Bienvenue au Cœur de l'Imaginarium !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Altérations, de Michek Rozenberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ninik

avatar

Masculin Messages : 2833
Date d'inscription : 29/05/2014
Age : 39
Localisation : Liège

MessageSujet: Altérations, de Michek Rozenberg   Jeu 2 Juin - 7:34


Altérations porte bien son nom. En effet, Michel Rozenberg, avec ce recueil de nouvelles, a voulu, comme pour les récits du type La Quatrième dimension, partir d'une situation classique du quotidien, en y injectant un fantastique souvent des plus étrange. Le récit glisse ainsi dans une ambiance aussi malsaine que déstabilisante. Les situations tout comme l'ajout du surnaturel par l'auteur, restent cependant classiques. D'un côté, nous avons la recherche d'emploi, un métier morne et répétitif, un déplacement professionnel conduisant à l'arrêt dans un petit hôtel dans un village perdu, ou encore une soirée huppée. De l'autre, le lecteur découvre des vampires, une référence au Portrait de Dorian Gray, ou d'autres récits plutôt classiques, comme une histoire de fantômes. Cependant, la plume de Michel Rozenberg et l'ambiance belge rarement présente dans un récit, ajoutent un plus indéniable. En effet, la plupart des nouvelles se déroulent en Belgique, que ce soit à Bruxelles, ou encore sur la côte. Ce petit côté original, ainsi qu'un talent indéniable pour faire glisser le quotidien dans l'absurde malsain, permettent d'apprécier les histoires, malgré des fins souvent brutales. Du fait de leur longueur (les dix nouvelles se révèlent assez courtes), mais aussi parce qu'il est flagrant que l'auteur cherche à éviter les explications, et se base plutôt sur une ambiance, un récit ressenti, plutôt que sur des explications détaillées, le lecteur se retrouve ainsi souvent perplexe.
Michel Rozenberg a pris le parti de l'ambiance plutôt que des explications. Les récits, presque toujours à la première personne, permettent de plonger dans les pensées des personnages principaux, qui vont voir leur quotidien basculer dans l'étrangeté. Et, si les conclusions sont souvent composées de quelques lignes brutales visant à expliquer la découverte du destin du personnage, ou alors sa disparition, laissent parfois sur leur faim, force est de constater que, d'une part, l'auteur se tient à sa décision et, d'autre part, qu'il sait soigner son ambiance. Et, quand le lecteur a accepté le fait qu'il recevra peu d'explications, il ne peut que se laisser bercer par ces récits où le quotidien de la Belgique voit l'apparition de fantômes ou la découverte de livres retraçant la vie et la mort de ses habitants.
Bien évidemment, certains récits plairont plus que d'autres, comme c'est toujours le cas d'un recueil. Mais Desseins, qui montre un étudiant des beaux arts, peindre des scènes d'horreur prophétiques, ou encore Le Paquet et son étrange entrepôt, ne peuvent que faire frissonner et intriguer. La Rencontre distille une mélancolie assez magnifique, jusqu'au final où le personnage, ayant ouvert une boîte de Pandore, n'aura d'autre choix que d'accepter son destin, et le visiteur de cette étrange soirée huppée ne peut que fasciner.
Dix récits émaillent ainsi ce recueil, la plupart s'achevant de manière tragique pour son personnage principal. Dix histoires, pour dix ambiances assez différentes, emmenant toujours plus profondément le lecteur dans son intéressant imaginaire. Michel Rozenberg est ainsi un auteur à suivre, et ce recueil ne peut que permettre au lecteur de se demander ce que donnerait un roman sous sa plume.

_________________
lecture en cours : Les Lames du cardinal de Pierre Pevel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niniksland.eastasia.fr/
 
Altérations, de Michek Rozenberg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Cœur de l'Imaginarium :: Salon de lecture :: Discussions autour des livres :: Fantastique-
Sauter vers: