ultime recours et pour seul refuge possible, comme par exemple dans le choix de l’Hippocampe, où un jeune garçon trouve du réconfort auprès d’un ami imaginaire après le meurtre de toute sa famille, elle est souvent associée à la violence : en conséquence et en réaction à celle-ci.
Cette folie peut être subie par le personnage qui se voit sombrer et parfois, comme dans Peur filiale ou Manta 131, ne sait plus distinguer la frontière entre réel et fiction. Le surnaturel y trouve alors une place logique, avec des fantômes plus ou moins bienveillants. Difficile de faire le tri entre le vrai du faux, entre réel et folie. C’est également le cas dans La marelle de Hopscotch, ou l’auteur amène le lecteur à douter de la lecture même qu’il a fait de la nouvelle et à ébranler ses repères.

Dans d’autres nouvelles les personnages sont confrontés à la folie d’autrui, victimes que la destinée a placé sous la coupe de fous violents et pervers, comme dans L’empailleur ou Passage à l’acte.
Dans le recueil, la Folie s’accompagne de peur : celle des personnages, mais aussi celle du lecteur qui frissonne plus d’une fois, car certaines nouvelles font froid dans le dos. Certaines d’entre elles prennent même un côté malsain, voire pervers quand le piège de ces fous dangereux se referment sur leur victime de manière inévitable et sombre.

Quelle que soit la narration choisie, on sent que les auteurs maîtrisent leur récit. Deux de ces nouvelles prennent une forme particulière entremêlant des passages de différents récits, recréant le puzzle des histoires, inspirant la folie sur le fond comme dans la forme. Dans Comme un passage à niveau, les points de vue se succèdent et il faut un moment au lecteur pour comprendre où l’auteur veut en venir. Dans Laure, le même système est introduit, mais il s’agit d’un même personnage prenant différentes formes, humaine, animale…et qui peine à rejoindre sa forme originelle.
Les auteurs ont particulièrement soigné la psychologie des personnages, l’ont travaillé en profondeur, pour permettre d’entrouvrir la porte de leur folie. Elle va de pair également avec la perte de contrôle du corps et de ses réactions physiques : tics nerveux et réactions intenses.

Si l’aspect surnaturel s’invite également dans le recueil, il œuvre par petites touches pertinentes et efficaces : amis imaginaires, fantômes et vies parallèles permettent de découvrir des frontières incertaines entre réalité et imaginaire.

Le contexte semble également toujours soigné, et bénéficie d’une bonne mise en place, d’un soucis du détail, que les récits soient longs ou courts
Dans ces univers banals, bien en place, qui pourraient être les nôtre, arrive le désordre annonciateur de Folie.
Les fins de chacun des récits proposent une chute plus ou moins attendue, mais toujours logique. Certaines laissent le lecteur dans l’effroi ou le désarroi. La folie interpelle, fait réfléchir aux situations et le lecteur se demande comment il aurait réagi face à certaines d’entre elles.

En conclusion : le style des auteurs, toujours fluide, varie, tout comme la narration et le sujet traité dans les nouvelles proposées. Mais à travers le thème de folie, même si elle diffère selon les histoires et les personnages, les auteurs gardent le soucis de poser en détail l’univers où s’invite désordre et folie, une psychologie travaillée du personnage, une chute qui surprend le lecteur et l’invite à l’introspection. On trouve donc, à la fois une belle diversité et une bonne cohérence dans ce recueil, qui se lit avec plaisir.
Merci au forum « Au cœur de l’imaginarium » et aux éditions « Lune écarlates » pour ce bon moment de lecture.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Dim 17 Mai - 9:01



La boucle d’octobre, de Jean-Michel CALVEZ





Un phénomène d’origine présumée accidentelle, appelé la Vague, a provoqué des écarts temporels permanents, désorganisant la société et bouleversant les conditions de vie dans une vaste zone géographique d’une région d’Europe de l’Est. Arto Neumann, technicien dans une société d’électronique, a été sollicité avec une poignée d’autres « experts » pour s’en débarrasser et, avant cela, s’approcher de la source du mal. Mais, il n’est ni simple ni sans danger de se glisser dans les méandres détraqués du temps, jusqu’au cœur du mystère ; il semble même que tout a été mis en œuvre pour que persiste cette Vague – comme si celle-ci servait quelque dessein secret ? Comme l’a souvent montré la science-fiction, s’attaquer aux désordres temporels n’est jamais exempt de risques. Et, s’il devait survenir, le pire de tous les scénarios envisageables serait ici une forme ultime de paradoxe qui pourrait être baptisée la « Boucle d’octobre ».

La Boucle d’octobre est la réédition révisée d’un roman paru en 2006 (éd. Rivière Blanche). Variation insolite sur le paradoxe temporel, et « voyage dans le temps » sous la forme d’un thriller technologique haletant, c’est une véritable course contre la montre ou plutôt, « contre le temps ».


  • Genre : thriller sf

  • Nombre de pages : 209

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Dim 17 Mai - 9:04

La boucle d’octobre, de Jean-Michel CALVEZ

Critique de ninik

Etant un très grand amateur du catalogue de l'éditeur Rivière Blanche, c'est avec plaisir que je me suis précipité sur La Boucle d'octobre, de Jean-Michel Calvez, ressorti dans une édition révisée chez Lune Ecarlate. N'ayant pas lu la version de base, je ne pourrai cependant pas comparer les deux.
Autant être clair immédiatement, l'idée de départ est absolument prodigieuse, et traite avec une originalité époustouflante du voyage dans le temps. Dans un petit pays, un problème scientifique a causé ce qu'on appelle La Vague, désordre temporel qui a déphasé les gens entre-eux, de quelques secondes à quelques minutes selon leur positionnement physique. Cela a créé l'anarchie, puisque la perception de l'un, dans le temps et dans l'espace, n'est pas la même qu'un autre. Selon son indice temporel, il est possible d'entendre, voir, sentir, toucher, en retard ou en avance par rapport aux sens de son voisin. Un groupe de scientifiques est finalement nommé pour se rendre sur le point de départ de la Vague, afin d'essayer d'arrêter ce terrible événement, rendant la vie impossible aux habitants du pays, causant anarchie, pillage, et blocage de la plupart des polices ou des institutions gouvernementales.
Oui, Jean-Michel Calvez a ici une idée passionnante, qu'il décide de traiter sous l'angle intéressant de la science. L'homme est ingénieur, et s'est visiblement beaucoup penché sur le voyage dans le temps, les théories temporelles, et a fait énormément de recherches (d'ailleurs l'ouvrage possède, à sa fin, des appendices pour continuer à développer les thèmes) pour que La Boucle d'octobre soit crédible et expliquée de manière scientifique.
Cependant, cela se révèle être autant une des grandes forces de l'ouvrage, qu'une faiblesse. Il ne se passe finalement pas énormément de choses dans l'histoire, et les protagonistes passent ainsi énormément de temps à échanger des théories très complexes, ou à réfléchir et analyser les événements, et le lecteur se retrouve avec des pages et des pages de science temporelle. Et si, au début, il est impressionné par les recherches, le traitement et les réflexions, cela finit par faire beaucoup. D'une part, il est assez difficile de suivre tout ce qui est émis dans le roman, et d'autre part, le lecteur finit par saturer, et l'ouvrage, pourtant assez court, devient dur à lire.
La Boucle d'octobre est ainsi réservé à des lecteurs préférant la théorie et la réflexion, et n'étant pas dérangé par un étalage scientifique des plus abrupt. Pourtant, l'auteur donne envie d'être soutenu, car il ose aller au bout de son concept, et cet étalage de connaissance sert la conception de son œuvre, qui se conclut cependant un peu brutalement. En effet, en fin d'ouvrage (alors que le titre du livre prend tout son sens), le héros se retrouve confronté au « grand méchant » qui, tel un personnage de James Bond, révèle les tenants et aboutissants au personnage principal lors d'un long dialogue typique.
Cependant l'auteur fait une pirouette, alors que le méchant ne semble plus si méchant que cela, que les théories temporelles continuent à surprendre par leur originalité, et surtout par une fin ouverte, entre peur et désespoir, le lecteur doutant autant qu'Arto, héros de ce roman, sur les motivations de son « adversaire » et sur son devenir.
La Boucle d'octobre est un ouvrage que je n'ai hélas pas aimé, et je le regrette, tant il est empli de qualité. Original, abrupt mais cohérent, il demande un lectorat bien particulier, mais mérite en fait grandement le détour.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   Mar 26 Mai - 7:49



Le bal des Iguanes, de Brice Tarvel





Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cet été pourri une période difficile à passer. La pluie, bien sûr, les orages et une température pas toujours clémente, mais aussi le lieu et les gens qui s’y trouvent. Imaginez : un château évoquant un organe géant fossilisé transformé en maison de retraite de luxe, des résidents au lourd passé mystérieux qui agitent leurs cannes comme ils le feraient d’une arme, et puis cette jeune femme, Lise, une aide-soignante, qui paraît avoir une conception bien particulière des soins palliatifs en fin de vie. Au bout de tout cela, la Provence, le soleil enfin, mais, en compagnie d’un cadavre couvert de mouches et d’un vieillard qui possède un estomac hors du commun, comment voulez-vous passer de bonnes vacances ?


  • Genre : thriller fantastique

  • Nombre de pages : 238

  • Format : numérique





_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Editeur] Lune Ecarlate Editions   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Editeur] Lune Ecarlate Editions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Imaginarium :: Partenariats :: Partenaires-
Sauter vers: