Bienvenue au Cœur de l'Imaginarium !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Christiane Leveuf - Leur sang m'a tuée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Petiteherissonne

avatar

Féminin Messages : 115
Date d'inscription : 09/11/2014
Age : 26

MessageSujet: Christiane Leveuf - Leur sang m'a tuée    Sam 15 Nov - 23:09

"Le sang, ce liquide nourricier qui jusqu'ici l'avait fait vivre commençait peut à peu à la détruire."


Résumé :

"Sang contaminé : le terrifiant combat d'une victime."

Au cours d'une transfusion, Christiane est contaminée par le virus de l'hépatite C. Elle ne se doute de rien. Un jour, elle décide de faire un don de moelle à une petite fille atteinte de leucémie et apprend que son sang est empoisonné.

Courageusement, dignement, Christiane entame un traitement très lourd pour limiter les douleurs et tenter de ralentir la maladie. Elle demande aussi réparation du préjudice subi et gagne son procès contre l'Etablissement Français du Sang. Enfin une reconnaissance, enfin un soulagement. Il ne sera que de courte durée, car le combat en justice rebondit et dure encore des années pendant lesquelles sa santé se détériore.

Aujourd'hui, alors que ses jours sont comptés, Christiane raconte cette vie brisée par la maladie, la faillite morale et la malveillance d'un système. Son histoire, poignante, est celle d'une terrible injustice ...

Mon avis :

Christiane Leveuf nous livre ici un récit reprenant les éléments importants de sa vie, de son enfance à sa vie actuelle. Plutôt mitigée sur l'intérêt du récit de son enfance dans ce témoignage, j'ai rapidement appréciée ce ton léger qui nous fait voyager en Algérie ...

"On grandissait au soleil, toute une bande d'enfants, Arabes, Français et Juifs mélangés."

"Ammi, qui tenait la boutique, était un géant au cœur d'or... Sa boutique était une véritable caverne d'Ali Baba qui recelait tous les trésors du monde. Des étagères immenses croulaient sous les vivres ou des produits de toutes sortes, dans des odeurs de cannelle, de clou de girofle, de coriandre fraîche et de cumin. Au sol, de grands sacs de jute remplis de semoule ou de pois chiches, et puis, bien sûr, des figues, des dattes, de la limonade, tout ce qu'on aimait."

... avant d'évoluer vers des heures plus sombres racontant la guerre, son premier mariage forcé puis son arrivée compliquée en France. Cela nous permets également de suivre son histoire dans son ensemble et au fil des pages, de nous attacher à ce personnage doté d'une force de caractère incroyable.

"Nous nous sommes serrés les uns les autres et baissés pour éviter les balles. Mais les rafales pleuvaient, l'impact de leur choc dans les corps autour de moi me secouait, me cognait, me faisait trembler au rythme de leurs tressautements. Je ne sais plus comment, mais je me suis retrouvée enfouie sous un enchevêtrement de corps. Plusieurs blessés gémissaient. Un liquide chaud et visqueux coulait sur moi, venant d'un corps inerte... Autour de nous gisaient d'autres hommes aux poitrines rougies et criblées de balles."

Nous en arrivons ensuite aux premiers problèmes de santé de Christiane qui vont malheureusement avoir des conséquences sur tout le reste de sa vie. A la suite d'un curetage censé diminuer des ménorragies, un médecin lui diagnostique un problème de coagulation sanguine nécessitant des examens complémentaires dans un service d'hématologie qui donneront lieu à une transfusion de dérivés de sang humain. Christiane vivra très mal cette première hospitalisation loin des siens.

Quelques temps après cette transfusion, Christiane commence à être très fatiguée, son médecin lui diagnostique une jaunisse mais malgré la guérison de celle-ci, elle n'arrive pas à reprendre une vie normale.

"J'avais de plus en plus de difficultés à mener une vie normale, particulièrement au travail."

"Les douleurs que je ressentais dans mes muscles et mes articulations étaient tellement intenses et violentes que je me demandais si je n'avais pas un cancer des os."

Malgré cela, Christiane décide de s'engager en tant que bénévole dans une association qui accompagne les parents et amis des enfants atteints de leucémie ou de cancer. J'ai été très touchée par cette partie du récit, humblement racontée mais qui donne une très belle leçon de vie.

"Si ceux qui se plaignent pour trois fois rien passaient juste une journée avec des enfants leucémiques, ils comprendraient que la vie est belle."

Ce bénévolat, Christiane est contrainte d'y mettre un terme lors de l'annonce de son diagnostic; diagnostic qu'elle apprendra justement en voulant faire un don de moelle osseuse à une des enfants qu'elle accompagnait. J'ai été particulièrement révoltée par la façon dont lui est annoncé le diagnostic mais aussi par l'absence total de suivi et d'accompagnement.

"Vous ne pouvez pas donner votre moelle, comme vous ne pouvez d'ailleurs plus donner votre sang. Il est contaminé. Votre sang est contaminé."

Cela est d'autant plus révoltant que les médecins savaient que Christiane était porteuse du virus mais ne lui ont rien dit. Ils se sont simplement contentés de jeter son sang lorsqu'elle venait faire des dons. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé son engagement, qui je l'espère encouragera davantage de personnes à réaliser des dons.

"Moi, pour qui ce geste, noble et anonyme, était une mission. J'aimais offrir aux autres ce bien commun à tous les êtres humains, qui nous nourrit, nous abreuve et nous lie comme des frères, au-delà des races et des frontières. J'étais fière de contribuer à sauver des blessés ou à aider des malades."

Après trois mois d'attente et d'angoisses pour Christiane, le diagnostic est posé : elle est atteinte d'une hépatite C. Et elle n'était malheureusement pas la seule contaminée, dans les années 1990, 80% des malades de l'hépatite C l'ont contractée par transfusion sanguine c'est-à-dire 300 000 personnes. Ce récit donne d'ailleurs lieu à un chapitre très intéressant sur l'affaire du sang contaminé. En effet, il faut savoir qu'en 1986, un hémophile sur deux est contaminé par le virus du VIH par transfusion.

Christiane va ensuite entamée deux grandes batailles : la première contre le virus qui la ronge, la deuxième contre la justice pour faire reconnaître ses droits.

Le récit concernant les essais de différents traitements est un récit assez dur, principalement en raison des effets secondaires terribles auxquels elle doit faire face.

"Tout mon corps a intégralement pelé à trois reprises, laissant apparaître une peau aussi craquelée que celle d'un serpent et surtout horriblement sensible."

"Aller à la selle était devenue une épreuve abominable. Je ne faisais que du sang, me retenant de crier et, pour couronner le tout, les nausées me prenaient simultanément. Je me vidais dans une douleur totale. Je sortais de là épuisée, vannée, démolie, arrivant tout juste à regagner mon lit."

En plus de devoir se battre contre son virus, elle doit se battre contre la bêtise des gens, pour avoir le droit à une vie digne.

"Une autre fois nous étions invités à dîner. Une table superbe était dressée, avec une nappe chocolat et des assiettes vert anis. Enfin, quatre assiettes vert anis et une différente, avec des couverts différents et un verre différent, de cuisine."

Son deuxième combat, qu'elle poursuit aujourd'hui, elle le livre contre la justice, contre l'EFS et des assureurs qui refusent toujours de l'entendre, de reconnaître son statut de victime et de la dédommager en conséquences. Les rebondissements, la mauvaise foi de nombreuses personnes et les manques de la justice notamment lors des procédures et du non respect des jugements sont tout simplement scandaleux !

Au milieu de cette situation tragique, il y a, heureusement, une très belle histoire d'amour avec Jean, son second mari.

"Chaque jour que Dieu fait, Jean met de la légèreté et de la délicatesse dans ma vie, par petites touches, comme s'il composait une aquarelle. Son regard bienveillant sait aussi se teinter d'humour et de passion. Son univers me berce et me ressource. Sans lui, jamais je n'aurais tenu aussi longtemps, jamais je n'aurai trouvé le courage de me battre, de me soigner, de braver la maladie et ses dégâts au quotidien et au fil du temps, encore et toujours."

J'ai apprécié la lecture de ce livre grâce à la force de caractère de Christiane. Loin de se lamenter sur son sort, on sent une personne volontaire, avec beaucoup de force et l'envie de se battre. Il s'agit là d'une bien belle leçon de courage qui incite à se remettre en questions et qui donne envie de se battre dans la vie. Plus qu'un témoignage personnel, il soulève de nombreuses questions notamment sur la prise en charge des personnes soignées et sur les informations qui leur son communiquées mais également sur le sort de toutes les autres personnes contaminées par le virus de l'hépatite C.

Je vous conseille de vous intéresser un peu à son actualité, notamment sur les suites du récit contenu dans le livre en lisant par exemple ces quelques articles :

- http://www.francebleu.fr/infos/victime-du-sang-contamine-une-septuagenaire-grimpe-sur-une-grue-pres-de-rouen-1815864

- http://www.normandie-actu.fr/victime-du-sang-contamine-christiane-leveuf-perchee-sur-la-cathedrale-a-rouen_95329/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslivresdesarah.canalblog.com
 
Christiane Leveuf - Leur sang m'a tuée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Imaginarium :: Salon de lecture :: Discussions autour des livres :: Autobiographie/Biographie-
Sauter vers: